Accueil » Et pendant ce temps, on ferme! le point sur les plans sociaux en France

Et pendant ce temps, on ferme! le point sur les plans sociaux en France

Cet article a été lu 7740 fois

Une multitude de plans sociaux agite l’actualité française du moment, qui illustre notamment la constante désindustrialisation du pays. Voici une synthèse des opérations en cours.

5.000 départs chez SFR

Patrick Drahi entreprend un plan de suppression d’emplois fondé sur des départs volontaires, à partir de juillet 2017, qui devrait concerner un tiers des effectifs de SFR. Le plan devrait durer trois ans.

Tati, bientôt racheté par GIFI?

Avec 60 millions€ de pertes opérationnelles en 2016, l’enseigne TATI rachetée par le groupe ERAM au fondateur Ouaki, a été placée en redressement judiciaire en mai 2017.

7 offres de reprise ont été déposées, dont celle de GIFI, qui prévoit la reprise de 1.300 salariés et d’une centaine de magasins.

Le tribunal de commerce doit trancher ce lundi.

GM&S lâché par le gouvernement?

L’équipementier automobile GM&S est toujours dans la panade. Une seule offre de reprise, qui prévoit le maintien de 110 salariés à La Souterraine, a été déposée.

Les organisations syndicales se plaignent d’un lâchage en règle par le gouvernement (et spécialement Bruno Le Maire), qui n’a pas obtenu une augmentation des commandes de Peugeot et de Renault à la hauteur des promesses.

Un sous-traitant de Whirlpool, à Amiens, en plein dégraissage

Dans l’hypothèse d’une fermeture de Whirlpool en 2018, à Amiens, son sous-traitant Prima France a négocié un plan de sauvegarde de l’emploi. 56 salariés seront licenciés dans des conditions identiques à celles de Whirlpool.

Où l’on reparle du volailler Doux

En Bretagne, le groupe d’élevage de volaille Doux aurait accumulé de nouvelles pertes phénoménales en 2016. Les organisations syndicales craignent le pire et ont sonné l’alarme.

450 salariés menacés à la Halle aux Chaussures

Les syndicats critiquent un plan de sauvegarde à la Halle aux Chaussures, qui prévoit près de 450 suppressions d’emplois. L’enseigne appartient au groupe Vivarte, qui ne cesse de supprimer des emplois depuis quelques années, après avoir revendu plusieurs marques, comme Kookaï.

80 emplois supprimés chez Primagaz

Cette filiale d’un groupe néerlandais d’énergie qui compte 750 salariés entend supprimer 82 emplois et fermer cinq centres en France.

Les syndicats sont vent debout contre ce projet.

60 emplois supprimés chez 3M en Bourgogne

À Longvic, 3M, fabricant de scotch, devrait fermer son site et ne conserver que 20 des 80 salariés. 30 postes seraient supprimés.

Les salariés sont en grève pour obtenir une indemnité supra-légale supérieure aux propositions de l’entreprise.

Nouveau plan social chez Philips

L’entreprise néerlandaise Philips annonce un plan social de 77 postes, qui s’ajoutent aux 230 suppressions négociées fin 2016 (avec la fermeture des usines de Lamotte-Beuvron et Miribel). Cette fois-ci, ce sont les activités de Recherche et Développement qui sont touchées.

Philips délocalise ses activités en Hongrie et en Chine.

La Matt en grève à Montcornet contre sa disparition

Dans l’Aisne, près des Ardennes, l’entreprise textile Matt, installée à Chaourse, est en grève complète. Les personnels craignent une fermeture du site.

200 suppressions d’emplois chez Tim dans le Nord

À Quaëdypre, près de Bergues, dans le Nord, l’entreprise TIM n’a pas trouvé de repreneur. 200 emplois sont menacés directement.

Bref, la désindustrialisation continue.

Source: Trésor

Source: Trésor

15 commentaires

  1. Pierre dit

    Ah ça fait du bien de retrouver un peu le Réel. D’arrêter les lampées de LSD « lacé » de Kool-Aid, et autres drogues aussi hallucinogènes que… pédestres.

    Terminus, tout le monde descend !

    Où ça ?

    Le Réel.

    Et le Réel c’est désindustrialisation, pas compensée par des emplois bidons et subventionnés, c’est immigration sauvage, explosive, violences, « ensauvagement », chômage, fins de mois difficiles etc.

    Le contraste est d’une violence salace avec les « élections » d’aujourd’hui…. Abstention record, assemblée nationale hallucinogène.

    Oui ça fait plaisir de replonger.

    Le Réel est plus fort que tous et tout.

    On attend maintenant la réaction des veaux.

    Un jour, ils n’en pourront vraiment plus. Et ce jour là, Macron et sa clique seront jetés sans ménagement dans les poubelles de l’histoire.

    Autant dire : l’impatience est grande.

  2. Les Français ne veulent pas sortir de l’Euro, tant pis pour eux, tant pis pour nous. Nous avons ce que nous méritons par nos mauvaises décisions collectives.

    *********
    Nota : la sortie de l’Euro est une condition absolument nécessaire, même si elle n’est pas suffisante, au rétablissement de l’économie française. Ce n’est pas un remède miracle mais, sans elle, aucun remède ne fonctionne.

  3. Oblabla dit

    « le point sur les plans sociaux en France »
    Ce n’est évidemment pas exhaustif, je pourrais ajouter une cinquantaine de PME/PMI avec des plans sociaux à venir à court terme…

    • Sémaphore dit

      Sans parler de la litanie des TPE qui craquent, elles aussi mais qui sont trop petites pour dépasser le stade de l’ annonce légale…

  4. tul dit

    La désindustrialisation, c’est que des emplois autrefois considérés comme industriels sont considérés comme du service externalisé, c’est que les marchés des pays développés sont saturés de ces produits et ce sont les pays émergents qui croissent pour s’équiper d’électroménager, voitures… et fabriquent eux mêmes pour fournir leurs marchés, c’est pour finir des entreprises françaises incapables de fournir le niveau de qualité-innovation suffisant, compétition hors coût, au regard des salaires payés, et un patronat franchouille complètement ringard-obsolète.

  5. Logaro dit

    J’ai écrit un livre sur le déclin industriel en France depuis 1950
     » Quand le Made in France devient le Mad in France » avec ce jeu de mot, je montre que la perte d’un pan industriel ( fermeture d’un atelier, d’une usine) entrainait la montée de la colère ( mad) et les pneus brûlaient et les routes se bloquaient.
    maintenant je vois après Hollande
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
    2017/06/la-france-mutilee.html

  6. serge dit

    Ce sont des exemples symboliques car à une échelle plus petite (taille entreprise), cela est pire. Et quand on sait qu’un job détruit en détruit entre 2 et 3 autres indirects. Pas fini de voir des planches sur les devantures de commerces, de baux professionnels vacants et de courbes de chômage en évolution. Mais comme les thermomètres sont supprimés au fur et à mesure, ou les équations refaites pour agréger des choux au lieu de carottes, tout devrait bien aller. Jusqu’à…

  7. Citoyen dit

     » Et pendant ce temps, on ferme!  » …. Et voila …. Pendant que des politocards s’enivrent de leur image merdiatique, lustrée à l’infini, jusqu’à l’user, par des merdias serviles (en attente de retour sur investissement), comme la soubrette fait les cuivres et les couverts en argent, ceux qui financent ce merdier baissent le rideau, presque sans bruit ! …. Jusqu’à quand ? …. Jusqu’à ce que la BCE ne parvienne plus à faire la jointure ….
    Après, un bon nombre de ceux qui se gavent sur ce système, risquent de se retrouver fort dépourvus …. en voyant le fond de la gamelle.
    Avant de baisser le rideau, ceux qui en ont l’opportunité, et sont suffisamment visionnaires, prennent leurs dispositions, pour ne pas être les dindons de la farce …
    Il n’est jamais trop tard, pour se mettre à l’abri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *