Accueil » Macron affronte l’Europe de l’Est en mode bobo

Crédit: Eric Verhaeghe

Macron affronte l’Europe de l’Est en mode bobo

Cet article a été lu 29813 fois

Emmanuel Macron a donné une leçon bobo à la Pologne et à la Hongrie en leur rappelant que l’Europe n’est pas un supermarché où on prend ce qui nous intéresse et où on laisse ce dont on n’a pas envie. Le Président vise notamment la prétendue frilosité de la Pologne ou de la Hongrie sur la question des migrants. Les intéressés ont réagi sèchement.

On peut égrener sans fin les poncifs bobo sur l’Europe: elle a garanti la paix sur le continent depuis 1945 (tout le monde ayant oublié l’OTAN et sa capacité de dissuasion face à l’URSS), elle garantit la prospérité (tout le monde évitant de remarquer que la performance de la zone euro est inférieure à celle de l’UE 28), et elle doit accueillir des réfugiés venus de Méditerranée. Macron a sacrifié à ces poncifs en tançant vertement la Pologne et la Hongrie.

Europe bobo, Europe occido-centrée

Tous ceux qui partagent l’étrange culpabilité de l’Europe bienpensante vis-à-vis des réfugiés applaudiront, bien entendu, à cette sortie fracassante qui vise notamment la résistance farouche opposée par le groupe de Visegrad à la politique européenne de « relocalisation » forcée des réfugiés. Depuis de nombreux mois, la Pologne et la Hongrie mènent une véritable campagne de refus contre l’intention, portée par l’Allemagne, de « placer » de force des migrants dans ces pays.

Dans la vision bobo du monde, dont Macron se fait l’écho, cette résistante procède évidemment d’un racisme profond et n’est pas acceptable. Donc, il faut l’éradiquer.

Ce faisant, Emmanuel Macron reprend à son compte une compréhension à courte vue, essentiellement occido-centrée. C’est le triomphe du boboland.

Les migrations vues de Hongrie et de Pologne

Du point de vue de la Hongrie et de la Pologne, le problème des réfugiés se pose en effet de façon très différente.

Côté Pologne, la leçon sur les migrants ne peut qu’être mal vécue. En effet, le conflit en Ukraine a beaucoup pesé sur la solidarité des Polonais. On parle d’un million de réfugiés ukrainiens qui se seraient installés en Pologne.

Ce million de réfugiés portés par la seule Pologne n’a pas beaucoup inspiré de tristesse ni de culpabilité à l’Europe de l’Ouest. Disons même que personne n’en parle. Mais ils expliquent largement pourquoi la Pologne ne se laissera pas faire pour accueillir de nouveaux migrants dont l’Europe de l’Ouest ne veut pas sur son sol.

Côté Hongrie, Macron devrait se souvenir que la pilule est tout aussi amère. Lorsqu’Angela Merkel a ouvert la vanne pour les réfugiés, c’est en effet la Hongrie qui a dû absorber l’essentiel du choc démographique. On a oublié en France que la Hongrie est historiquement la portée d’entrée du continent quand on vient des Balkans. Les colonnes de réfugiés venus de Grèce en marche pour l’Allemagne se sont toutes échouées en Hongrie, sans que l’Europe ne se mobilise vraiment pour aider la Hongrie à affronter un phénomène inconnu en Europe depuis 1945.

L’égoïsme de la bonne conscience bobo risque de laisser des traces

Dans cet ensemble, la vision occido-centrée risque donc de laisser des traces. Pour la Hongrie ou la Pologne, recevoir des leçons de solidarité de la part de pays qui sont loin d’être exemplaires ne devrait pas contribuer à rehausser une adhésion spontanée à l’Europe proposée par Bruxelles.

Avec ses campements à Calais, avec les images de réfugiés bloqués à la frontière italienne, avec un très faible nombre de réfugiés accueillis sur notre sol, Macron prend la tête d’une croisade qui risque de lui revenir méchamment dans la figure. En quoi la France prend-elle plus sa part que la Hongrie ou la Pologne?

Si Macron veut être crédible vis-à-vis de ses collègues, il devra tôt ou tard accepter une vague de réfugiés sur le sol français. Et rien n’exclut que la réaction ordinaire, y compris au sein de son électorat, soit virulente.

Les réfugiés en Europe avant la vague de 2015

11 commentaires

  1. Citoyen dit

    « … l’Europe n’est pas un supermarché où on prend ce qui nous intéresse et où on laisse ce dont on n’a pas envie… » …. Trop drôle ! …. Le petit dictateur de Picardie à parlé …. Non mais !
    Ben si, justement, L’UE est une association de pays souverains, ou qui veulent le rester … et certains n’ont pas envie qu’un clown viennent leur dicter leur conduite …
    La Pologne et la Hongrie revendiquent la maitrise de leur territoire, considérant que chez eux ce n’est pas une poubelle … et c’est très bien comme ça !
    Comme avec Trump, le micron va se prendre des baffes à répétition ….
    Jupiton risque de dégringoler de l’Olympe !

    • Jiff dit

      « Ben si, justement, L’UE est une association de pays souverains, ou qui veulent le rester … et certains n’ont pas envie qu’un clown viennent leur dicter leur conduite … »

      C’est hautement subversif tout ça… même que ça ne m’étonnerait pas que ça frise le goulag nazional-sozialist…

      « Comme avec Trump, le micron va se prendre des baffes à répétition …. »

      Pas besoin de marcher sur l’eau pour trouver à redire, il suffit de musarder dans la rue, de s’attarder ici ou là et de prendre le temps de boire tranquillement son café en tendant l’oreille pour se rendre compte que la pression est très haute dans la cocotte.

  2. Joffe dit

    Le nouveau mur de berlin est à varsovie et l’europe se désintegrera sur ce sujet. L’impression de la monnaie de singe par la BCE suivra. J’ai mon usine en pologne et les polonais ont une mémoire de ce qu’est une occupation. Ils ont bien compris avec les hongrois et les tcheques que leur existence était en jeu. Y a pas plus borné qu’un polonais. Bonne chance micron.

    • Jiff dit

       » Y a pas plus borné qu’un polonais. »

      Vous aussi, vous-avez remarqué que là-bas certains sujets se manipulent avec des pincettes et que certains sont à éviter complètement 😉

      Dans la génération de ceux qui sont maintenant en retraite, ce que j’ai toujours admiré, c’est la détermination sans faille; des gens qui quittaient leur pays et recommencaient tout à zéro et même moins, notamment parce que leurs diplômes n’étaient pas reconnus ailleurs, et capables de tout repasser, non-seulement ça force le respect, mais après quelques discussions, on se dit que ça n’est pas le genre qu’on va emmerder 2 fois de suite sans conséquences.

  3. tul dit

    « On peut égrener sans fin les poncifs bobo sur l’Europe »

    Lors de la fin de l’URSS, sans l’intégration dans l’UE des pays de l’est en échange d’une intangibilité des frontières prévue dans les traités de l’UE, des pays comme la Hongrie auraient présenté le risque de vouloir redéfinir leurs frontières avec des forts risques de conflits armés entre ces PECO.

    Ceci dit les Macron ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait. Car vu la façon dont sont traités les réfugiés en France, malgré un prorata bien inférieur à d’autres pays, notre roitelet Soleil ne manque pas de culot.

    • Pierre dit

      Un point technique, mais qui a son importance : arrêtons avec les « quotas », avatar de la berlinoise cinglée. C’est un truc pour les gogos.

      La France, certes ne remplit pas son « quota » (de pauvres syriens, dont la seconde maman est Angela)… mais dans les faits est devenue un réceptacle, un dépotoir, de l’immigration illégale, semi illégale et légale.

      -les clandos qui arrivent comme tels.
      -ceux qui deviennent clandos, mais qui rentrent « légalement » avec un visa touriste, étudiant, court ou autre… et qui ne repartent jamais
      -ceux qui déposent une demande d' »asile »… et sont déboutés… et restent bien entendu… sans jamais être inquiétés
      -le regroupement familial (ça marche toujours)
      -et enfin les naturalisations… 100 000 nouveaux « français » fabriqués chaque année ! (113 000 en 2015), dernière marche du dispositif, conçu pour passer le balai, et éviter que les stats des « étrangers » explosent…

      L’arnaque est donc totale.

      La France est une usine à immigration.

      Heureusement les pays de l’Est résistent, et comme vous le soulignez, ILS NE LACHERONT PAS.

      Ils ont pu constater les dégâts à l’ouest, provoqués par des décennies d’invasion.

      Mais ne croyez pas que cela fâche Macron and Co… Cela flatte au contraire leur volonté de… « concentrer » l’UE/Zone Euro… Ils se serviront du schisme des pays de l’est, pour pousser leurs pions vers une super intégration, mais avec moins de pays.

      C’est la technique de l’élastique… Ils ont étendu très vite l’UE… trop loin, trop nombreux…. En sachant très bien que cela ne fonctionnerait pas. Blocages, ça ne marche pas… « Voyez c’est bien la preuve qu’il faut plus d’intégration, ça tombe bien c’est ce que nous souhaitons faire ».

      Ce n’est pas de l’incompétence, mais de la bonne vieille manip machiavélique.

  4. Jiff dit

    « Tous ceux qui partagent l’étrange culpabilité de l’Europe bienpensante »

    Je ne sais pas pour vous, mais moi je vais pêcher quasiment toutes mes infos sur la presse étrangère (dont Polonaise, d’ailleurs), or, il se trouve que les voix de tous ses aimables esthètes commencent à sensiblement s’érailler, surtout depuis l’attentat de Manchester – même la gauche bobo Allemande (enfin, celle qui a été directement impactée suite à un débordement de moraline et d’ouverture de portes un peu trop en grand) a non-seulement exprimé des griefs contre les immigrés, mais a carrément dit que « nos cultures ne sont pas miscibles ». Comme quoi, certaines fois, se la faire mettre profond (dans tous les sens du terme), ça remet les pendules à l’heure.

    « C’est le triomphe du boboland. »

    D’après l’article que vous donnez en référence, ça démontre _encore une fois_ que McRon enfûme totalement les gens qui ne l’écoutent que d’une oreille distraite; l’avant-dernière phrase contenant, comme d’habitude, tout et son contraire: « The French president has criticized them for not accepting refugees and is a vocal opponent of so-called « social dumping », in which companies employ cheaper labor, often from eastern countries, or move production to lower-wage countries. »
    Parce que s’il est si opposé que cela au dumping social, dans ce cas, pourquoi laisser rentrer des gens sur notre territoire sans les filtrer, alors que les stats de nos voisins pointent du doigt que +70% sont non-pas des réfugiés, mais des immigrés économiques, et pire: qu’il s’agit à 92% d’hommes seuls (sans famille).
    N’oublions pas au passage les 12.5% analphabêtes et les 37.5% illettrés, ça va être folklo d’apprendre la civilisation à des gens qui ne savent même pas ce que veut dire le mot – enfin, folklo pour les pays qui font un réel effort d’intégration avec cours de langue, etc, parce qu’ici… Si ces +70%, c’est ce qu’il appelle également « une chance pour la france », alors, il est grand temps de boucler les valoches et d’acheter un ticket en aller-simple pour plus loin.

    « Ce million de réfugiés portés par la seule Pologne n’a pas beaucoup inspiré de tristesse ni de culpabilité à l’Europe de l’Ouest. Disons même que personne n’en parle. »

    Ahhh, vous aussi, vous-avez remarqué qu’ils font comme les banques: la privatisation des succès et la mutualisation des pertes 🙂
    Et n’oublions pas non-plus (parce qu’en Pologne, beaucoup plus qu’ailleurs, c’est d’une importance capitale), que ces 960,000 réfugiés Ukrainiens sont catholiques à… 97%.

    « Mais ils expliquent largement pourquoi la Pologne ne se laissera pas faire pour accueillir de nouveaux migrants »

    C’est beaucoup plus profond que ça: les manifs de protestation chez eux, ça peut taper les 150,000 participants en pointe, une paille.
    Ils sont profondément chrétiens, patriotes, nationalistes pour beaucoup, et ont déjà subit une invasion qui leur a laissé un goût amer dans la bouche; alors, si l’ue croit qu’elle va leur imposer ce qu’ils ne veulent pas, elle manque singulièrement de mémoire, d’élan et de perspective…

    « sans que l’Europe ne se mobilise vraiment pour aider la Hongrie à affronter un phénomène inconnu en Europe depuis 1945. »

    C’est bien le retour de volée qu’Orban leur a balancé dans le museau, en leur reprochant d’un côté de vouloir lui placer plus d’immigrés et de l’autre, d’exiger de lui qu’il raffermisse ses frontières puisqu’elles sont une des barrières extérieures de l’europe – personne s’est risqué à lui répondre là-dessus, d’ailleurs.

    « En quoi la France prend-elle plus sa part que la Hongrie ou la Pologne? »

    Ben, les chiffres officieux qui traînent donnent quand même 300-360,000 immigrés « reçus ».

    « Et rien n’exclut que la réaction ordinaire, y compris au sein de son électorat, soit virulente. »

    Avec ~12M de personnes de la population française issues de l’immigration et des zones de non-droit qui se multiplient à la vitesse des pavés qui tombent sur les tronches des fonctionnaires de police qui s’y frottent, ça peut se comprendre.
    Le français est relativement tolérant, moins qrincheux qu’il-y-a une cinquantaine d’années, mais faudrait pas pousser grand-mère dans l’escalier tout de même, d’autant qu’actuellement, la rue bruisse d’un murmure de fond qui ne demanderait qu’à s’amplifier bruyamment le cas échéant.

  5. serge dit

    Bof, Macron dit cela pour se faire bien voir de Merkel, il doit causer avec Schäuble bientôt. Bon, maintenant, si la commission européenne veut sanctionner les membres du groupe de Visegrad (des amendes comme d’hab), cela va être marrant de voir les réactions. Et, en aparté, quand les grecs et les italiens, en première ligne au sud vont montrer les crocs (ils trouvent quand même que la facture à leur débit est salée), cela fera un peu plus désordre. Et tout cela avant les prochaines cargaisons de migrants dont Frontex ne sait aucunement comment les driver, l’organisation des passeurs et des ONG étant maintenant très aboutie. Et les négociations du Brexit devraient ajouter une légère tension supplémentaire. Bref, que du bonheur.
    En plus Macron vient de s’attaquer aux travailleurs détachés et la Pologne de monter au créneau. Ce que c’est de dire n’importe quoi sans biscuits…

  6. Verdier dit

    Toute personnes qui connais un tant sois peut les Polonais sais que Polonais c’est pas une nationalité , être Polonais c’est un métier.

  7. Il y avait aussi la question symétrique du travail détaché. En fait les pays de l’Est veulent défendre leur intérêts et envoyer des travailleurs pas cher d’une couleur de peau non politiquement correcte, en gros des européens. Cela heurte le sentiment de justice bobo, qui ne veut se consacrer qu’à celui qui hante ses fantasmes.
    Macron l’a dit clairement d’ailleurs: le brexit fut causé par les européens alors que l’islam installé en UK ne pose aucun problèmes…
    De fait c’est à nous de choisir, enfin pour l’instant c’est à Macron: il est élu ne l’oubliez pas et à moins qu’on ne le renverse…

  8. Guillaume_rc dit

    merci pour l’info sur le million d’Ukrainiens réfugiés en Pologne, je n’en ai entendu parler nulle part.

    PS – L’Europe garante de la paix…. ça s’est bien vu en ex-Yougoslavie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *