Accueil » Budget de la Défense: Bercy, ce nid de traîtres à la nation

Budget de la Défense: Bercy, ce nid de traîtres à la nation

Cet article a été lu 6553 fois

On vient d’appendre que le budget de la Défense serait amputé de 850 millions €, soit 20% des efforts budgétaires de l’année. Pourtant, le candidat Macron avait promis un budget de la Défense équivalent à 2% du PIB à l’horizon 2025. Bercy, grand ennemi de la défense de la Nation?

Il est vrai que la France est simplement en guerre, même si les planqués de Bercy ne le voient pas. Entre les interventions au Mali et en Syrie, jointes à la surveillance du territoire dans le cadre de l’état d’urgence, nos militaires ne chôment pas. Pourtant, alors que les alarmes sur les tensions budgétaires se sont multipliées ces derniers mois, Bercy vient d’imposer à Florence Parly, ministre des Armées, un arbitrage suicidaire: 850 millions d’économies. La Défense serait la première contributrice à l’effort budgétaire cette année.

Pendant ce temps, on attend de connaître l’effort que Bercy consent sur ses propres moyens. Bercy qui ne participe pas à l’effort de Défense, bien entendu.

Faut-il supprimer Bercy?

Question, donc: Bercy joue-t-elle le rôle de la cinquième colonne, abaissant systématiquement les moyens de la Défense pour affaiblir le pays dans la perspective d’un conflit? Au vu des arbitrages rendus depuis plusieurs années, la question mérite d’être posée.

On le voit bien, la logique à l’oeuvre à Bercy consiste à faire porter par la Défense l’essentiel de l’effort budgétaire, comme si l’armée ne servait à rien. Dans l’esprit bercyen moyen, l’enjeu, ce sont les transferts sociaux, l’emploi des fonctionnaires, les interventions dans une série de domaines obscurs. En revanche, la Défense, c’est obsolète.

Bercy victime du mainstream mondialiste?

Derrière ces arbitrages malheureux, se pose la question du mondialisme béat de la technostructure française. Aux yeux des hauts fonctionnaires de Bercy, la France est une idée dépassée, et la puissance française un souvenir moisi à jeter aux oubliettes. Rien ne remplacera jamais, dans cette doctrine, les bienfaits de l’État-Providence. La puissance américaine est supposée pourvoir au reste.

Combien de hauts fonctionnaires ne sont-ils pas convaincus aujourd’hui que le format parfait pour la France consiste à se débarrasser de nos possessions ultramarines (Corse comprise), à se concentrer sur la prise en charge de la pauvreté (pour l’accroître subrepticement, bien entendu), et à beugler des credos mondialistes? Cette idée-là est majoritaire, et laisse peu de place à la Défense.

D’ailleurs, la ministre des Armées, Florence Parly, ancienne secrétaire d’État au Budget, est aujourd’hui ministre des Armées pour accomplir cette mission toute collaborationniste. Le choix n’était donc pas symbolique.

Une question se pose: le relèvement du pays peut-il avoir lieu avec Bercy?

On en doute. Le renouvellement commence probablement par la remise au norme de cette pépinière qui n’aime pas l’esprit patriotique.

12 commentaires

  1. osis dit

    On va les laisser s’enfoncer tranquilement les putes bobos de la gauche à la droite sans parler des communistes de Meluche à Le Pen puis on agira progressivement par des assassinats cibles pour deboucher sur cette guerre civile que nous meritons pour nettoyer ce pays. Se debarrasser de la moitié de la population ne sera pas superflu.

      • Citoyen dit

        Il n’a pour autant pas tort. C’est comme ça que les choses devraient se terminer dans un avenir … qui reste à déterminer …
        Avec toute la racaille socialo-islamo-gauchiste qui mine ce pays depuis pas mal de temps, il arrivera un moment où cela deviendra inévitable… reste à savoir quand ? … il ne fait pas de doute que l’armée saura choisir la bonne voie, et se situer où il faut, après avoir fait le ménage chez elle.

  2. Joseph dit

    Bel article. Nous sommes dans la logique des choses, la réalité ne fait pas partie de l’ADN progressiste, le dessein apparaît maintenant clairement, la France doit disparaître dans le chaudron mondialiste. Le pitoyable c’est de voir Macron claironner la souveraineté française, mais de quoi parle t-il au juste ? Discours creux et emballage verbal, le progressisme ne s’adresse pas au peuple mais aux minorités qu’il s’emploie à créer de toutes pièces : blancs, noirs, femmes, enfants, sidéens, homosexuels, immigrés, etc. Un monde atomisé ou chacun entend ce qu’il a envie qu’on lui dise, une fable par communauté, jamais Macron ne s’est adressé au peuple et jamais il ne le fera car il l’exècre.
    Encore une fois, ce quinquennat va terminer en queue de poisson, il est fort probable que notre président Jupitérien, celui qui ne saurait être compris par le peuple, ne finisse pas son mandat, lorsque les affaires vont vraiment déraper, il ne s’accrochera pas à son poste, c’est le seul point qui le différencie de Hollande.

  3. Jiff dit

    « Bercy, grand ennemi de la défense de la Nation? »

    Nooon, ça a toujours été: « Bercy, grand ennemi de la Nation » tout court – il n’y-a qu’à regarder les trajectoires des inspecteurs des finances pour s’en persuader.

    « La Défense serait la première contributrice à l’effort budgétaire cette année./em> »

    SI ça fait revenir nos gars qui se battent uniquement pour que la france puisse annexer les juteux sous-sols des pays en question, pourquoi pas; seulement, €850M, ça fait quand même beaucoup pour une branche qui a été passablement étrillée ces dernières années, et il est possible, mais pas certain, que les langues se délient malgré le devoir de réserve.
    Au fait, combien nous coûtent ces 2 plaisanteries par an et en cumulé ?
    Et comment, dans un pays dit en faillite a-t-on fait pour trouver tout le pognon nécessaire pour aller jouer à la guéguerre chez les autres ?

    « on attend de connaître l’effort que Bercy consent sur ses propres moyens. »

    €285M semble-t-il.

    « Bercy joue-t-elle le rôle de la cinquième colonne, »

    Pour cela, encore faudrait-il qu’il existe une intelligence prouvée là-bas et qu’elle soit utilisée à autre chose qu’à traquer les contribuables, ce qui ne semble plus être le cas depuis environ 45 ans.;

    « Une question se pose: le relèvement du pays peut-il avoir lieu avec Bercy? »

    C’est une bonne question dont la réponse est connue, car Bercy a toujours été le problème et jamais ne sserait-ce qu’un embryon de solution.

    « Le renouvellement commence probablement par la remise au norme de cette pépinière qui n’aime pas l’esprit patriotique. »

    Ça ne risque pas, vu que le guide suprême a fermement indiqué que pour lui, Histoire et arts de france n’existaient pas et fortement sous-entendu qu’on pouvait également se carrer le souverainisme, ce qui entraîne derechef que le patriotisme ne peut pas exister non-plus; c’est, sommes toutes, tout à fait normal de la part du roi sommeil, dont nous savons pertinemment qu’il a été placé là où il est pour exhéréder ce pays et nous imposer par la force la conception de la supra-nationalité de l’ue et des financiers/multinationales réunis, les maîtres du p’tit Manu à poil rare.

    Tout cela ne peut donc que bien se terminer… oupas.

    • Citoyen dit

      « « Bercy, grand ennemi de la Nation » tout court » ….. Bercy n’a pas d’ennemis …. pas plus que d’amis (encore moins d’ailleurs) …. il a juste des donateurs, qui assurent sa pitance …

      • Jiff dit

        « il a juste des donateurs, qui assurent sa pitance … »

        Il est temps de prendre quelques vacances, je vous sens très fatigué et le cerveau embrouillé ;-p)

        Bercy, au niveau où nous en sommes ainsi qu’au niveau de dysparités entre con-tribuables, c’est de l’extorsion de fonds pure et simple, ni plus, ni moins. Et ces bredins osent parler de consentement à l’impôt…

  4. Pierre dit

    C’est peut-être prêter à Bercy beaucoup de mauvaises intentions. En revanche pour des élus dont l’action est ordonnée non pas à la poursuite du bien commun mais à leur prochaine réélection, des coupes claires dans le budget des armées prennent tout leur sens car :
    – C’est le plus efficace : la Défense est le plus gros poste de dépenses, donc les économies se font dans les mêmes proportions. Faire les fonds de tiroir d’un obscur secrétariat d’Etat c’est beaucoup de boulot pour pas grand chose à l’arrivée.
    – Ca ne nécessite aucun courage politique : on ne risque pas de mettre les militaires dans la rue, au pire une tribune sibylline d’un général sur le départ dans la presse.
    – Ca ne se voit pas (après tout un VBCI de plus ou de moins au Mali… Vous comptez y passer les vacances ?)
    – On s’offre une bonne conscience : la CMU c’est cool / les canons c’est pas cool >> la pureté de vos intentions sociales est garantie pour au moins 6 mois

  5. Pierre dit

    Le renouvellement commencera par le début c’est à dire… la mise en faillite de ce pays.

    C’est une condition sine qua non.

    Tout le reste relève de la pensée magique (« réformes », « élections », etc.).

    Le système est en overdrive… son ADN est « toujours plus » (la version financière de la « reproduction » pour les cellules) et il ne peut échapper à l’overshoot.

    Les cellules cancéreuses dans la boîte de Pétri se multiplient… jusqu’à ce que toute la colonie crève. Plus d’énergie.

    D »unc côté, c’est extrêmement enthousiasmant, vous savez que vous gagnerez, finalement, et que Macron et toute sa clique et clients seront balayés… sauf que… sauf que en attendant, ils en profitent très bien.

    Le jeu n’est pas symétrique.

    Ils sont gagnants, et voilà pourquoi -à raison- ils se foutent de vous. Littéralement. Ils se moquent.

    Ils jouissent, et vous vous payez, vous souffrez, les soucis vous accablent. Vous êtes des serfs.

  6. Citoyen dit

    Avec cet arbitrage, se confirme une réalité toute crue : nous sommes bien en Socialie … L’armée est la plus sollicitée, et à coté, ce sont l’EN et la culture qui le sont le moins … Des choix qui trahissent la volonté sous-jacente … Les fonctionnaires de gôche (ou les parasites) se coalisent pour résister… Bercy se trouvant bien évidemment du bon coté de la barrière …
    L’armée est utile à la nation, alors que Bercy ne sert à rien, mais dans leur conviction intime, c’est exactement le contraire …
    Le plus drôle de la séquence (si l’on peut dire), c’est que pendant que l’on racle les fonds de tiroirs pour raboter certains ministères, on estime que les contribuables ne sont pas encore assez essorés, et peuvent se payer des JO … Le résultat d’une pensée très complexe …

  7. serge dit

    En juin 2017, dès que les truands Hollande-Sapin-Eckert n’ont plus été là et juste avant les nouveaux, Bercy a fait preuve comme à son habitude de beaucoup d’imagination pour rogner sur les crédits 2017 du ministère des Armées : réserve de précaution (1,6 milliard d’euros), report de crédits du programme 146 gelés (675 millions d’euros), surgel de crédits de gestion (350 millions) et gel des crédits du programme 178 (40 millions), soit 2,66 milliards (source La Tribune). Donc, on y ajoute 850 Millions, ce qui commence à faire vraiment énorme. Comme en plus l’Intérieur va se retrouver avec 526 Millions aussi en moins, il va falloir vraiment beaucoup beaucoup d’imagination pour penser encadrer l’état d’urgence passé dans la règle commune, le soutien aux US pour l’OTAN et autres opérations extérieures farfelues, l’accompagnement des migrants renvoyés ou de ceux délocalisés en province pour épurer Paris, la traque des djihadistes, etc… On est quand même grave foutu.

    • Citoyen dit

       » … ou de ceux délocalisés en province pour épurer Paris » …. qui quelques jours après … se retrouvent à Paris …
      Une gestion très performante, il faut bien le reconnaitre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *