Accueil » Macron sacrifie Villiers et l’armée pour protéger Schiappa et les féministes

Macron sacrifie Villiers et l’armée pour protéger Schiappa et les féministes

Cet article a été lu 20635 fois

Mais quel est le problème de fond avec Villiers et l’armée? Tout simplement qu’il est plus facile et plus payant d’un point de vue électoral de prendre 850 millions€ sur le budget de la Grande Muette qu’un million sur le budget des forces qui ont le droit de s’exprimer. La preuve avec Marlène Schiappa et le budget des féministes.

Pendant que l’armée se lamente sur les limitations de crédit dont elle est victime, d’autres plastronnent. C’est le cas de la secrétaire d’État au droit des femmes qui se félicite du maintien de ses crédits d’intervention.

Ainsi, la France n’a pas d’argent pour aligner, sur les champs de bataille, du matériel qui protège efficacement nos soldats. Mais elle a suffisamment d’argent pour financer des assistantes sociales qui vont passer des coups de téléphone pour des femmes battues.

Que les épouses de militaires se rassurent, donc! tant que leur mari est vivant, elles n’intéressent pas les féministes, qui considèrent que les besoins de la lutte contre le machisme sont prioritaires. En revanche, dès que leur mari sera tombé sous les balles ennemies, elles deviendront de pauvres femmes seules, victimes de la domination masculine, et là! elles pourront rentrer dans le labyrinthe des aides, des prises en charge publiques qui les rendront dignes de respect et d’intérêt.

Schiappa et Villiers, deux figures opposées du désastre macronien

D’un côté, donc, un Villiers, soldat estimé et dont la probité est indiscutable, foulé au pied par le Président. De l’autre, Marlène, auteur de romans pornographiques, qui se vantaient (sans recadrage présidentiel) il y a quelques jours d’avoir obtenu des déblocages de crédit en urgence pour sauver l’association d’une copine, députée En Marche. Tout cela avec la complicité de Bercy…

Un très beau renouvellement des pratiques…

Marlène Schiappa

les associations dont l’objet est l’accueil des femmes victimes de violences sexistes et sexuelles ne sont pas concernées [par les baisses de crédit]

30 commentaires

  1. Pierre dit

    Vous avez loupé l’essentiel, si j’ose dire :

    Macron débloque 1,4 milliard d’euros pour la construction métro à… Abidjan.

    Ce qui fait -au passage- plaisir à Bouygues, qui dirige le consortium chargé de la construction.

    http://afrique.le360.ma/cote-divoire/economie/2017/07/16/13462-cote-divoire-metro-dabidjan-macron-tient-sa-promesse-ouattara-et-debloque-14-milliard

    Résumons :
    -des féministes hystériques
    -du sociétal à revendre (PMA etc.)
    -des attouchements fiscaux (je te supprime la taxe d’habitation, je t’augmente la CSG)
    -de l’immigrationnisme fanatique (bisous maman Merkel)
    -des copains à servir (Afrique, BTP etc.)

    Secouez bien fort… et vous obtenez le macronisme, qui n’est jamais que la continuation du hollandisme par d’autres moyens.

    Dans ce cadre, vous comprendrez bien que l’Armée française, peuplée de mâles blancs et de fachos (pardon pléonasme) ne pèse pas grand’ chose…

    L’Armée ou Terra Nova, Macro a choisi depuis…2012.

  2. Citoyen dit

    Et au-delà du cas de la Schiappa, ce qui est comique dans cet arbitrage, c’est qu’un pays qui « n’a pas de culture », voit le budget de celle-ci relativement préservé … C’est les inter-miteux du spectacle qui vont être enchantés …
    Tout cela donne un parfum très particulier, dans un système où l’on trouve des dizaines de milliers d’assos très lucratives sans but, qui n’ont pour seule vocation que de se goinfrer sur le dos des contribuables …

  3. Guillaume_rc dit

    Oui enfin on parle d’un million contre 850. Pas tout à fait le même ordre de grandeur quand même.

    Celà étant votre billet a le mérite de poser LE débat qui n’a jamais lieu : quel doit être le périmètre d’intervention de l’Etat ?

    Une fois qu’on a répondu à cette question, on peut faire les arbitrages budgétaires.

    Or ce qu’on voit actuellement, c’est la continuation des mêmes pratiques que lors de 30 dernières années : on bricole, on ajuste, mais on ne « met pas les choses à plat ».
    Tant qu’on ne s’y sera pas résolu, on n’aura que du verbiage

    • Jiff dit

      « quel doit être le périmètre d’intervention de l’Etat ? »

      Cette nuit, passait un différé d’une réunion parlementaire principalement axée sur la loi de moralisation; plusieurs interventions de l’opposition ont parfaitement montré les limites de cette intervention de l’état: la même que lorsqu’il s’est agit de demander des comptes sur la réserve parlementaires aux intéressés.
      Mais quoi de plus normal avec une garde des sceaux qui souhaite promotionner l’instigatrice du mur des cons au CSM – à remarquer que le niveau moyen de la réunion en question, à de rares exceptions près, ne volait pas bien haut; donc, d’ici à ce qu’on la qualifie de « garde des sots », il n’y a pas bien loin.

      « Une fois qu’on a répondu à cette question, on peut faire les arbitrages budgétaires. »

      La preuve que non, puisqu’il a suffit qu’un vent mauvais souffle sur Twitter pour que Jupiler coupe l »herbe sous le pied de son valet de chambre et ramène les exemptions de la taxe d’habitation sur le devant de la scène illicote presto.

      « c’est la continuation des mêmes pratiques que lors de 30 dernières années : on bricole, on ajuste, »

      Nooon, avec le roi sommeil, nous sommes passé de l’artisanat de l’à peu près à son l’industrialisation lourde, ça sera d’ailleurs son seul et unique succès industriel.

  4. serge dit

    Comme je l’ai rappelé il y a quelques jours, ces 850 millions s’ajoutent aux 2,66 milliards qui ont été gelés sur budget 2017 il y a peu par les touristes de Bercy. Et quand on gèle des programmes ou des phasages de programmes, soit ils sont définitivement abandonnés, soit ils sont restitués au compte-goutte ne permettant pas de poursuivre correctement les phases, soit ils sont reportés, impliquant des surcoûts énormes vis à vis des engagements industriels. Et le total, seulement pour cette année, représente quasi 10% du budget des Armées.
    La seule explication qui vaille est que Macron, sur sa tendance européenne et atlantiste, n’a qu’un objectif. Financer les engagements OTAN de la France et fondre les reliquats de l’armée française dans les brigades européennes que l’UE veut monter pour faire genre.

  5. Joseph dit

    Cher Verhaeghe, vous êtes face à un Everest ! Le féminisme est un des ressorts du progressisme, donc intouchable. Qui plus est, vous n’allez pas tarder à vous faire traiter de misogyne si ce n’est de « macho » et peut être même vous retrouver devant la 17ème chambre du TGI de Paris.
    Le féminisme est un des jardins du progressisme qui ne sert nullement la « cause » des femmes mais permet d’attribuer à une partie de la population des droits particuliers, et par là même s’octroyer du pouvoir.
    L’armée ? la grande muette ! … Rappelez vous les déclarations péremptoires de Xavier Cantat, frère du chanteur assassin, époux de Cécile Duflot (elle même amante de Jean-Vincent Placé la pastèque écolo, je vous la fait Closer hein !), qui avait pratiqué la chaise vide lors du défilé du 14 juillet en se fendant d’un tweet antimilitariste.
    Le camp progressiste c’est celui du bien, toute pensée en dehors de la doxa est considérée subversive et aussitôt déclenche un arsenal verbal voire juridique pour détruire l’impétrant qui s’aventure hors des sentiers battus.
    A tort ou raison : vous êtes opposé au mariage homo ? alors vous êtes homophobe; Vous êtes opposé à l’immigration ? alors vous êtes un réac raciste; Pour vous les droits des femmes (1) sont un sujet secondaire ? vous êtes surement misogyne; Vous défendez l’armée et les militaires ?
    vous êtes assurément un nazi, et ! si en plus, comme vous osez le faire, vous parlez des femmes dans un amalgame fatalement douteux, alors vous raflez les 300 points de bonus….

    (1) droits des femmes (notion déclinable à l’infini : noir, enfant, étranger, handicapé, invalide, jeune, vieux, etc) c’est tellement stupide que s’en est décourageant, ainsi les femmes bénéficieraient de droits particuliers, des êtres à part dans une société totalement atomisée (c’est le but).

    Autre chose : allez voir ci ce n’est fait le film « The Circle », une pure propagande progressiste en mode débridé. Wonderful World !

  6. gérard dit

    Je vais vous rappeler quelques vérités sur l’armée qui est a l’os.Savez vous que les personnels non combattants peuvent prendre une retraite a 35 ans(environ 900 a 1000 euros par mois)et qu’en plus ils ont des passerelles prioritaires pour bosser dans les collectivités locales.Savez vous qu’il y a un record de généraux et autres colonels d’opérette.Que l’armée entretient des orchestres militaires pour jouer toute l’année dans les squares, et qui n’iront jamais se battre.Que les nombreux contrats sont truffés de détournements,minés par la corruption etc(le canard enchainé en a parlé pendant des années)…..Evidemment ,le héros national De Villiers ne parle pas de cela,cet homme digne du panthéon s’en accorde très bien.Bref toute la litanie des matériels obsolètes,des hélicoptères qui ne volent plus faute d’entretien,tout ça vient du foutoir généralisé de cette institution,qui coute cher pour etre peu efficace en général.Les opérations militaires extérieures cachent la réalité globale.L’armée doit faire des économies comme les autres.La ou je vous rejoins Eric,c’est qu’on ne demande pas d’efforts aux autres(syndicats,éducation nationale,intermittents,CAF etc…)

    • Guillaume_rc dit

      Bravo Gérard, on rentre dans le dur : comme je le disais plus haut pour le périmètre d’intervention de l’Etat, il faudrait aussi prioriser les dépenses dans l’armée.
      Effectivement quid de l’intérêt des très nombreuses fanfares ? Dans un autre ordre d’idée, j’aurai tendance à mettre tout le monde en treillis et supprimer les uniformes de parade (je conviens que c’est peut-être un peu radical). On peut aussi se poser des questions sur les régimes de retraite. Etc.

      Il n’en reste pas moins que ces 20 dernières années, l’Armée a du engager des réformes structurelles profondes (fin du service national), à une extension de ses missions (patrouilles anti-terroristes) et que le matériel est très souvent vétuste (au passage quel ministre accepterait de rouler en CX ?).
      Et il n’en reste pas moins qu’à l’exception des pays de l’UE qui se vivent sous protectorat américain, la plupart des pays ont un effort militaire qui va bien au delà des 2% de PIB qu’on nous dit vouloir atteindre.

    • Philippe Dubois dit

      Les sous officiers peuvent bénéficier d’une retraite avec pension à partir de 17ans et demi de service (27 et demi pour les officiers)
      Les passerelles existent certes, mais sous conditions et ne sont pas aussi prioritaires que ça par rapport à un certain public
      C’est aussi fait pour avoir une armée jeune (c’est mieux pour crapahuter sur le terrain)
      De plus, la quasi totalité des militaires du rang est en CDD et ils sont virés avant d’avoir droit à une retraite – idem pour beaucoup de sous officiers (les années passées sous les drapeaux avec les bonifications éventuelles sont créditées sur le régime général)
      Les contrats d’armements ne sont pas signés par les militaires opérationnels, mais par les ingénieurs de la DGA ou les civils du ministère : il existe effectivement des relations un peu faussées entre certains ingénieurs de l’armement et les industriels : il y a ici quelques réformes de bon sens à mener
      La gestion RH pourrait être optimisée, mais il faut savoir que les états majors dont ceux de l’OTAN et autres structures internationales sont très consommateurs d’officiers supérieurs et généraux. (Et la rémunération des militaires est indexée sur la grille indiciaire de la fonction publique, d’où parfois inflation des grades – c’est trop long à développer ici)
      Il existe certes certaines bizarreries liées aux traditions, mais il faut admettre que cela représente un budget faible, même si effectivement il mériterait d’être revu.

      En réalité, il y a plein de choses à remettre à plat, mais cela nécessite une très vaste réflexion d’ensemble sur les missions, les moyens humains et matériels, la nécessaire redondance de certains moyens, la pérennité de notre industrie de défense et donc l’indépendance d’action de la France (vous n’utilisez pas un armement acheté aux américains sans l’accord des USA), le tout en évitant les yaka*
      Cette réflexion est indispensable, mais les coups de rabots budgétaires réalisés à l’aveugle par Bercy ne sont pas le moyen adéquat.
      Et en attendant cette réflexion et les résultats de la mise en oeuvre de ses conclusions, il faut bien continuer à faire marcher l’ensemble.

      * Je pense par exemple aux yaka supprimer la composante aérienne de la dissuasion, les rafales, les chars Leclerc, etc…

      • gérard dit

        @Philippe:Je fais une différence entre les personnels combattant et les autres.Je ne suis pas contre les régimes bien plus avantageux pour ceux qui sont exposés au combat.Les contrats d’équipement ,qu’ils soient signés par l’armée ou d’autres ,n’enlève rien au fait que tout est mal géré(l’exemple du porte avion nucléaire est un exemple terrible,entre l’hélice ou la révision complète d’un an,lol!).Donc je ne vois pas l’intéret de continuer a arroser un système aussi mal géré,sinon on rentre dans le meme type de revendication que pour l’éducation nationale:lesrésultats sont pires chaque année,donc il faut rajouter plus de moyens(absurde).En diminant le budget,Macron force aussi l’institution a s’améliorer.Et aujourd’hui,ceux qui se plaignent le plus d’etre « a l’os »(collectivités locales,éducation nationale,culture,associations etc…) sont loin d’etre les plus a plaindre.

        • Jiff dit

          @gérard

          Je rejoindrais Philippe, qui vous clairement expliqué qui foirait dans la chaîne et aurait vraisemblablement très long à nous raconter sur la question.
          À cela, on peut ajouter la bêtise administrative crasse, par exemple, toute personne ayant vécue dans un port militaire et ayant plus de 50 ans vous confirmera qu’il n’y a pas 30 ans, non-seulement des hangars entiers de véhicules tournaient 24/7 en fin d’exercice, mais que cela allait même jusqu’à aller larguer en avion le contenu de réservoirs supplémentaires dans les eaux internationales.
          Tout ça pour quoi ? Parce que des administratifs débiles (s’cusez le pléonasme) avaient décrété que les quotas de carburant seraient égaux d’une année sur l’autre – et que si les militaires n’avait pas fait cela, c’était la panne sèche assurée sur le terrain des OPEX en cas de baisse de consommation qui, par essence (;-p), était une forte inconnue une année à l’avance.

          • gérard dit

            Oui,on peut rajouter l’utilité douteuse des chars Leclerc,et les devis explosés par Dassault pour le prix du rafale,ce sont des sommes importantes.

        • Philippe Dubois dit

          Il n’y a pas de différence entre militaires combattants et les autres, du moins sur le papier :
          Tout militaire, quelle que soit sa spécialité, peut être désigné pour une OPEX ou sur un bâtiment de combat pour un marin.
          Après, ceux qui font le plus d’OPEX ont plus de bonifications et touchent une retraite plus élevée : celui qui par à 17 ans avec pension touche 5 ou 600 euros, un minimum statutaire ; donc pas de quoi grever le budget de la nation
          La création des bases de défense a aussi chamboulé tout un dispositif de gestion RH au sein des unités, surtout de l’Armée de Terre qui permettait à un soldat qui avait beaucoup donné de poser le sac quelques temps dans une affectation moins difficile.
          Concernant le PACdG : les hélices : problème de conception construction : pas la faute des marins
          la révision de 18 mois : contractuel pour un navire à propulsion nucléaire, d’où la nécessité d’en avoir au moins deux (trois serait optimal) ou carrément zéro : réflexion stratégique à mener sur l’intérêt ou non d’avoir un groupe aéronaval disponible et la vulnérabilité d’un PA face à des missiles type P800 Onyx à 2 francs 50 pièce* (je n’ai pas la réponse) (*j’exagère un peu, mais le dilemne est là)
          La gestion que vous mettez en cause est celle du politique qui n’a jamais été en mesure de trancher entre le soutien aux industriels coûte que coûte pour acheter la paix sociale (et autres motivations peut-être moins avouables) en poursuivant des politiques d’achat de matériels conçus pour un usage initial qui avait disparu (char leclerc conçu pour arrêter les blindés soviétiques dans la trouée de Fulda, Rafale conçu pour casser du Mig et du Sukhoï) et les besoins réels des armées, parfois mal exprimés, sans se demander si c’était nécessaire de continuer et en quelle quantité
          Certains matériels nécessitent-ils la sophistication dont ils font l’objet, en totalité ou en partie ? (ce qui explose le coût d’entretien (MCO) et gêne à l’exportation, en partie seulement à cause du prix.)

          Par ailleurs, les USA sont aussi confronté au coût exhorbitant des nouveaux matériels*, mais d’une part, ils sont maîtres du Dollar et d’autre part, l’US Airforce pense à acheter des avions pas chers (genre Alphajet) pour aller shooter du pick-up avec 4 talibans, car c’est beaucoup moins cher qu’avec un F35
          * Quelqu’un a dit que vu le coût exponentiel des avions, l’US Airforne ne pourrait bientôt plus s’acheter qu’un seul avion de la prochaine génération

        • Evariste dit

          « En diminant le budget,Macron force aussi l’institution a s’améliorer. » (gérard)

          Ah, pas mal celle-là ! Macron n’a aucun programme d’économie, il ne réforme rien mais se contente de couper dans le budget de l’armée ? Eh bien certains nous explique qu’en fait, c’est plus Complexe(TM) que ce qu’on pourrait croire : ce faisant, Macron améliore l’armée. Oui, « en même temps ».
          Notons que l’armée doit être sacrément améliorée, depuis le temps que ça dure…

          « Marlène, (…) qui se vantaient (…) il y a quelques jours d’avoir obtenu des déblocages de crédit en urgence pour sauver l’association d’une copine, députée En Marche. » (E.V.)

          Dommage. Je trouve que Macron aurait dû économiser sur le budget de Marlène : cela aurait forcé cette association à s’améliorer.

          • gérard dit

            « Notons que l’armée doit être sacrément améliorée, depuis le temps que ça dure »:ben ça dépend d’eux.Quand tu as moins d’argent tu essayes de faire mieux avec ce qui te reste.Macron essaye de baisser les dépenses alors que notre pays produit de moins en moins et s’endette encore plus.S’il ne touche pas au secteur associatif et autres ONG alors il aura tout faux et ne tiendra plus longtemps.Je ne suis pas supporter mais attentif,nous verrons bien…

          • Evariste dit

            @gérard

            « ben ça dépend d’eux »
            Vous vous faites plus bêtes que vous ne l’êtes réellement…

            Si vous étiez attentif comme vous le prétendez, vous auriez remarqué que Macron n’essaie nullement de faire baisser les dépenses de notre pays : ce n’est d’ailleurs pas son programme et ça ne plairait pas à son électorat. C’est exactement comme pour François Hollande. Mais ce dernier avait aussi ses adeptes en 2012, qui croyaient que les socialistes allaient réformer quelque chose (en bien). Comment est-ce possible ? Je ne sais pas.

    • mais bien sur dit

      Et savez vous qu’à moins de dix ans de service le militaire paye pour pouvoir conserver ses cotisations en vue d’une hypothétique retraite? Et que le salaire d’un soldat sur le territoire est le SMIC? Mais bon si c’est la panacée l’armée la porte est ouverte à tous . Bon hormis ça je reconnais qu’il y a effectivement des choses scandaleuses mais faut pas confondre un soldat avec un colon qui a 3 secraitaires qui foutent rien.

  7. Citoyen dit

    Oui mais voila … Si Bercy manque de sous pour les petits fours, c’est que vous tous, manquez du civisme le plus élémentaire, pour ne pas dire de citoyenneté !!… Pour ce faire, et participer par un acte civique à combler les trous du déficit … il faut accélérer !! … Accélérer est un acte civique !… La preuve ici :
    http://www.contribuables.org/2017/06/veuillez-accelerer-pour-combler-le-deficit-chaque-radar-rapporte-a-letat-164-000-euros-par-an/
    Faites un geste bienveillant …

  8. Pierre dit

    A chaque fois on se pince : « je suis victime d’une hallucination ! »

    En fait non.

    Applaudissons donc la dernière sortie hénaurme de l’écri-vaine de romans pornos : …. le « gender budgeting ».

    Si, si, si la donzelle avec son chignon bien serré, l’a annoncé aux vieux mâles blancs du… Sénat.

    Tes oreilles sifflent et tu es pris d’une violente suée ; tu te demandes bon sang ce qu’est le « gender budgeting » ?
    😉

    Pointe ton browser brother sur :

    https://t.co/JtFTW0RDPX

    • Sémaphore dit

      Votre lien ne permet toujours pas de comprendre ce sabir (et je ne suis pas le seul au vu des commentaires).
      Voilà ce qu’on trouve ailleurs :
      Le « gender budgeting » est une analyse menée sous l’angle de vue du genre de toutes les formes de dépenses et recettes publiques, qui fournit une indication globale des conséquences directes et indirectes de ces dépenses et recettes sur la situation respective des hommes et des femmes.
      http://www.egalitedeschancesbruxelles.irisnet.be/glossary/

      Cela a l’air vachement (in)utile, ce truc au point de réduire le budget des armées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *