Accueil » Vaccins: mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini?

Vaccins: mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini?

Cet article a été lu 10477 fois

On doit l’information à l’insoumis Rufin: Édouard Philippe s’est fendu d’une bien maladroite visite « secrète » chez Sanofi alors que le gouvernement s’apprête à violer le Code de la Santé Publique pour favoriser la commercialisation des vaccins de ce géant pharmaceutique. En plein débat sur la lutte contre les conflits d’intérêt en politique, l’opération est vraiment maladroite.

François Rufin a eu la bonne idée de relever l’événement. Le jour où Édouard Philippe lançait les états généraux de l’alimentation, il passait sous silence un autre événement sur lequel les citoyens aimeraient bien avoir quelques explications: sa visite en grande pompe, mais à huis clos, chez Sanofi. De ce petit crochet par Vitry, personne n’a eu vent. Il fallait consulter le site de Sanofi pour en avoir connaissance.

Un secret bien maladroit

Que le Premier Ministre rende visite à une grande entreprise française est d’usage courant. Ce genre de moment touristique fait partie de la fonction. Personne ne peut s’en offusquer.

Alors pourquoi l’avoir tenue secrète? Pourquoi avoir laissé Sanofi communiquer sur le sujet sans en parler à personne? Ce jour-là, Édouard Philippe se consacrait aussi aux états généraux de l’alimentation. Il était entouré de journalistes. On ne peut donc évoquer un oubli malheureux…

Sur le fond, Édouard Philippe pourrait donc découvrir à ses dépens que la meilleure façon d’attirer l’attention sur ses agissements, c’est de vouloir les cacher.

Sanofi, fortement boosté par le gouvernement

Il faut dire que la visite était, sur le fond, extrêmement maladroite. Alors que le Conseil d’État avait fortement incité Marisol Touraine à taper du poing sur la table pour que Sanofi commercialise les vaccins prévus par la loi, le gouvernement Philippe a décidé de passer outre et de changer les règles publiques pour faire plaisir à Sanofi.

Au moment où l’Assemblée Nationale discute des conflits d’intérêts dans le cadre du projet de loi sur la moralisation (même s’il paraît qu’il ne faut plus utiliser ce mot en évoquant le texte), cette petite visite est très maladroite. Surtout lorsqu’elle est cachée. Surtout lorsqu’elle est révélée par Sanofi. Surtout lorsqu’elle revient par Rufin à l’Assemblée Nationale.

Édouard Philippe, qui a brillé par ses palinodies sur la fiscalité, apporte peu à peu la démonstration de son incapacité à communiquer. En tout cas, il voudrait nourrir le sentiment d’une relation malsaine entre Sanofi et le gouvernement, qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

Sanofi

Sanofi a eu l’honneur de recevoir, hier, le Premier ministre de la France Edouard Philippe sur son site de recherche, développement et production de biologiques de Vitry-sur-Seine.
Edouard Philippe a été accueilli par Serge Weinberg, Président du Conseil d’administration, Philippe Luscan, Vice-Président Exécutif, Affaires Industrielles et Président de Sanofi en France, Marc Bonnefoi, Responsable du pôle français de R&D et Guillaume Leroy, Directeur Pays France. Cette visite du site de Vitry, en région parisienne, souligne l’engagement et l’intérêt du Premier ministre en faveur de l’innovation et la recherche et développement, notamment dans le domaine de la santé.

7 commentaires

  1. Jiff dit

    Il fut un temps où les journalistes, un moment empêchés de faire leur travail pour quelque cause que ce soit, déposaient leurs caméras et appareils photo à leurs pieds, histoire que leurs interlocuteurs comprennent bien qu’il vallait mieux éviter de leur chier dans les bottes – il semble qu’aujourd’hui, ces mêmes bottes soient percées et pleines sans que cela ne les gênent.

    En plus de la (très très) mauvaise pub, d’autant que ça commence à chauffer de ce côté-là ( https://francais.rt.com/france/41302-vaccination-autisme-proces-laboratoire ), la « décontraction » de certains parlementaires sans doute peu gênés aux entournures ( https://francais.rt.com/france/41319-baisse-apl-deputee-lrem-demande ), il existe un redoutable risque de dérive « à l’anglaise » ( VO: https://childhealthsafety.wordpress.com/2009/01/13/secret-british-mmr-vaccine-files-forced-open-by-legal-action/ , VF~: https://bistrobarblog.blogspot.fr/2013/01/des-documents-revelent-le-canular-des.html ), parce que ceux-là, ils oseront tout… Ceux qui parlent anglais couramment et veulent aller plus loin trouveront le PDF référencé dans ces 2 articles, mais ayant disparu mystérieusement du site, ici: http://www.checktheevidence.com/pdf/ (cherchez: « 3-tom », vous tomberez directement dessus.)

    Ajoutons au passage que, pendant que nos aimables esthètes allergiques aux justificatifs de frais veulent nous faire piquer, nos voisins du Nord prennent le contre-pied total: http://www.wikistrike.com/2017/05/la-suede-interdit-la-vaccination-obligatoire.html , un comble !

    Et pour finir en beauté: http://www.20minutes.fr/sante/1940087-20161012-vaccins-nouveau-livre-danger-aluminium-ravive-polemique en rappelant que le Pr R.Gherardi a du s’arrêter aux études préliminaires (positives, d’où son bouquin), car l’agence du médicament qui devait financer l’étude épidémiologique suivant, devant enfoncer le clou, s’est défaussée en passant aux abonnés absents dès les premiers résultats connus (résultats au passage confirmés par les chinois.)

    Personnellement, si je dois avoir un/des autre(s) enfant(s), ça sera soit un DTP, si possible sur base calcium, soit rien du tout. Et au cas où ça défrise un lecteur, qu’il réfléchisse bien à l’inanité des 2 rhétoriques habituelles utilisées avant d’écrire quoique ce soit.

    • Jiff dit

      Oops, j’oubliais que dans l’ « épidémie » de rougeole de début d’année (absolument colossale: 61 cas au 2017-03-13 dans l’Est de la france), l’article de bfm-wc ( http://www.bfmtv.com/sante/importante-epidemie-de-rougeole-dans-l-est-de-la-france-1123493.html ) précise: « Parmi ces 61 cas recensés, 61% n’étaient pas vaccinés », indique l’ARS – et à moins que je ne sache plus compter, ça veut inversement dire que 39% de ces 61 cas (soit 24 morpions) étaient vaccinés et ont malgré tout contracté l’horrible maladie de la mort qui tue.

      Maladie que je me suis tapé en 70 (je vous vois venir, 1970, PAS 1870;) et qui m’a fait passer une semaine au lit pendant les vacances de Pâques :/ – je n’ai pas souvenir qu’à l’époque le médecin (sur-qualifié) ait déclaré que c’était une maladie grâve, juste une maladie infantile qui nécessitait de rester au lit dans la pénombre jusqu’à la chûte de température…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *