Accueil » La baisse des APL ou le degré zéro de la politique

Crédit: Matignon

La baisse des APL ou le degré zéro de la politique

Cet article a été lu 13489 fois

L’annonce d’une baisse généralisée de 5€ de l’Allocation Personnalisée au Logement (APL) est l’exemple même de la mesure excellente lorsqu’elle est bien expliquée, et cataclysmique lorsqu’elle sort du chapeau sans prévenir. Sur ce coup-là, Édouard Philippe souligne combien son gouvernement d’experts a atteint le degré zéro de la politique.

Avec les APL, le gouvernement jouait sur du velours. Les études n’ont en effet pas manqué ces dernières années pour montrer comment cette allocation était néfaste pour les allocataires eux-mêmes.

Ainsi, l’INSEE, en 2014, avait produit une étude intitulée « L’impact des aides au logement sur le secteur locatif privé ». On y lisait ce texte simple à comprendre et à expliquer:

Les résultats obtenus par cette méthode indiquent que les loyers sont significativement plus élevés dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants, suggérant un lien causal entre les aides au logement et le niveau des loyers privés.

Autrement dit, le gouvernement ne manquait pas d’éléments indiscutables pour expliquer que l’APL est une aide aux propriétaires avant d’être une aide aux locataires, et qu’elle favorise la hausse des loyers plutôt qu’elle ne permet de se loger.

Les APL et la mesure proposée par la Cour des Comptes

Au passage, la Cour des Comptes a déterré à nouveau le dossier à l’occasion de son audit sur les comptes publics en proposant une mesure simple: le libre choix des contribuables entre le rattachement de leur enfant au foyer fiscal et la perception de l’APL pour celui-ci. Soit on reçoit une aide au logement, soit on déclare une demi-part. L’équation était, là encore, simple à comprendre et à expliquer.

La désarçonnante communication du gouvernement

Concernant la baisse des APL, la surprise est d’abord venue de la méthode: l’information est parue dans la presse sous forme de fuite, confirmée illico par le gouvernement. Personne n’a jugé utile de délivrer une parole politique sur le sujet, c’est-à-dire une explication en bonne et due forme sur le pourquoi du comment. C’est tout juste si l’on a entendu des voix pour attribuer cette baisse au gouvernement précédent.

Ici, on se demande si le silence gouvernemental tient du pari raisonné (on ne dit rien, et on espère que ça passera tout seul) ou de l’amateurisme (c’est une mesure anodine que personne ne remarquera). En tout cas, il faut une sacrée dose de surdité pour n’avoir pas réagi dès les premières heures de la polémique.

Une mesure politiquement coûteuse

Reste que si, sur le fond, la baisse des APL de 5€ est une mesure qui va dans le bon sens (puisqu’elle diminue une dépense publique qui profite aux nantis, c’est-à-dire aux propriétaires, avant de profiter à ceux qui en ont besoin), elle est politiquement désastreuse. Les estimations montrent qu’elle ne devrait pas rapporter plus de 400 millions € en année pleine. Se fâcher avec les Français pour de la roupie de sansonnet, c’est quand même absurde. Une baisse de 12,5€ aurait rapporté 1 milliard. Au-dessous de ce chiffre, l’impopularité n’est pas rentable.

45 commentaires

  1. tul dit

    On ne résout pas le problème du logement en France avec un coup de rabot sur l’APL. Il s’agit d’un problème bien plus vaste de fiscalité dont celle du loyer implicite qui devrait être instauré comme en Suisse, Pays-Bas, USA… car qui paye in fine la taxe sur les revenus fonciers des logements loués ? Le locataire ! Alors le propriétaire de son logement ne paye que la taxe foncière qui est largement en dessous de ce qu’il payerait taxe de revenus fonciers si son logement était loué. Le système immobilier français freine la mobilité géographique des propriétaires et détourne l’épargne des particuliers au détriment du financement des entreprises.

    • Sémaphore dit

      Ah, la naïve espérance que la solution de tout problème est obligatoirement une taxe sur le proprio, le nanti, l’ Autre de toutes façons et que jamais, au grand jamais, elle n’aura aucune incidence néfaste bien plus importante que son attendu « bénéfice »…
      Comme par exemple la prolifération de l’ Administration, si efficace et modérée en coût comme chacun sait…

    • STEVE dit

      Le loyer implicite c’est l’abandon du droit de propriété purement et simplement. Pourquoi payer pour quelque chose qui vous appartient déjà? Le collectivisme n’a jamais fonctionné nulle part !

    • Deres dit

      Les impôts sur le logement, via taxe foncière, taxe d’habitation, redevance TV, taxe ordure ménagère, taxe sur les abonnements EDF/GDF et l’eau, taxes sur les abonnements internet, droits de mutation, ne sont pas vraiment faibles en France au final. Je ne pense vraiment pas que LA solution soit d’inventer un nouvel impôt à ajouter à cette inventaire à la Prévert. Au contraire, la solution serait dans la simplification et la baisse de ces impôts en en supprimant quelques uns.

      Si vous voulez augmenter la mobilité des français, il faut diminuer les droits de mutation et simplifier les démarches en particulier en diminuant le nombre de diagnostics immobiliers (10 actuellement et en constante augmentation).

        • Citoyen dit

          « … mais d’élargir l’assiette d’un impôt existant… » …. à ceci près Tul, que dans un pays qui a largement dépassé dans ses prélèvements, la dose de l’acceptable (et ceci aussi bien pour ceux qui en paient beaucoup, que les autres qui en paient beaucoup moins), la question n’est plus d’augmenter des prélèvements (même limités à une catégorie particulière), mais de les réduire de beaucoup, pour tous … ce n’est qu’à cette condition, que le pays en question pourra retrouver quelques couleurs, faute de quoi, il est foutu … Ce qui est déjà largement engagé.

    • gérard dit

      LOL!Encore un qui trouve que les taxes foncières sont trop basses!Allez voir la débacle a Chicago(la clique OBAMA) quand on laisse les élus locaux en liberté!Ma taxe foncière est largement au dessus de la valeur locative.Et quand je vois les dépenses inutiles de ma mairie,je vois la majorité des fonds gaspillés et la dette qui explose pour des futilités.Vous allez effectivement voir plus de mobilité quand les gens fuiront les municipalités tarées pour aller vers celles ou les maires sont encore un peu honnetes,mais ce sera très difficile de trouver des acheteurs pour son bien

          • tul dit

            Ça fait 1250*100/(800*12)=13% de taxe annuelle sur votre loyer fictif, rien d’extraordinaire en termes de taxation du revenu.

            Une taxe revenu immobilier fictifs pourrait bénéficier, comme pour le locatif, d’une déduction des intérêts d’emprunt immobilier, donc vous ne payerez aucun impôt sur revenu fictif pour une bonne partie de la durée de votre remboursement d’emprunt immobilier, contrairement à la situation actuelle.

  2. tul dit

    Il y a aussi quelques pistes pour augmenter le parc locatif en revoyant certaines normes aberrantes :

     » Même problème pour les nouvelles résidences pour étudiants, où toutes les chambres sont agrandies, en conformité avec la loi Handicap, de 20 %. Conséquence : le coût de la construction augmente de 20 %, et on édifie 20 % de chambres en moins… »

    http://www.lepoint.fr/politique/ces-bureaucrates-qui-nous-tyrannisent-21-03-2013-1690741_20.php#site

    • Deres dit

      Oui, une partie uniquement des logements adaptés aux handicapés et aux personnes âgés serait suffisant. Il serait surtout logique de rendre cela obligatoire surtout pour le rez-de-chaussée qui est accessible de plein pied. Idem pour les ascenseurs qui pourraient ne plus être obligatoire, surtout dans les résidences étudiantes … De toute façon, une personne en fauteuil au 6ème étage devient hyper-dépendante d’un ascenseur qui tombe parfois en panne ou est en maintenance, ce qui n’est pas souhaitable.

  3. MJ dit

    Encore cette histoire de loyer implicite. vous ne seriez pas locataire par hasard ?
    et si on fait « comme en Suisse, Pays-Bas, USA… « , il faut aussi que tout le reste soit « comme en Suisse, Pays-Bas, USA…  »
    trop facile de prendre ce qui arrange chez l’un mais pas ce qui dérange. Je pense en particulier aux contraintes qui portent sur le bailleur .
    Loyer impayé = viré, dehors. c’est simple (et de bon sens).

    • Sémaphore dit

      Vous me l’avez retiré du clavier!!!
      😉
      Et, en dépit de cette taxe « supplémentaire », ces pays ont une fiscalité moins lourde au total et pas pour des services inexistants comme si la Grance était obligatoirement le phénix auquel doivent se comparer tous les autres, inférieurs, forcément inférieurs…

    • Sémaphore dit

      Et vous pouvez y conclure un bail en deux coups de cuillère à pot sans devoir réclamer des cautions à toute votre famille ni remplir un dossier préalable de vingt pages avec vos déclarations de ressources des vingt dernières années…

      • Sémaphore dit

        Moi aussi, je suis bailleur (avec 25 ans de pratique professionnelle d’administration de biens immobiliers) et si je n’ai rien compris à votre propos, c’est peut-être qu’il manque de clarté (ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément)

        • tul dit

          Ce qui est bien lu se comprend clairement, faites un effort pour comprendre ce que vous lisez au lieu de reprocher le manque de clarté à celui qui écrit. Votre citation est celle des cancres illettrés qui ne font aucun effort de lecture-compréhension et c’est la tendance profonde actuelle des français qui deviennent des vrais abrutis en comparaison des autres pays où les gens continuent de réfléchir.

  4. Pierre dit

    Ces 5 euros par mois, plus la « sélection » à l’université (qui sera imposée, non par idéologie, mais par nécessité budgétaire), plus l’arrogance de certains députés (exemple : Claire O’Petit : « arrêtez de pleurer pour 5 euros »)… c’est tout bon les gars.

    Le gouvernement a de fortes chances d’être balayé par les étudiants (syndicalistes, gauchistes, branleurs, etc. ça fait du monde).

    Il y aura des manifs qui dégénèreront en émeutes bien entendu, et les flics commettront une « bavure » 1986 style.

    Emballé pesé.

    La bombe estudiantine, que le chauffeur de scooter avait su éviter (avec talent sinon avec prudence), va exploser au nez de Jupiton.

    • Citoyen dit

       » … que le chauffeur de scooter avait su éviter (avec talent sinon avec prudence)… »
      « avec talent » … Faudrait pas pousser … pas sûr que ce soit le mot qui soit le plus adapté au sujet …

  5. Joseph dit

    l’APL, le problème est vaste, il s’agit surtout de clientélisme politique, on achète de la paix sociale et des électeurs en arrosant d’argent public des couches de populations, et l’éventail est large. la CAF verse directement l’aide au bailleur, ce qui a pour effet de gonfler artificiellement les loyers, ce n’est pourtant pas difficile à comprendre, le locataire est mit dans une situation de dépendance et, par effet de seuil, n’a nullement intérêt à sortir de sa situation, allocataire un jour, allocataire toujours… https://www.caf.fr/sites/default/files/caf/011/Pdf/guidebailleur_ap_112010.pdf
    Dans un autre registre mais relevant de la même logique, le métro d’Abidjan reçoit 1.4 Mds/€ d’aide de l’état français, ce qui en fait est une subvention déguisée aux entreprises françaises œuvrant sur ce sol (non parce que sans rire, ce ne sont pas des « entreprises ivoiriennes » qui vont effectuer l’essentiel des travaux…), qui ne manqueront pas, ingénierie fiscale oblige, de s’éviter de payer la moindre charge ni le moindre bénéfice en France.
    Clientélisme, voilà tout.

  6. serge dit

    Indépendamment du bien fondé ou non de la suppression des APL, la manière de procéder est remarquable:
    – Le degré zéro de la comm : comme c’est devenu l’usage, toute future décision est « fuitée ». Et suivant le doigt mouillé des sondages et des réseaux sociaux, le gouvernement ou un de ses sous-fifres dit oui (c’est nous qu »on l’a pensé…) ou non ( c’est pas nous, juré craché…) à la décision. Pas de préparation chiffrée, pas de débat minimum, pas d’explication, pas d’implication.
    – La méthode de gestion made in France : On va sabrer 5 euros (m’enfin, c’est que dalle…). Et puis dans quelques mois, encore 5 euros, etc… comme la csg passée de peanuts et pas longtemps à plein de pourcents et pour toujours. Pas mieux pour fâcher tout un chacun. Et tout cela pour gratter quelques dizaines de millions, là où de bonnes décisions trouveraient des milliards.
    – La méthode supplice chinois : Après avoir dit que le sabrage de dépenses serait copieux et intelligemment ciblé (pour se faire élire), on reprend les bonnes habitudes. Une couche d’économie de bouts de chandelle chaque jour, un gros gisement sur du régalien (ie les Armées, la Police) que personne ne comprend vu la géopolitique, une bête volée de taxation sur des taxes existantes et un report de trucs pas foncièrement stupides aux calendes grecques (pauvres grecs…).
    Vraiment que de la daube.

  7. Jiff dit

    « il faut aussi que tout le reste soit « comme en Suisse, Pays-Bas, USA… »  »

    Farpaitement d’accord.

    Et au passage, tul (qui s’emmêle les pinceaux entre taxe d’habitation et taxe foncière ;-p) oublie « juste un petit détail de rien du tout » à propos des baux de nos voisinszzzéamis Suisses: une très grande majorité d’entre eux incluent une clause mettant la recherche du successeur à la charge du locataire prenant, il faut donc faire paraitre une/des annonce(s) à ses frais et bien évidemment écrêmer avant d’être en mesure de pouvoir présenter un successeur valable au propriétaire – toujours aussi intéressé par les particularités Suisses, tul ??

    Par ailleurs, si le marché immobilier français est aussi statique, ne serait-ce pas à cause des tracasseries administratives, telles qu’impôts, taxes, coût de l’enregistrement chez le notaire et autres vexations mercantiles multiples (certificat de consommation d’énergie, certificat sur les matières dangereuses, etc) qui renchérissent tellement le coût d’une revente/achat que les français y regardent à de multiples fois avant d’exécuter ce type de manœuvre ?
    Ne serait-ce pas également parce que la plupart des français qui résident dans un coin l’ont en général longuement choisit, qu’ils ont également lié des relations humaines avec leurs amis, leurs voisins, leur mairie, leurs commerçants, etc, et que donc ça les fait _vraiment_ chier de quitter LEUR VIE, tout ça parce qu’un trou du cul a décidé du haut de son acropole « qu’ils se devaient d’être mobiles », un peu comme le troupeau de mouton que l’on ballade de pré en pré avant de le faire passer à l’abattoir ?

    Pour conclure, expliquons à tul que si d’un côté les loyers rentrent (et ça, ça n’est jamais sûr du tout), de l’autre, les dépenses d’entretien dévolues au propriétaire sont très loin d’être neutres – enfin, quand on a un bien que l’on a pas envie de voir se déprécier. Ajoutons la fiscalité pour coiffer le tout, et l’on comprend rapidement que le rendement locatif baisse d’autant, et que si l’on a pas acheté à un prix ridiculement bas dans un coin extrêmement coté, le retour sur investissement n’est pas terrible – et il en faut, car ce sont à 85% ceux qui possèdent déjà plusieurs biens qui en rachètent d’autres… Jusqu’au jour où ils en auront tellement plein le dos qu’ils vendront et partitront investir leur pognon ailleurs, suivant en cela les entrepreneurs aguerris, les créateurs et les diplômés.
    Alors, tul, le jour où vous devrez louer votre appartement à une banque ou à une compagnie d’assurance, vous repenserez à ma réponse, et je vous souhaite bien du plaisir…

    • tul dit

      « tul (qui s’emmêle les pinceaux entre taxe d’habitation et taxe foncière »

      « le rendement locatif baisse d’autant » qu’il est la seule assiette d’impôts sur le revenu foncier qui serait élargie avec le loyer implicite.

      Je ne parle nulle part de la taxe d’habitation, vous êtes un autre troll qui ne comprend rien, con vous êtes, con vous resterez.

      Le déménagement, la mobilité géographique, c’est pour éviter de rester au chômage dans un trou du cul franchouille sinistré de l’emploi, donc il faut déménager pour un job ailleurs, c’est pas plus compliqué que ça.

      • MJ dit

        Tul traite ses contradicteurs de « con », bravo, ça donne le niveau du zig.
        j’hésite est il un idéologue ou un crétin (au sens médical bien sûr, pas l’insulte)?
        Tul porte bien son pseudo, il est au moins aussi nul que la guimauve … de Tulle.
        Tul pas la peine de répondre je me contrefous de vos propos.

      • Jiff dit

        « Je ne parle nulle part de la taxe d’habitation, vous êtes un autre troll qui ne comprend rien, con vous êtes, con vous resterez. »

        Ah ? Mea Culpa, j’avais cru que c’était ce que vous sous-entendiez, mais il est vrai que votre texte est assez incompréhensible. Quant’à ce que vous me traitiez de con, peu me chaut et libre à vous , car on est toujours le con de quelqu’un et qu’on ne peut plaire à tout le monde.

        « Le déménagement, la mobilité géographique, c’est pour éviter de rester au chômage […] »

        Si cela peut, à la limite, se concevoir pour les d’jeuns, c’est mission presque impossible pour les autres pour les raisons déjà expliquées.
        Par ailleurs, en mettant cela sur le plateau, je suppose que vous faites allusion à la grosse mobilité des Américains (dont, au passage, le nombre de pauvres a littéralement explosé depuis 2007) qui n’est absolument pas applicable ici; l’immobilier là-bas est sensiblement moins onéreux, les taxes et impôts afférents sont pratiquement inexistants, la culture locale étant en partie fournie par ce qui s’est passé dans l’Ouest, la mobilité fait partie intégrante du paysage, rendant location de camions et déménageurs assez accessibles, ici, décrocher un crédit n’est pas facile et le crédit-relais est bien connu pour être un piège à cons très risqué, et enfin, la collusion permanente et malsaine du grand capital avec les poliotiques a permis de finir d’imposer la migration en la rendant « normale ».
        Cependant, lorsque l’on discute avec des gens de la middle class qui ont été obligés de déménager pour des raisons professionnelles, on trouve chez eux, à de rares exceptions près, beaucoup d’amertume et le sentiment légitime qu’ils ne sont que des jouets entre les mains de certains.

        C’est sans doute tout cela que vous souhaiteriez imposer d’une façon impérative si besoin est à vos concitoyens moins fortunés; rassurez-vous, dans votre cas c’est normal: les socialauds ne vivant que sur des une idéologies hors-sol ont des idées évanescentes sur tout, à l’exception de ce qui leur permet de maintenir à flots leurs petits privilèges au détriment du plus grand nombre, comme l’Histoire du monde l’a systématiquement prouvée.

        Au titre de pansement de l’âme, méditez donc cette pensée de W.Churchill: « Socialism is the philosophy of failure, the creed of ignorance and the gospel of envy », enfin, si tant est que vous la compreniez, puisque vous semblez avoir un souci de compréhension du terme « Troll », d’origine anglo-saxonne.

  8. Alban Boittiaux dit

    Il n’y à pas besoin de l’INSEE, la microéconomie suffit à comprendre le processus. Néanmoins, la réforme non optimisée en efficience n’est pas bonne écononiquement. Elle m’intègre pas la rigidité à la baisse du marché locatif et lèse les locataires.

  9. Pierre dit

    Stop the presses.

    Pour une fois qu’un type « LR » dit un truc intelligent…

    Guillaume Pelletier : « «C’est pas en diminuant de 5€ les APL qu’on va s’en sortir (…) Disons la vérité, tant qu’on ne maîtrisera pas les flux migratoires, on ne pourra pas régler durablement la question du logement en France. 220 000 étrangers qui viennent en France chaque année, qu’est-ce que vous croyez ? Quand on fait venir 220 000 étrangers sur le territoire national, il est bien logique et naturel de les loger.» »

    Mais on pourrait contester avec véhémence : nous savons en effet (maman Merkel nous l’a dit) que tous les « réfugiés » sont des ingénieurs, médecins, chirurgiens, avocats, vedettes de cinéma, et sportifs de haut niveau… et qu’ils trouvent chacun un emploi très bien rémunéré (plusieurs milliers d’euros par mois, minimum).

    Bref, prétendre que ces centaines de milliers de personnes demandent des APL, franchement, hein… Ca fleure la France rance !

    Un clin d’oeil à nos amis étudiants, et aux vrais pauvres, et à tous les autres gogos (surtout ceux qui payent beaucoup d’impôts)… Vous payez pour vous enrichir culturellement !

    Et vous oseriez vous plaindre ?

    • Citoyen dit

       » … que tous les « réfugiés » sont des ingénieurs, médecins, chirurgiens, avocats, vedettes de cinéma, et sportifs de haut niveau… » …. Pierre … paraît même, que dans le lot, il y a une masse d’entrepreneurs aguerris, disposés à se dévouer pour créer des entreprises dans les hautes technologies (et donc des emplois) que les autochtones ne savent plus faire … si, si … Alors, que demande le peuple ?

    • Jiff dit

      « Quand on fait venir 220 000 étrangers sur le territoire national, il est bien logique et naturel de les loger.

      En zappant tout à l’heure, je suis tombé sur un extrait de l’un des innombrables discours de Caligula (à moins que ça ne soit Tibère, mais bof, c’est du pareil au même) où il clamait haut et fort qu’il ne fallait plus personne dans les rues ni dans les bois – il parlait, semble-t-il justement du logement de nos « aimables invités », mais, ayant pris le bousin en route, j’ai d’abord craint qu’il ne s’agisse de l’établissement de la loi martiale (qui finira par venir, les faibles d’esprit en abusant systématiquement, croyez-en un vieux routard.)

      « tous les « réfugiés » sont des ingénieurs, médecins, chirurgiens, avocats, vedettes de cinéma, et sportifs de haut niveau »

      🙂 ça reste à « légèrement modérer » (article du 2016-05-20): « Last October, the Federal Employment Agency said that that 81 percent of asylum seekers were “without formal qualifications,” claiming that due to the heavy refugee influx there will be at least 400,000 additional welfare recipients in 2016. » ( https://www.rt.com/news/343753-germany-refugees-males-statistics/ ), article qui donne toute sa force à votre avant-dernière phrase…

  10. Hv dit

    Bravo , Éric .. Tu auras au moins suscité le buzz avec ton propos …! Un buzz hétéroclite, où l’on peut lire tout , son contraire , et le reste … La fiscalité, les migrants, la politique , … Belle ouverture !
    Sur le fond, tu as raison : je ne suis pas « macrophile » , tu t’en doutes … Mais faire des économies dans ce pays relève du mythe de sysiphe ! Baisser les APL de 5 euros aurait dû être un jeu d’enfants et de 12,5 euros un jeu d’adultes responsables, à la condition de le faire avec pédagogie … Locataire par procuration de mes enfants étudiants, j’accepte l’effort et propriétaire d’un logement donne en location, je suis prêt aussi à baisser mon loyer des 5 euros de contribution à l’effort national … Mais bon dieu, que les choses puissent être dites clairement et que la ligne d’horizon soit claire !
    Amitiés

    • Joseph dit

      @HV : le remarquable c’est de ramener la chose à vous, votre norme et votre capacité d’effort ainsi que votre résilience à un système par ailleurs scabreux, c’est votre affaire.
      Le sujet est épineux, vous venez en parlant d’économies, mais de quoi parlez vous au juste ? De quelles économies ? « En Marche » prouve qu’avec ce dossier ils s’inscrivent dans la continuité, incapables de penser autrement ils adoptent des mesures immédiates qui n’auront aucun effet sinon satisfaire les comptables de l’UE et les salles de marchés via les agences de notation.
      Vous me faites penser à tous ceux qui n’ont que le mot « réforme » à la bouche, ceux-la n’ont jamais eu la curiosité d’apprendre la définition de ce mot qui est d’une violence inouïe, ce qui explique son rejet.
      On « économise » ici, on est « généreux » là, en fait on déplace les sujets en donnant quitus à un électorat ou un autre, de fait, votre ligne d’horizon reste ce qu’elle est : claire (sauf pour vous) mais inaccessible, par définition…
      Economies = déplacement de charges dans le langage politique, voilà tout, pourtant clair non ?

    • Jiff dit

      Il-y-a, Hv, dans votre raisonnement, 2 choses qui me gênent, la première, c’est la même qui a également fait réagir Joseph, à savoir que vous réagissez en fonction de vos propres ressources en ne considèrant pas que €5 soit un souci, cependant, pour un étudiant peu fortuné, c’est le cas; c’était d’ailleurs le propos de Jean-Cul Méchencon en amenant son panier de courses dans l’hémicycle – et pour une fois qu’il n’a pas dit de conneries, c’est à remarquer – oui, pour les gens qui ont très peu d’argent, €5 ça représente plusieurs jours de nourriture.

      La seconde, c’est que vous trouviez tout à fait normal que « les économies » soient faites sur le dos du bon peuple, alors que tout un chacun sait pertinemment que c’est dans l’état et les collectivités locales que se trouvent les gabegies (si elles se trouvaient du côté des gens normaux, ça se saurait); par exemple, supprimer le conseil économique et social aurait permis de plus économiser que ces fameux €5 sur l’APL, et nous aurait en plus débarrassé d’une assemblée de recyclage de vieillards ne s’étant pas vu renouveller leur mandature qui ne sert plus à rien, à part pomper l’argent du contribuable, depuis des temps immémoriaux. C’est d’ailleurs ce 2nd point qui me fait fortement douter de votre déclaration (pas macronien.)

      Si l’APL, ainsi que beaucoup d’autres choses, nécessitent une révision complète, ça nécessite avant tout une longue réflexion, si possible menée avec un aréopage de vrais experts (donc, pas forcément médiatiques) et pas avec des « conseillers » qui tiennent plus du cireur de pompes inculte que du puits de connaissances et de sagesse – réflexions qui n’ont pas été, ne sont manifestement pas, et ont donc de bonnes chances de ne jamais être au menu de Caligula, qui, en bon petit soldat des sionistes, semble croire que parce que tout le monde parlait de dictature molle il fallait qu’il l’institue formellement (ce en quoi il tombera sur un os) en imposant ses étroites vues sur un monde qu’il est incapable de comprendre – partant de là, il ne pouvait donc faire que ce que tout petit ponctionnaire, qui plus est issu des finances, aurait fait: taper sur le plus grand nombre sans toucher à sa caste, ou si peu que ça pourrait en être risible si ce pays était en bonne santé.

      • Joseph dit

        Jiff. Bonjour. Vous traduisez, par votre intervention, le malaise sur l’APL qui ne peut être dissociée de la gabegie des dépenses de l’état, et effectivement Mélenchon avec son intervention a démontré l’impact de la mesure sur les Français y compris ceux qui ne touchent aucune aide.
        Le titre de l’article éclairait la voie, nous sommes vraiment au « degré zéro de la politique ».

        • Jiff dit

          Salut Joseph (T. ?), ce qui me dérange le plus dans cette histoire, c’est, comme écrit ci-dessus, qu’il y a énormément à faire, notamment dans la « fonction publique » (entre parenthèses pour tout englober) et qu’une fois de plus, c’est sur les plus pauvres que ça va faire le plus mal – c’est tout à fait dans ce que McRon et ses maîtres appellent le libéralisme, sauf que le vrai libéralisme, c’est tout autre chose (avant tout, c’est un système législatif plutôt horizontal, ce qui tranche singulièrement avec la colonne Vendôme de Caligula.)

          Donc, nous n’en sommes même plus au niveau zéro (le gazon), nous sommes déjà sous terre.

          Au fait, je suis tombé sur Marie qui m’a dit de vous dire que Jésus a gueulé parce que le bois pour la cheminée, c’est en bûches, pas en croix ;-p) (DSL 😉

          • Joseph dit

            Jiff. Vous savez, je vous devine lettré, j’ai déjà eu il fut un autre temps, des problèmes avec la femme de Putiphar, je ne voudrais pas m’en attirer avec la dénommée Trogneux. Croix de bois, croix de fer si je mens je vais…

          • Jiff dit

            « je vous devine lettré »

            Whoff, si peu, sachant que je suis un matheux; mais j’essaye tous les jours de m’améliorer en lisant beaucoup, car ce qui m’apparaissait comme mineur lorsque j’étais adolescent, s’avère primordial à l’âge adulte, notamment le connaissance de notre Histoire (enfin, la vraie, pas celle des manuels.)

            « des problèmes avec la femme de Putiphar »

            Connasoins pô.

            « je ne voudrais pas m’en attirer avec la dénommée Trogneux. »

            Cela n’est point ma tasse de thé. Moi, par contre, je m’élève en faux contre cette caste soit disant « populaire », alors que si l’on y regarde de plus près, elle est minable et totalement hors-sol, n’ayant jamais eue un vrai métier entre les mains.

            Faudra-t-il à un moment ou à un autre ressortir nos connaissances en chimie et en physique des moments d’inertie en translation, rien n’est plus sûr; le pire de tout cela étant: « on n’a que les poliotiques que l’on mérite »…

          • joseph dit

            Jiff. « n’ayant jamais eue un vrai métier entre les mains ». Celle-ci me plait car je distingue métier et profession. Pour le métier l’apprentissage est long (minimum 10 ans…) et incompressible même en cas de don. Une profession c’est une activité qui peut être pratiquée par n’importe qui (les fumeux stages ou la plupart des bac +3/5 qui ne servent à rien), la seule exigence étant une base culturelle minimale et savoir lire et écrire, ex : la banque, l’assurance, l’administration, le journalisme, etc…
            Mme Trogneux c’est la marionnettiste, elle tire les ficelles de la pupi Macron http://www.museodellemarionette.it/index.php?lang=en Il est souvent dit « cherchez la femme », chez les hommes de pouvoir c’est une constante et chez Macron une évidence.

          • Jiff dit

            « Pour le métier l’apprentissage est long »

            Je suis d’accord, le métier étant l’ensemble des milliers de petites choses qui finissent par former un gros tout.

            « Mme Trogneux c’est la marionnettiste, elle tire les ficelles de la pupi Macron »

            Là, je ne vous suivrai pas.
            Diverses vidéos intéressantes traînent sur YT, et l’une d’entre elles est très intéressante, un ex-étudiant de sèpukel école (éna ?) explique que tous sont tellement concentrés pour sortir dans la botte qu’une fille lui avait répondu que s’ils sortaient ensemble, il devait promettre de ne pas rompre jusquaux examens finaux; l’analyse du type sur le couple en question est que Caligula, vu ses ambitions, avait absolument besoin de se concentrer sur son travail et que ce type de relation lui permettait de le faire en éliminant tous risques que l’on pourrait rencontrer lors d’une relation usuelle – sans préjudice d’une éventuelle inversion de sa sexualité, auquel cas elle serait en quelque sorte le paravent idéal.
            J’aurais tendance à le croire, vu que j’ai un peu fréquenté ce type de milieux quand j’étais sur Paris (de loin, hein !); on y retrouve tout, de la concentration de pouvoir en passant par la petite colère trépignante en réponse à ce qui est ressentit comme une trahison (grosso-modo: tout ce qui ne va pas dans le bon sens, sans mauvais jeu de mots:) – c’est d’ailleurs une faune bien pire et beaucoup plus sournoise que celle des filles (c’est dire !)

            Et pour conclure, on peut légitimement se demander pourquoi de plus en plus de dirigeants de tous poils sont sans enfants – je pense que ça permet d’avoir des gens « mieux » coupés de la base et par conséquent beaucoup plus inflexibles; un exemple récent: la baisse de €5 des APL, négation totale des problèmes que peuvent rencontrer les enfants et par extension leurs parents – mais après tout, pourquoi se préoccuper des mouton-tribuables, puisqu’ils ne descendent pas dans la rue et se laissent tondre sans résister.
            Sans socialisme aucun et dans un esprit de justice fiscale (au sens noble de l’expression, pas celui de Bercy), notons tout de même au passage que la « poliotique de taxation » de Bruxelles ainsi que celle concernant le tax avoidance, où l’on bave beaucoup mais où surtout on ne fait rien – sinon ça fait longtemps que les privilèges de San-Marino, Andorre et Monaco (cas pris purement au hasard et parmi tant d’autres;) auraient été révoqués – favorisent au-delà du réel le 1% qui y trouve son parfait bonheur (plus de 10x la mise en moins de 10 ans pour certains, ça ne se refuse vraiment pas.)

  11. Joseph dit

    salut Jiff. Vous décrivez la relation du coté de Jupiter, c’est peut être vrai, mais ne perdez pas de vue que cette femme avait 40 ans quand il en avait 15. Ce type de relation en dit long sur un couple. Ayant un regard anthropologue sur le société, Mme Trogneux m’a toujours fait l’effet d’une femme de tête, certainement brillante intellectuellement. Tout ceci ne constitue pas ni qualité ni défauts mais fait ressortir de ce coule la partie dominante. Ceux qui s’était trompés sur Macron en sont pour leurs frais, et ceux qui n’ont pas compris que son épouse était la puissance de l’ombre, ceux-là se demanderont longtemps ce qu’il leur est arrivé le jour où ils seront évincés. Je vous fiche mon billet que le ménage fait dans la presse, la mise à l’écart de Natacha Polony, sont des « ordres » qui émanent de Mme Jupiter.
    Votre conclusion, c’est la boîte de pandore du progressisme, la société atomisée en groupuscules possédants des droits particuliers, pas de nation, des « dividus » [G.A] consommateurs.
    Observez la campagne de Macron, un pur chef d’oeuvre du progressisme, il s’est adressé alternativement en abordant les mêmes sujets à différents groupes, en leur disant exactement ce qu’ils avaient envie d’entendre, tout et son contraire, et ça marche ! (surtout avec En Marche).
    Lisez si ce n’est fait « L’obsolescence de l’homme » de Günther Anders, ou encore, étudiez attentivement la fameuse expérience de Stanley Milgram, ce sont des bibles pour les communicants et publicitaires. Nous sommes devenus une société de fantômes…

    • Joseph dit

      salut Jiff. Vous décrivez la relation du coté de Jupiter, c’est peut être vrai, mais ne perdez pas de vue que cette femme avait 40 ans quand il en avait 15. Ce type de relation en dit long sur un couple. Ayant un regard anthropologue sur le société, Mme Trogneux m’a toujours fait l’effet d’une femme de tête, certainement brillante intellectuellement. Tout ceci ne constitue pas ni qualités ni défauts mais fait émerger de ce couple la partie dominante. Ceux qui s’étaient trompés sur Macron en sont pour leurs frais, et ceux qui n’ont pas compris que son épouse était la puissance de l’ombre, ceux-là se demanderont longtemps ce qu’il leur est arrivé le jour où ils seront évincés. Je vous fiche mon billet que le ménage fait dans la presse, notamment la mise à l’écart de Natacha Polony, sont des « ordres » qui émanent de Mme Jupiter.
      Votre conclusion, c’est la boîte de pandore du progressisme, la société atomisée en groupuscules possédants des droits particuliers, pas de nation, des « dividus » [G.A] consommateurs.
      Observez la campagne de Macron, un pur chef d’oeuvre du progressisme, il s’est adressé alternativement en abordant les mêmes sujets à différents groupes, en leur disant exactement ce qu’ils avaient envie d’entendre, tout et son contraire, et ça marche ! (surtout avec En Marche).
      Lisez si ce n’est fait « L’obsolescence de l’homme » de Günther Anders, ou encore, étudiez attentivement la fameuse expérience de Stanley Milgram, ce sont des bibles pour les communicants et publicitaires. Nous sommes devenus une société de fantômes…

    • Jiff dit

      « ne perdez pas de vue que cette femme avait 40 ans quand il en avait 15. »

      Justement, ce que vous décrivez aurait facilement pu, à mes yeux, venir de quelqu’un ayant le même cursus que Caligula, mais d’une femme ayant eue une vie « normale » avant, j’ai du mal à y croire – maintenant, je ne la connais pas et il est tout à fait possible que le montage en mousse de Jupiler lui ait fait tourner la tête.
      Cependant, je ne suis pas d’accord sur vos deux exemples, le ménage opéré dans la presse procède du même hubris de caste que celui qui lui a fait taper de ses petits poings sur son pupitre et faire un caca nerveux contre le Gal De Villiers (qui, on ne le rappellera jamais assez, avait fait sa fameuse déclaration à huis clos).
      Pour ce qui est de N.Polony, ça vient de ceux qui tirent les ficelles et qui en même temps ont la main mise sur la presse main stream, car au même titre que M.Onfray, mais malheureusement pour elle, sans l’assise que lui procurent ses innombrables bouquins et la pratique du baroudage, elle pointait systématiquement les endroits qui faisaient le plus mal; qui plus est, et cela vient sans doute de son premier métier, elle rajoutait également autour de l’endroit pointé toutes les informations nécessaires pour que ceux qui « ont un peu de mal » aient une vue d’ensemble suffisamment précise pour pouvoir en tirer l’évidente conclusion.
      Dans un pays où moins de 10% des mômes atteignent péniblement à peu près 50% du niveau scolaire des années 60-70 par un débile mimétisme des usa où le niveau lamentable des habitants rend leur manipulation aisée, expliquer simplement et clairement aux gens qu’il faut regarder la lune et non le doigt, et surtout pourquoi, ne pouvait pardonner. Espérons, pour elle comme pour nous, que sa webTV marche bien.

      « Votre conclusion, c’est la boîte de pandore du progressisme, »

      C’est même pire que cela, déjà parce que ça a été préparé de longue haleine (V. https://leblogalupus.com/2017/08/01/mondialisme-les-nations-unies-ont-anticipe-la-crise-des-refugies-il-y-a-17-ans/ pour une confirmation récente, ce qui est relativement normal, puisque la société des nations et évidemment l’onu sont à la base des émanations des franc-maçons – et même du plus célèbre d’entre eux à l’origine), ensuite parce que, oui, Caligula fait partie « des bons » pour ce qui est de l’oral, du moins quand on met ça en rapport avec qui l’a entendu; le malheur, c’est qu’il suffisait d’écouter attentivement pour s’apercevoir que dans une seule phrase, on a tout et son contraire.
      Et le pire, c’est que cette pauvre rhétorique (ou rhétorique du pauvre ?) est reprise en cœur par ses partisans, comme dans la déclaration récente de sèpukel crétin où « le gouvernement ne lâchera pas sur la baisse du budget des armées […] budget qui sera, comme prévu, sensiblement augmenté ».

      Je tâcherai de trouver le bouquin d’Anders (le résumé que je viens de lire le place dans les visionnaires paragmatiques, et c’est toujours intéressant), mais pour la sociologie, bien que l’expérience de Milgram soit assez parlante, je pense que celle de Stanford (prisonniers/geôliers) est encore plus proche de la réalité. Reste une inconnue qui, je le pense, a aussi due vous traverser l’esprit et que j’ai très récemment entendue dans la bouche d’un journaliste, c’est que Caligula veut jouer au roi, soit, mais si les français ont bien aimé certains de leurs monarques, ils ont tout aussi facilement raccourcis les autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *