Accueil » Impôts et Macronie: la vérité sort de la bouche de Darmanin

Impôts et Macronie: la vérité sort de la bouche de Darmanin

Cet article a été lu 8930 fois

Quand on veut comprendre le sens caché de la Macronie, il faut écouter Darmanin. La vérité sort de sa bouche comme de celle des enfants. Par exemple dans l’affaire Neymar, où le ministre de l’Action et des Comptes Publics a exprimé les vérités profondes de la politique au pouvoir.

revoir | @GDarmanin : « Il vaut mieux que ce joueur de football paie ses impôts en France qu’ailleurs » #Neymar pic.twitter.com/ArptGQNciO

— France Inter (@franceinter) 3 août 2017

L’avantage de Darmanin est de dire tout haut ce que les macroniens pensent tout bas. Il est l’enfant terrible du gouvernement. Terrible de naïveté s’entend.

On sait depuis un bout de temps que le Président fulmine comme la diffusion des informations concernant la baisse des APL, tout droit sortie de Bercy, ou contre l’interview de Darmanin où il avait annoncé des coupes sombres dans les budgets. Il est comme ça Darmanin: il ne refoule rien, il dit tout à la presse.

Son passage sur France Inter hier n’a pas échappé à la règle. Interrogé sur le transfert de Neymar, un footballeur manifestement très connu dont le rachat équivaut à 15 ans de rémunération de Carlos Ghosn, Darmanin a encore exprimé très librement la pensée macronienne. Pour Gérald, c’est « whaou! il va payer plein d’impôts! »

Darmanin et le veau d’or fiscal

Naïvement, on pouvait imaginer qu’un ministre de droite, intégré à une majorité qui veut renouveler le pays, avait une perception « dynamique » de l’économie française. Il pourrait par exemple souhaiter que le pays renoue avec la prospérité, parce que celle-ci sert l’intérêt général. Dans cette optique angélique, le ministre en question pourrait considérer que la fiscalité est un élément qui sert à financer des externalités positives utiles au développement collectif.

Bref, on pourrait attendre du ministre du Budget qu’il considère la fiscalité comme un moyen de développer l’économie nationale et non comme une fin en soi.

Eh bien pas du tout! pour Darmanin, le Français est une vache à lait: il est là pour payer des impôts. Et plus il y a de contribuables riches, mieux l’impôt rend.

Le suicide par l’impôt sur le revenu

Ce faisant, Darmanin a donné le fond du problème. Le même jour, les Échos révélaient que 2% des contribuables acquittaient 40% de l’impôt sur le revenu. On connaît les raisons de cette folie déséquilibrée: assiette étroite (on se souvient d’Ayrault soucieux d’en exonérer plein de nouveaux Français) et taux élevés font que peu de Français paient l’impôt, mais quand ils le payent, ils douillent.

Darmanin en a l’air très heureux. Manifestement, il n’a pas la moindre intention de toucher à cette règle du jeu effrayante où une minorité minuscule paie pour une majorité majuscule. Sous les quolibets de la foule d’ailleurs.

Tous ces contribuables seront heureux d’apprendre qu’ils sont des vaches à lait. Le ministre qui ordonne les prélèvements ne se soucie pas le moins du monde de l’utilité des impôts, ni de l’apport des contribuables à l’économie nationale. Il se réjouit seulement de voir l’argent rentrer.

On croyait relever la France, on finance juste la gabegie publique.

19 commentaires

  1. Pierre dit

    Inutile de s’étendre sur Darmanin (qui ça ?). Aucun intérêt.

    Par contre une chose doit être dite, répétée, encore et encore, hurlée même.

    Qu’il y ait encore quelques centaines de milliers de crétins dans ce pays qui acceptent d’être tondus de la sorte… qui ne se révoltent pas, et pire même qui votent… pour leurs bourreaux (alternativement « gauche », puis « droite »)… Là…

    Eh bien, comme disait le Grand Jacques… ça m’en cogne une avec l’autre.

    Rien ne changera du côté de Bercy. Tout le monde le sait.

    Dès lors le seul changement qui peut advenir se situe de l’autre côté du manche, c’est à dire les assujettis.

    Bon eh bien si ne se passe de leur côté, alea jacta est.

    Aucune pitié, aucun état d’âme.

    Quand on est bête à en pleurer, et en plus satisfait de sa condition d’esclave, on ferme sa gueule.

    • pitchelou dit

      Dans le respect des citations célèbres, je pense que l’expression utilisée par Chirac eût été plutôt : « Cela m’en tape une sans toucher l’autre », qui est la version hautement académique de : « je m’en bats les couilles » .

  2. Citoyen dit

    « Naïvement, on pouvait imaginer qu’un ministre de droite, intégré à une majorité qui veut renouveler le pays, avait une perception « dynamique » de l’économie française. » ….. Faut pas se leurrer … Chez les socialos de gôche comme de droite, ce qu’il y a en commun …. c’est d’être socialo ! … Avec toutes les conclusions que cela suppose, ou que chacun peut tirer … Bercy n’étant que la machinerie, qui permet à ceux qui font profession de vivre sur le dos des contribuable, de trouver des ressources …. Et des ressources, il en faut … beaucoup …

  3. Sémaphore dit

    Rassurez nous!
    Cette mentalité de prédation fiscale sans scrupule, vous n’avez pas attendu le blabla de Darmanin pour la découvrir dans toute sa splendeur???
    Si ???

  4. Joseph dit

    En lisant à l’époque Louis Chauvel « Les classes moyennes à la dérive » et ses tableaux statistiques effarants qui faisaient d’une part infime de la population française, 3%, des nantis (j’étais donc riche et je l’ignorais !), on avait compris l’escroquerie au sujet des classes moyennes, cette étude fut par la suite magistralement complétée par Christophe Guilluy.
    L’état socialiste progressiste (de droite ou de gauche, ce cher Fillon en était un des membres les plus représentatifs qui ne se distinguait en rien des autres sauf pour ceux qui, comme pour Macron, voulaient y voir un espoir… ça fait vivre) c’est la Divine comédie de l’Enfer de Dante, c’est l’ouvrage magistral de Primo Levi. Un univers concentrationnaire soft, dans lequel les kapos sont, à l’image des camps, pire même ! élus par la masse et désignés d’elle. Darmanin est un Kapo comme un autre, c’est un être rusé entièrement dévoué à ses maîtres, qu’il ne pourrait du reste même pas nommer ou désigner clairement, tant sa servilité au système est totale.
    Macron est le dernier avatar du système, il démontre la résilience des gens à la matrice, peu importe que tous ceux qui l’ont précédé aient magistralement merdé, certains, et même 16% c’est beaucoup (et ceux qui ont voté pour lui au second tour, même s’ils n’y croyaient pas, sont les pires d’entre nous en fait, car à choisir un moindre mal, c’est toujours le mal que l’on choisi [H.A]), ont vu en lui un homme nouveau. Le prochain pourra s’appeler « Machin » ou mieux encore nous ne le désignerons plus que par son matricule, les causes et effets seront toujours les mêmes. Neymar : panem et circenses.

    • Pierre dit

      « Neymar : panem et circenses et thunem et pognontum »

      Ca va mieux comme ça.
      😉

      J’aime beaucoup votre référence à l’Enfer de Dante.

    • Citoyen dit

       » … sauf pour ceux qui, comme pour Macron, voulaient y voir un espoir… ça fait vivre … » …. Joseph, ce n’est peut être pas tout à fait comme ça qu’il faut voir les choses … Ce qu’il faut voir, c’est que quoi qu’il arrive, il en faudra un pour occuper le poste, qui, de toute façon ne restera pas vide … Partant de cet état de fait, autant mettre celui qui apparait comme le moins pire, pour sauver les meubles … A l’époque, c’est que qu’avait suggéré notre auteur … suggestion, qui sous cet angle, est tout à fait pertinente …

  5. Citoyen dit

     » … font que peu de Français paient l’impôt, mais quand ils le payent, ils douillent. » … C’est exact, concernant l’IR … Mais il faut pondérer le propos, vu que l’IR n’est qu’une partie de ce que paient les con-tribuables … Et quand on fait l’inventaire de tous les impôts et taxes (quand ce n’est pas les taxes sur les taxes) que paient l’ensemble des con-tribuables, cela devient effrayant … Donc, plus ou moins, à des degrés variés, tout le monde est sollicité … Enfin, tout le monde, non … Il faut exclure du lot, ceux qui vivent sur l’argent des con-tribuables … pour des raisons qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer …
    Cela dit, ceux qui paient beaucoup d’IR se font, en plus du reste, matraquer …

    • Jiff dit

      « Il faut exclure du lot, ceux qui vivent sur l’argent des con-tribuables »

      Tout dépend de la raison qui les y a amenée… Tronquer la définition de ces gens à des profiteurs du système est pour le moins réducteur et injuste, car s’il-y-a des débordements, il n’y-en-a finalement qu’assez peu (entre contrôle sur pièces et réels, et croisements avec les informations fiscales, il faut de plus en plus de vraies anguilles pour arriver à passer à travers), et en tout cas, la masse monétaire induite ne représente pas grand chose de la grande fraude. Pour la grande majorité qui ne fraude pas, c’est tout juste suffisant pour se maintenir les narines hors de l’eau avec des perspectives peu réjouissantes, car ils manquent de formation (autant de base que de progression). Et sinon, analysez dans le détail qui les traite d’assistés (parce que c’est vrai quoi, avec un peu plus de €520/mois, une fois que le foie gras est payé en plus du loyer, il reste largement de quoi s’habiller, se déplacer, partir en vacances, etc). Posez-vous également la question du surcoût que tous les millefeuilles ainsi que les ponctionnaire surnuméraires induisent pour la collectivité, en ne perdant pas l’équation de Ch.Gave de vue: +1 ponctionnaire = +3 chômeurs.

      Bien sûr, tôt ou tard un génie de la finance de Bercy ou de la chambre d’enregistrement (anciennement chambre des députés, récemment assemblée nationale) proposera sans doute une éradication pure et simple du « problème » (on voit venir cela actuellement en Suisse, où l’on parle de légaliser l’euthanasie pour les vieux – l’histoire ne dit pas si c’est pour ceux qui en sont au stade terminal et n’ont plus qu’un misérable ersatz de vie ou bien si ça peut dépendre d’une décision extérieure pour des gens pas si malades que ça); en attendant, rappelez-vous que si l’état avait payé ses charges comme toute entreprise est sommée de le faire (et lourdement punie si elle oublie), la ss serait au minimum à l’équilibre, voire bénéficiaire, dans les mêmes conditions de « gestion »…

      « ceux qui paient beaucoup d’IR se font, en plus du reste, matraquer »

      C’est bien là qu’est l’os, car si auparavant la france restait vivable, malgré une ponction fleurtant avec la moitié du salaire, c’était justement parce que l’IRPP restait modeste en contrepartie, même dans les hautes tranches; hors, les 2 se sont envolés, expliquant une partie de l’émigration de ses habitants qui croît tellement rapidement en volume[1] qu’une foultitude de rapports parlementaires et sénatoriaux plus ou moins divulgués s’y consacrent entièrement.
      Évidemment, si nous n’étions pas étranglés un euro qui nous condamneà être incapables de dévaluer, et surtout si les poliotiques n’avaient pas intégralement sacrifiés l’industrie sur l’autel de la mondialisation (mais qui nécessitait, évidemment, un lifting, ainsi que sa fiscalité en général et la fiscalité en particulier), peut-être serions-nous en meilleure forme (et encore, car quand on voit « la gestion » des entreprises où l’état a placé l’un des siens à la tête, ça fait peur.)

      [1] – Cette histoire de volume est TRÈS importante, car il sort maintenant tant de gens que cela permet à l’état-menteur (pléonasme made in france, à ne surtout pas confondre avec l’état-sœur qui lui, bat le beurre et… cœtera) d’enfumer qui a le tort fatal de se fier à ses informations, en lui expliquant que l’immigration ne représente finalement pas grand monde – « oubliant » par tous les moyens de lui dire qu’il parle non-pas d’entrées sèches, mais bien d’un solde migratoire (donc, du rapport entrées/sorties); ergo: si ce solde représente si peu, ça ne peut être que parce que le diviseur a connu une croissance phénoménale au point de faire chûter le résultat de cette division drastiquement.

      • Citoyen dit

        « Tout dépend de la raison qui les y a amenée… » …. Non, Jiff, ce n’est pas le sujet …
        Il y a, dans la société, deux catégories d’individus : Des ponctionnaires et ceux qui les nourrissent …
        Dans la catégorie des ponctionnaires, il en a qui sont utiles à ceux qui les nourrissent, et dans ce cas ce sont des salariés des contribuables … et beaucoup d’autres qui ne leur servent à rien, qui sont donc des parasites de ceux-ci …
        Mais dans tous les cas de figures, ce sont les contribuables qui les nourrissent … et donc de fait, ils ne peuvent entrer dans cette catégorie … On est, ou ponctionnaire, ou contribuable … il n’est pas possible d’être des deux cotés du tableau.
        C’est plus clair ainsi ?

        • Jiff dit

          BEAUCOUP plus clair, je craignais que vous ne tapiez sur ceux qui ne peuvent pas se défendre.

          La chose qui puisse redonner un peu d’espoir, c’est que depuis quelques années, devenir ponctionnaire a largement rétrogradé dans la liste des aspirations des d’jeuns – puissent-ils continuer à être lucides, s’interesser à la vraie politique (celle qui œuvre pour le bien commun avec probité et non pour des intérêts particuliers avec vénalité), et venir à leur tour « dégager » les crétins actuels…

          • Citoyen dit

             » … devenir ponctionnaire a largement rétrogradé dans la liste des aspirations des d’jeuns … »
            Pourtant dans la période qui vient de s’écouler, avec le nuisible de Corrèze, le nombre de ponctionnaires a augmenté, en particulier dans les collectivités territoriales …. N’y aurait-il pas une petite contradiction ?

          • Jiff dit

            @Citoyen 12-8 : « Corrèze, le nombre de ponctionnaires a augmenté, »

            C’était un peu plus que moins téléphoné ce genre de dégeulasserie, mais la Corrèze n’est pas la france (heureusement, sinon tous les départements et régions seraient en faillite ou dans la même situation que les Charentes.)

            @Citoyen 14-8 (<- ça fait un peu biblique, non ?) : "En vérité, pôvres pêcheurs, je vous le dit, Sapin vient de se retrouver une place au conseil d’état, ainsi soit-il »

            Quoi d’étonnant, le coupable sang pour sang responsable est bien devenu président du conseil constitutionnel; comme quoi, c’était bien le buzz qui avait raison: même une chèvre aurait pu être élue. Comme ils savent que de toutes façons ils n’ont aucune chance de revenir sur le devant de la scène, leurs petits copains (enfin, ceux qui ont un cerveau et espère un retour d’ascenseur) leur ont préparé un panier confortable.

            Je m’apprêtais à faire une blagounette douteuse (mais savoureuse), cependant c’est quelque chose qui est devenu singulièrement risqué depuis le 5 du mois (V. http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/13/decret-du-3-aout-propos-raciste-en-prive-3000-euros-stage-citoyen-travaux-dinteret-general/), en conséquence, à partir de dorénavant et jusqu’à désormais, je n’adresserai la parole pour blaguer qu’à ceux qui m’auront signé une décharge dans laquelle ils s’interdisent la délation de ma personne.
            À noter que le but réel de ce torchon semble bien être de retirer de la circulation les armes des licenciés sportifs, puisqu’il est prévisible qu’un grand nombre de gens vont se faire avoir.
            J’ai un trou de mémoire sur le titre, mais ça me rappelle un bouquin de SF où le gouvernement édictait ce genre de lois pour brimer ses citoyens… ça se terminait très mal pour lui dans mes souvenirs.

  6. Jiff dit

    Est-ce une chose si intrigante ? J’en doute, au vu de tout ce qui a pu se passer au long du dernier demi-siècle; par contre, cette façon de penser et de faire du petit Moussa ne fait bien evidemment que renforcer le refrain du FN, plus si éthéré que cela, qui a beau jeu de taxer toute cette flore nauséabonde d’UMPS.

    En tout cas, on ne pouvait choisir mieux que le cliché illustrant cet article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *