Accueil » Mailly rejoindra-t-il Thibault au BIT?

Mailly rejoindra-t-il Thibault au BIT?

Cet article a été lu 4894 fois

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, doit passer la main en avril 2018, au prochain congrès confédéral qui se tiendra à Lille. Il commence à se murmurer que Jean-Claude Mailly négocie avec le gouvernement son prochain poste: un passage à Bureau International du Travail où siège déjà Bernard Thibault, l’ancien patron de la CGT. Une manoeuvre qui expliquerait en partie l’étrange clémence de FO vis-à-vis des ordonnances…

C’est une pratique aussi habituelle à FO qu’à la CFDT: le recasage des ténors par le gouvernement. Ainsi, le gouvernement avait récupéré, sous Hollande, François Chérèque et Laurence Laigo de la CFDT. Il avait aussi fait un geste pour Thierry Le Paon de la CGT. Et encore un autre pour le moins connu Stéphane Lardy, négociateur de FO.

Le cas Stéphane Lardy

Ce dernier était devenu inspecteur général des affaires sociales au printemps 2016. Cette nomination lui permettait de sortir par le haut du « duel » qui l’avait opposé à Pascal Pavageau pour la succession de Mailly, dont la conclusion interviendra en avril prochain.

Avec pas mal d’astuce, Macron a d’ailleurs donné un nouveau coup de pouce à Lardy en le nommant directeur adjoint du cabinet de la ministre du Travail. Ce coup astucieux a dégoupillé pas mal d’incompréhensions entre FO, très actif contre la loi El-Khomri, et le gouvernement d’Édouard Philippe.

On pouvait même imaginer qu’une partie de l’indulgence actuelle de FO vis-à-vis des ordonnances Macron provenait de cette implantation d’une vigie confédérale au coeur même du dispositif gouvernemental. À n’en pas douter, cette présence a pesé sur certains aspects de la rédaction du texte, notamment sur le renforcement du rôle des branches professionnelles – sujet cher à FO dont une part du financement passe par de discrets dispositifs de branche.

Le cas Jean-Claude Mailly

Mais, selon nos informations, la mansuétude de FO vis-à-vis du gouvernement, au demeurant critiquée en interne, ne s’explique pas seulement par le rôle-clé joué par les anciens de la confédération. Les calculs personnels de Jean-Claude Mailly lui-même pèseraient fortement dans cette attitude.

Au mois d’avril 2018, le secrétaire général n’envisagerait pas de ranger les gants après son départ. Il lorgnerait fortement sur le conseil d’administration du Bureau International du Travail où la France dispose aujourd’hui de deux postes dans le collège des salariés. Ces deux postes sont occupés l’un par Bernard Thibault, comme titulaire, l’autre par un militant… FO (il est secrétaire confédéral)! ancien membre du Conseil Économique, Social et Environnemental, appelé Yves Veyrier.

À ce stade, deux obstacles majeurs se dressent sur la réalisation de cette opération.

Premier obstacle: le conseil d’administration en place est élu jusqu’en 2020. Il paraît donc difficile de modifier sa composition.

Deuxième obstacle: l’élection d’Yves Veyrier s’était faite « dans le dos » des syndicats français. Et la CFDT ne manquera probablement pas de réclamer sa part dans de futures attributions. La manoeuvre paraît donc extrêmement délicate et, dans tous les cas, difficile à réaliser sans de sérieux alliés.

Les militants FO devront donc attendre le printemps 2018 pour savoir si leurs dirigeants se sont servis d’eux pour retirer des bénéfices personnels.

4 commentaires

  1. lanaspre dit

    et il y a encore encore des gens assez C… pour avoir confiance et payer une cotisation à ces organisations mafieuses????
    REPUBLIQUE BANNANIERE!!!

  2. Citoyen dit

    Ben voila ! … C’est toujours comme ça avec la mafia … Quand on fait partie de la grande famille, on se rend des petits services « gratuits » … sachant qu’il n’est pas nécessaires de demander des retours d’ascendeurs. Ils arriveront inévitablement … La reconnaissance du ventre est automatique …

  3. Jiff dit

    Voilà l’une des principales raisons de leur haine de l’Internet.

    Avant, les nouvelles ne passaient qu’à travers les fourches caudines des journaux, radios et télévision(s), le tout bien policé et presque aussi lisse qu’un étron d’opossum quand on glisse dessus du pied droit un lundi matin très tôt ; aujourd’hui, c’est la grosse catastrophe, car si les MSM sont tous verrouillés, le web a pris la relève et, du petit pet discrètement éventé dans le coin d’une salle de réception aux grosses magouilles bien juteuses, tout est non-seulement publié sur la toile, mais y reste à jamais en faisant des petits (facile de pointer les retournements de vestes de certains en remontant le temps à coup de vidéos.)

    Le souci, c’est que plus les gens normaux en apprennent de belles, et plus intensément cela les énerve — ce qui prend souvent des traits un peu extrêmes, telles les insultes à répétition envers toutes les catégories de poliotiques ; c’est dommage et dommageable, car ils ne savent pas qu’une argumentation réfléchie et froide, surtout en présence d’une caméra, fait immensément plus que 100 personnes hurlant des noms d’oiseaux. Maintenant, comme il faut toujours examiner les choses sous tous les angles, on peut comprendre aisément que dans le monde où nous vivons, lorsque la goutte fait déborder le vase, certains se fâchent et se lâchent, c’est humain.

    Le trafic d’influence que cet article décrit, ajouté à la déception actuelle, va donc amener du blé à moudre au tous pourris avec raison (à noter qu’il ne fallait pas être grand visionnaire pour se douter qu’un truc pareil se produirait quand on a vu N.Notat passer de la CFDT au patronat). La question intéressante est : quand ce ras le bol généralisé va-t-il atteindre le point de non-retour ? (et la 2nde question, encore plus intéressante, est : que se passera-t-il ce jour-là ?)

  4. Micho dit

    Bonjour
    C est le cheminement de beaucoup d’anciens secrétaires généraux des syndicats !

    CGT , CFDT , FO etc…

    Rien de nouveau !

    Je pense que les militants CGT , FO , CFDT dans les entreprise n’attendent pas de savoir ce que fait le secrétaire général pour faire ce qu ils on a faire !

    Tentatives de discréditer les syndicats c est tout ce que c est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *