Accueil » Cédric Herrou, héros ou idiot utile des mafias migratoires?

Crédit: Eric Verhaeghe

Cédric Herrou, héros ou idiot utile des mafias migratoires?

Cet article a été lu 7527 fois

Cédric Herrou est la vedette médiatique du moment. Cet agriculteur de la frontière franco-italienne accorde une aide active aux migrants qui entrent illégalement sur le territoire. Si la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence a maintenu sa condamnation à de la prison avec sursis, il bénéficie d’une popularité… tout à fait éclairante sur la capacité des mafias migratoires à utiliser la mauvaise conscience occidentale à leur profit.

L’impressionnant silence des médias français sur les relations malsaines entre les ONG qui « secourent » les migrants au large de la Libye empêche évidemment de comprendre le fin mot de l’histoire.

Officiellement, le récit qui est servi de ce côté-ci de la frontière est tout empreint d’émotions: de gentils migrants victimes du réchauffement climatique, du capitalisme, de la méchanceté de l’homme blanc, fuient leur pays et cherchent refuge chez d’horribles riches (devenus riches par l’exploitation de l’homme par l’homme, et spécialement du noir par le blanc) qui les maltraitent. Heureusement, quelques héros des temps modernes s’insurgent contre ce mauvais traitement. Après avoir combattu la démagogie du Front National, ces résistants éclairés sauvent l’honneur de l’Occident en aidant ces victimes d’un néo-colonialisme moderne qui ne dit pas son nom.

Cédric Herrou, ou le triomphe du bon sentiment

Cédric Herrou fait partie, bien entendu, de cette espèce-là. Son geste rachète les péchés, la culpabilité de l’Occident, et procède de ce bon sentiment qui devrait être notre guide en matière politique. Car c’est bien le projet qui nous est proposé par les médias bobos, dont les radios de service public, où Cédric Herrou bénéficie d’une exposition et d’une audience complaisante et, bien entendu, sans jamais de rappel sur l’activité mafieuse qui s’engraisse sur le dos des migrants. L’invitation est simple: abandonnez la rationalité et laissez-vous guider par vos émotions.

Tous ceux qui ont bavé, depuis de nombreuses années, sur ces horribles manipulateurs des esprits appelés populistes s’en donnent aujourd’hui à coeur joie pour nous sommer de ne plus penser mais de nous laisser submerger par des effusions philanthropiques. Il faudrait ne plus construire de politique collective et simplement accueillir ces pauvres hères qui déambulent sur le continent à la recherche d’on ne sait quoi.

Comme c’est beau! et que n’a-t-on envie nous aussi de prendre cette posture généreuse: aimons l’humanité, accueillons-les, et tout ira bien.

Les bons sentiments et leur incohérence raciste

Bien entendu, ces bons sentiments, impérieux, péremptoires, qui ne laissent aucune place ou presque à la divergence d’opinion (comme on va le voir), ne s’embarrassent ni d’honnêteté intellectuelle ni de cohérence. Par exemple, on trouve au mois de mars, ces phrases sur la page Facebook de Cédric Herrou:

Réveillé par un gosse de 6 ans et sa mere, tous deux arrivants à pieds, de nuit sous la pluie depuis l’Italie. Une part de peine de les voir une part de réconfort de les savoir à l’abri et une par d’ironie ; ces deux ont réussis a ridiculiser l’armée, la Paf, la gendarmerie et cet état d’urgence, ils ont passé la frontière à la barbe de ses hommes emplis de testostérone armés de Famas, lunette à visée nocturne, une seule pensée me vient « Pauvre cons»

Dans la vie de Cédric Herrou, il y a d’un côté les bons: la mère et son enfant de six ans qui traversent la frontière sous la pluie, de nuit. Et de l’autre, il y a les « pauvres cons », c’est-à-dire les forces de l’ordre et leur testostérone. Les gentils et les méchants.

Il serait pourtant intéressant de se demander par quelle urgence ces mères qui trimballent leurs enfants sur des milliers de kilomètres sont poussées. On se demande même quelle serait la tolérance d’un Cédric Herrou vis-à-vis d’une mère française qui emmènerait son enfant sur les routes en le mettant en danger pour échapper au chômage.

Par exemple, lorsqu’il s’agit de la Grèce ou du Portugal, ou de l’Espagne, il est de bon ton, chez les bobos, de dresser l’éloge de la résistance. Il faut rester dans son pays et lutter. En revanche, pour les Africains, le raisonnement ne vaut pas. Eux ont raison de ne pas résister et de quitter leur pays.

Bien sûr, va-t-on me dire, ce n’est pas comparable. Et c’est probablement le fin mot de la logique qui se met en place. Le Blanc n’est pas comparable au Noir. Le Blanc est fait pour mener un combat politique. Le Noir est fait pour fuir son pays.

Ici, nous retrouvons une fois de plus ce substrat anthropologique raciste qui gouverne la pensée bobo. Il faut aimer l’Africain et tout excuser, parce que l’Africain est inférieur au blanc. Il est une sorte de grand enfant incapable d’assumer des responsabilités au sens où nous l’entendons.

Une complicité objective avec les mafias

Donc, dans ce story-telling manichéen, on oublie de préciser que la maman et son enfant ne sont pas arrivés là par hasard.

Dès le village, la mafia, les mafias, ont organisé le voyage et fait miroiter les alouettes en nourrissant le mythe d’une vie simple en Occident, là où la vie en Afrique serait un enfer. Une cascade d’intermédiaires véreux ont fait croire à des pauvres gens naïfs qu’il existait un eldorado facile et heureux appelé l’Europe. Il suffisait d’y arriver et en quelques mois, hop! la fortune se trouve sous le sabot d’un cheval et tout le confort moderne vous ouvre les portes. En attendant, ruinez-vous pour payer le voyage et enrichissez vos passeurs.

Le plus ignoble tient évidemment à cette complicité ouverte entre les associations caritatives et les passeurs libyens. La mafia italienne, la justice le soupçonne fortement, est au coeur de ce système qui permet, sur le dos d’esprits naïfs, de récupérer des masses importantes de subventions européennes.

Il est de mauvais ton de rappeler cette réalité sordide. Il est tellement plus facile de croire aux mirages et aux belles histoires hugoliennes.

Pourtant, les bobos sauveurs de migrants devraient avoir le courage de regarder les choses en face: leur générosité ne fait pas d’eux des héros, mais seulement des rouages d’une immense machine à broyer des petites gens pour enrichir quelques voyous. On leur fera ici le crédit d’une sincérité relative dans la démarche, et d’un désintéressement qui les honore. Ils n’en demeurent pas moins des idiots utiles au service d’une cause qui jamais n’aidera l’Afrique à sortir de son ornière.

Car rappelons-le, le destin des peuples se construit dans l’ambition politique, pas dans la fuite individuelle.

18 commentaires

  1. Joseph dit

    L’italie et la région c’est mon jardin. Cédric Hérou est ce que l’on nomme dans le langage populaire « un fumeur de chichons », un assisté permanent qui, fatalement, croit que cette situation peut être étendue à l’infini pour toute la planète, d’où vient l’argent ? Du ciel.
    La seule question que devrait poser un journaliste : « nous avons parfaitement compris votre action mais, à combien estimez vous le nombre de migrants dans les mois et années à venir, quelle est selon vous la capacité financière de la France dans ce domaine ? ». Cédric Hérou vous répondrait certainement « qu’il faut faire quelque chose ».
    Cette vidéo, simple, aux arguments incontournables, devrait éclairer notre Christ Breillois : https://www.youtube.com/watch?v=FXX-i4AAGNo

    • JD dit

      Bonsoir,

      Peut-être que « l’Italie et la région » sont le jardin de Jospeh, cela ne fait pas de ses affirmations la vérité. Cédric Hérou n’est absolument pas un fumeur de chicons, ni un assisté permanent. Il a des défauts mais pas ceux cités par Joseph pour le décrédibilisé. Cela montre une chose : de la jalousie… Comme l’article d’Eric Verhaeghe qui devrait venir vivre quelques semaines dans la vallée de la Roya pour nous apprendre la vie puisqu’ici nous sommes des idiots… J’invite cet altruiste de Joseph à venir aussi nous apprendre comment faire lorsque des gens demandent de l’aide ou qu’on risque de les écraser sur nos routes la nuit en hivers. Il y a les analyses et les critiques du haut des tours d’ivoire et il y a la triste réalité quotidienne…

      • Joseph dit

        JD bonjour.
        Et si vous regardiez la société française en détail ? des millions de français, vivent dans la grande misère, n’ont plus accès aux soins, mais pour les voir ils faut que vous bougiez votre cul de devant votre télé. Je peux vous faire visiter les centres des Restos du coeur, une membre de ma famille est directrice départementale de cette association, croyez moi, les gens que vous croisez dans ces murs, des français, des femmes jeunes, des étudiants, des retraités, n’ont plus rien et sont totalement démunis. Vous faites quoi pour eux ? Il est ou le christ de Breil ? Imposteurs que vous êtes… vous êtes effrayés par le réel, c’est votre problème.

        • Jiff dit

          « Imposteurs que vous êtes… vous êtes effrayés par le réel, c’est votre problème. »

          Voyons, Joseph, vous vous oubliez ! Le socialaud ignore totalement le réel puisqu’il ne vit que d’idéologie; pour lui, le réel c’est un peu comme les dragons dans les contes de fées, très éthéré et aux antipodes son petit monde pré-fabriqué.

          Son idéologie lui interdit, ne serait-ce qu’une seule seconde, de penser que lesdits « réfugiés » sont maintenant à +95% en réalité des immigrés économiques (stats DE+SE) qui croient, grâce à des gens comme lui ainsi que quelques autres, ceux-là beaucoup moins benoîts, que l’argent se récolte à pleines mains sur les branches des arbres fruitiers de l’Eden européen (et de penser tout court, d’ailleurs, car le socialaud ne connaît pas la pensée (sauf unique), il n’a que des tropismes) – il ne réfléchit pas plus aux conséquences d’actes tels que celui du Christ en question qui sont entourés d’une grosse publicité, toujours par les mêmes, publicité que gobent avidement les candidats au départ, car ils sont encore mieux connecté que vous et moi et ne voient que ce qu’ils veulent bien voir.

          Il faut donner du temps au temps, Joseph, et vous verrez que lorsque lui ou l’une de ses connaissances proches aura été directement victime de l’un de ses gentils petits protégés, au même titre que les bobos Allemand l’ont été, il retournera sa veste aussi facilement et prestement que M.Valls l’a fait, entre autres, avec les Palestiniens après sa réunion avec le groupe Bilderberg…

          • Citoyen dit

             » … lesdits « réfugiés » sont maintenant à +95% en réalité des immigrés économiques … » …. Jiff, cela va même plus loin que ça … Appelons les choses par leur nom : Un réfugié, c’est quelqu’un qui sort de son pays, duquel il est pourchassé, pour se réfugier dans le pays voisin où il est en sécurité, en attendant soit de pouvoir rentrer chez lui, soit de combattre depuis sa position, ceux qui, pour lui, occupent son pays …
            Dès que ce dit « réfugié », à traversé plus de deux pays, il n’est plus dans le cadre précédent … C’est déjà un migrant, qui envisage de ne pas revenir en arrière … Et quand, de surcroit, ce migrant utilise des méthodes illégales pour se rendre chez les autres, ce n’est plus un migrant, mais un clandestin … et de ceux là, qui arrivent ces temps-ci chez nous, ce n’est pas 95% qu’il y en a, mais 100% !

          • Joseph dit

            Bonjour Jiff.
            Ce qui est navrant, c’est la moraline. Il est parfaitement concevable, et même souhaitable, que les humains aient des avis et opinions différents, mais, dans le camp du bien ou auto-proclamé tel, il est normal de démoniser et insulter tous ceux qui ne leur ressemblent.
            Il est « normal » pour un présentateur télé ou n’importe quel média, de claironner ses « valeurs », il en va de même avec les commentateurs sur les blogs, ils s’estiment au dessus de tout, ce n’est même pas une question de tort ou raison ! (ce qui traduit leur sectarisme) c’est qu’ils ne conçoivent pas que l’on puisse penser différemment qu’eux.
            Vous avez raison, Cédric Hérrou, sera très certainement victime de son théâtre, ce type a l’humanisme à géométrie variable, il déteste la société car il a toujours été en échec, c’est donc pour lui un moyen de faire payer ses turpitudes aux autres. Enlevez lui la presse et les caméras, vous verrez s’il aime toujours autant les « migrants », sauf peut être pour en tirer profits…
            Je réside sur les collines niçoises, Breil est situé dans une vallée que je connais particulièrement bien, tout comme Vintimille, j’y ai des amis et connaissances, tous en ont assez de Cédric Hérrou qui ne représente qu’une fange marginale, seulement il ne peuvent rien dire car ils risqueraient d’être mis à l’index. La police de le pensée veille au grain.
            Je suis passé à Breil pas plus tard que Mercredi dernier, en venant de Vintimille (vallée de la Roya), juste après la frontière, sont stationnés des gendarmes qui bloquent tous les véhicules se rendant vers Breil afin de s’assurer que des clandestins ne soient pas embarqués à bord. Les gens perdent ainsi des heures pour des contrôles qui ne les regardent en rien, plus grave encore, sur cette route, de nuit, il est fréquent que des clandestins soient en plein milieu de la route, dangereux pour eux et les conducteurs et passagers des véhicules.
            A plus grande échelle, même si les motifs ne sont pas les mêmes, Angela Merkel a décidé de faire rentrer des centaines de milliers de clandestins (1), au mépris total des accords de Schengen, au mépris des membres de l’UE, eusse t-elle eu raison d’agir ainsi, elle a outrepassé toutes les règles, mais le camp du bien peut s’accorder ce droit, pas nous, ils peuvent à l’instar de Merkel traiter ceux qui n’adhèrent pas à leur point de vue, de salaud, de nazi et que sais-je.
            (1) j’insiste sur le terme « clandestin » car « migrant » n’est que de la « novlangue », pour s’en convaincre il suffit de visiter le site du Sénat (mais pas que !) sur lequel tout d’un coup, s’agissant de Mayotte, on ne parle plus de migrants (le gouvernement français) mais bel et bien de clandestins : https://www.senat.fr/rap/r07-461/r07-4619.html
            Le réel est la chose la plus insupportable pour un progressiste, ça l’oblige à être responsable et assumer ses actes, ça le prive de sa main mise sur la société, ça lui enlève sa clientèle de miséreux et pauvres, son jardin qu’il cultive afin que jamais personne ne soit libre et indépendant. Des fumistes.

          • Jiff dit

            @Citoyen

            Ça n’est pas tout à fait exact, même si je souscris au principe général; par exemple, pas mal de vrais réfugiés Syriens se trouvant actuellement au Royaume-Uni ont déclaré que dès que les évènements se seront calmés, ils rentreront chez eux, et j’aurais tendance à les croire.

            @Joseph

            Ce que vous décrivez est à mettre en parallèle avec le renvoi de l’ingénieur de google à cause de son rapport (interne !) sur les dysparités hommes-femmes, homme qui s’est évidemment fait villipender copieusement sur le web, comme d’habitude, sans aucun argument convainquant – rapport confirmé dans sa véracité et sa conformité aux connaissances actuelles par plusieurs (vrais) scientifiques (psycho, socio, génétique ,etc); la conclusion du canard US ayant demandé à ces gens leur avis éclairé est pour le moins inquiétante: la science est en train d’être remplacée par le scientisme. L’identité avec le cas présent est malheureusement flagrante, cependant tout n’est pas foutu, loin s’en faut.

            Dans cet esprit, je pense que vos amis ont tort de ne rien dire, car c’est en multipliant les gens qui disent haut et fort un NON franc, massif et solidement étayé, que ceux qui ont un peu de mal commenceront à comprendre; évidemment, le kandubien condamnera, mais après tout, qu’est-ce que ça peut bien faire et qui s’en soucie ?! On en revient à se soumettre ou se démettre, ou plus exactement, baisser la tête et laisser faire ou bien la relever et crier son désaccord; vos amis ont-ils _vraiment_ envie de se soumettre ??
            Évidemment, comme c’est l’arrière-pays Nicois, ça fera des salades, mais encore une fois, pourquoi ne pas exprimer clairement leurs opinions ? Au moins, ça permet de compter ses « amis » (entre guillemets, car on en a bien peu de vrais dans une vie), et de faire de même pour ses ennemis – personne ne peut plaire à tout le monde et ça ne serait de toutes façons pas souhaitable.

            Cela nécessite bien entendu une préparation, afin de bien avoir en tête toutes les réfutations aux « arguments » adverses; et quand on creuse un tant soit peu, on s’aperçoit très rapidement que si ceux du kandubien sont pétris d’idéologie fumeuse, rien chez eux ne tient contre des arguments mûrement réfléchis, pragmatiques et honnêtes – c’est tout simplement en revenir à la déclaration de l’un des _leurs_: « la france n’a pas pour vocation d’accueillir toute la misère du monde ».

            N’oubliez pas qu’il est arrivé dans l’histoire et qu’il arrive actuellement qu’un petit nombre de gens très déterminés parviennent à faire de grandes choses avec très peu, tel Defend Europe qui a réussi à non-seulement réveiller les Libyens, mais aussi à faire prendre conscience à une grande partie de l’europe que les ONG présentes sur place étaient loin d’être sans reproches, quand elles n’étaient pas directement de mêche avec les passeurs, comme l’enquête fouillée des Italiens l’a démontré (écoutez donc: https://fr.sputniknews.com/radio_desordre_mondial/201708171032681155-migrants-europe/ au sujet des gens, de plus en plus nombreux, qui se lèvent pour dire NON.)

            Pour ce qui est de Mémerkel, nous verrons ce qu’il en sera aux prochaines élections, c’et à dire très bientôt. Si les gens ont plus que commencé à comprendre, elle sera éjectée, vraisemblablement au profit de l’AfD, sinon, il est malheureusement possible qu’elle soit reconduite ou se retrouve avec une coalition epnchant du côté du kandubien – beaucoup de gens en Allemagne ont commencé à réaliser ce que l’ouverture voulait dire au quotidien pour eux, la question étant maintenant: « est-ce qu’il y en a assez pour la virer de son trône ? » – Mouët-Hennesy, comme disent les Remois anglophones 😉

            Vous parlez de « clandestin » pour remplacer « migrant », mais c’est une erreur, car le terme anglo-saxon « migrant » est déjà employé à contre-sens de sa destination originale (c’est une contraction de « emigrants », « immigrant » n’ayant officiellement pas de raccourci), car voyez-vous, si en france vous commencez à parler d’immigrés, ça risque fort de hérissez pas mal de poils, tandis que migrant a encore un côté neutre, du moins tant que les gens ne sont pas renseignés. Et même s’il était employé dans sa connotation impliquant une migration, ladite migration, comme son nom l’indique, implique un retour à a case départ…

            Donc, non, ce ne sont pas vraiment des clandestins, ce sont des immigrés économiques illégaux – qui plus est, comme l’indiquent les stats Allemandes et Suédoises pour 99% des derniers arrivants, sans aucune éducation, voire limite débiles – ces gens-là n’ont rien à faire en europe en général (ça, c’est de la responsabilité des dirigeants de chaque état et chacun voit midi à sa porte), et rien non plus à faire chez nous en particulier.

            Ajoutez par dessus tout cela une phénoménale exaspération populaire devant l’inertie gouverne-mentale et le trop-plein d’immigrés subit, et vous obtenez un cocktail qui pourrait bien rendre la rentrée sensiblement plus chaude que cet été où l’on pourrait bien passer de la chatte sur un toit brûlant au cul sur le barbecue…

  2. jules Moch dit

    ce Cédric Hérou travaille t’il?, pourtant la période estivale est intense dans les fermes!Je suis assez critique sur les ONG qui tendent à remplacer la diplomatie des états.

  3. Joffe dit

    L’affaire est pliée. Les familles allemandes émigrent en Hongrie et en… Russie, estimant que leur sécurité n’est plus assurée. On a donc deux mouvements concomittants, l’un du sud (pour faire simple même si l’asie centrale joue un rôle croissant) et l’autre de l’europe d el’ouest. Les uns arrivent alors que les autres partent. Ces forces systémiques vont s’accélérer avec à terme un ‘white flying’ gigantesque. Les expats d’aujourd’hui ne reviennet d’ailleurs plus en France alors qu’avant on partait pour revenir.
    Ceux qui sont coincés en France vont continuer à maugréer, s’épandrent sur des blogs, se lâcher dans des diners et… disparaitre. Les autre seront déjà partis. Le reste est de la littérature.

  4. Popeye dit

    Je dirais plutôt : idiot utile ou complice désintéressé – car idéologique – des mafias?
    En aucun cas un héros.
    Et face à ce qu’il faut bien appeler une invasion, un traître à son pays. Il récusera le terme : vous comprenez, lui est un homme de bien, un Citoyen du Monde.

  5. Citoyen dit

    Ce gugus est un nuisible pour ceux qui le nourrissent …. Et les famas, à visée nocturne des « pauvres cons », seraient les bons outils pour débarrasser le pays de ce type de nuisibles …
    Ce genre d’abruti ne s’est jamais posé la question de savoir comment des gens qui n’ont pas de sous, font pour payer ce genre de périple, dix fois le prix du billet d’avion pour le même trajet …

  6. serge dit

    Concernant C. Herrou, je me focalise juste sur le fait qu’il est censé être agriculteur. Au vu des journées harassantes et des faibles revenus de cette partie de la population actuellement, il me parait difficile de trouver le temps et l’argent de se taper des allers-retours avec l’Italie pour assister des ethnos-délinquants à entrer illégalement sur le territoire. Est-il un gros céréalier soumis à une pression fiscale démesurée et provoquant chez lui un rejet massif des institutions?

      • bidassoa dit

        agri ? Tu parles charles tul a dit !
        Je suis agri et je connais ce genre de rastaquoueres avec 10 ruches ,un c15 tout pourri et des toilettes séches. Ils jouent au paysan en touchant le rsa.
        en taule ces idiots utiles du capitalisme

  7. tul dit

    C’est beau de voir comme ce blog attire les mouches à merde de la xénophobie sous prétexte d’anti boboisme, on nage dans les marécages nauséabonds de la crasse humaine à haut niveau de fermentation, ici. Bravo Mr Verhaeghe !

    • La xénophobie, à doses raisonnables, est une chose saine. Cela porte alors un autre nom : l’instinct de survie.

      Alors, votre vocabulaire stéréotypé et vos positions moralisatrices à deux balles, je vous les conseille en suppositoire.

      Eric, ça vous intéresse un article sur l’effondrement du QI des occidentaux (à laquelle notre attitude collective face à l’invasion migratoire fait irrésistiblement penser) ?

  8. Citoyen dit

    A titre d’info, ont trouve sur le net, pas mal de sites qui laissent entendre qu’il faisait passer dans les 400 clandestins par semaines … Et même s’il n’y en avait que le dixième, à ce stade, il faut appeler les choses par leur nom : c’est un passeur.
    Dans ces conditions, je m’étonne qu’il n’ait pas encore croisé le chemin d’une balle qui n’était pas perdue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *