Accueil » Emplois aidés: la droite flasque de Fasquelle

Emplois aidés: la droite flasque de Fasquelle

Cet article a été lu 6866 fois

Daniel Fasquelle, député du Touquet, a regretté l’arrêt trop rapide des emplois subventionnés annoncé par Muriel Pénicaud. Et l’on se surprend à entendre le fondateur du mouvement « Sauvons la droite » se faire l’avocat de l’étatisme… Une déroute intellectuelle définitive pour les Républicains qui sont décidément fâchés avec le libéralisme et modernité politique.

La plus grande chance de l’étatiste Macron, c’est sans doute d’être face à une droite idéologiquement à bout de souffle, incapable de penser le destin collectif en dehors du papa État qui protège et rend inutile la prise de responsabilité individuelle. Daniel Fasquelle, qui a entrepris, par une imposture dont seuls les notables républicains ont le secret, de « sauver la droite », vient d’en apporter une nouvelle jolie preuve.

Fasquelle et l’éloge du conservatisme étatiste

Ils n’ont décidément rien compris! Après la victoire surprise de François Fillon à la primaire de la droite sur la base d’un programme proposant une révolution libérale, on aurait pu imaginer que les ténors républicains en retiennent quelques leçons politiques.

On ne leur demandait pas de devenir des thatchériens, non! on ne leur demandait pas non plus de proposer des reaganomics. Mais au moins, on imagine sans être particulièrement exigeant que les Républicains, au lieu d’un gloubi-boulga sur des valeurs mal partagées, proposent une réduction sérieuse des dépenses publiques dans le PIB. Rappelons que celles-ci dépassent les 55% en France, chiffre que les Grecs n’atteignent même plus, et qui place la France en tête des pays industrialisés qui mutualisent le plus la richesse privée.

S’il existe bien une voie, et une seule, pour sauver la droite française, c’est celle-là: non pas préparer une révolution libérale, mais simplement envisager un retour à la situation française d’avant 2008 en matière de dépenses publiques. L’Allemagne de la conservatrice Merkel a fait cet effort de remise en ordre. La Grèce du gauchiste Tsipras aussi. Mais la droite de Fasquelle ne l’imagine pas.

La mascarade des emplois aidés

Au lieu de cortiquer une vision alternative de la société française, Fasquelle préfère défendre la France flasque d’une droite sclérosée qui persévère dans l’erreurs de ses vieux réflexes. Le gouvernement propose de réduire les emplois aidés pour assainir les comptes publics? On explique forcément que c’est une mauvaise idée, en reprenant tous les présupposés les plus absurdes.

L’argument de Fasquelle est celui d’un député qui relaie le lobbying de l’économie sociale et solidaire et des élus locaux (toujours utiles quand on veut prendre la présidence d’un parti): la suppression des subventions va compliquer la vie des collectivités locales et des associations. Ce faisant, Fasquelle ne défend certainement pas l’intérêt général. Il se fait juste le primus inter pares de quelques intérêts privés, au mépris de la cohérence idéologique de son parti.

Cette insupportable façon de réduire la politique à une série de plaidoyers pro domo n’est pas seulement le poison qui tue la droite française. Elle est aussi ce dont les Français ne veulent plus, mais les messages passés dans les urnes en mai et en juin n’ont manifestement pas convaincus le maire du Touquet.

Au passage, le même maire s’est fait, dans un rapport parlementaire consacré à l’économie sociale, l’apôtre de la gouvernance démocratique et participative et de la lucrativité limitée. Outre qu’il reste à prouver que ce secteur économique soit réellement d’une lucrativité limitée (en tout cas par choix), on appréciera de voir que celui qui s’imagine en sauveur de la droite française est aussi un ennemi discret, mais bien ancré, de l’économie lucrative.

On en viendrait presque à souhaiter la victoire d’Emmanuel Macron.

« La suppression brutale des emplois aidés va déstabiliser les collectivités et les associations » @DFasquelle #BourdinDirect pic.twitter.com/sJrSEbj6aq

— Raphaëlle Duchemin (@DucheminRapha) 10 août 2017

11 commentaires

  1. gérard dit

    Les emplois aidés ,c’est bien utile pour le clientélisme.Ce qu’il faut c’est tailler dans les collectivités locales et notamment chez les petits maires corrompus(suppression des maries).Certains se réjouissent de la baisse des dotations d’état aux collectivités,mais les impots locaux augmenteront d’au moins autant:c’est une vieille ficelle inaugurée par Flamby.La droite est aussi contre la très faible loi de moralisation de la vie publique et continue a défendre publiquement la présomption d’innocence de Balkany.La droite française a toujours été socialiste

  2. Sémaphore dit

    A nouveau, un doublonnage…
    A ce propos, quand je vous le signale, vous pourriez avoir la gentillesse de transférer les commentaires de celui que vous supprimez sur celui qui est conservé.

  3. Jiff dit

    Bonbenvala, c’est la cerise sur le gâteau de ceux qui nous ont expliqué, avec raison, que nous-avons la droite la plus bête du monde.

    Il-y-a des jours comme ça où l’on aimerait n’avoir jamais lu ce type d’information (entres autres)…

  4. Joseph dit

    Bonjour.
    La droite, en France, n’a jamais été à droite et ce depuis des lustres. Fillon ou Tartempion n’auraient rien changé à l’affaire.
    Droite et Gauche sont totalement similaires, il faut pour s’en convaincre, tirer le bilan des alternances, très éloignées des intentions et promesses électorales. Le réel, toujours.
    La Gauche a officialisé son rattachement au progressisme, jusqu’au Think-tank « Terra-Nova » (de qui ces idiots de la Droite ont été jusqu’à adopter l’idée saugrenue des primaires…), et qui a labellisé son site de cette idéologie.
    La droite, comme toujours, est dans les pas de la gauche, et encore une fois, Fillon n’aurait différé en rien. Plus dramatique encore, la droite qui n’a qu’une seule issue : la ligne Buisson, s’en éloigne comme de la peste et embrasse à son tour le progressisme. Dès lors, il reste Macron qui a attiré à lui les frères jumeaux centristes et socialistes, et une droite atomisée façon puzzle.
    On a accusé Macron de ne pas avoir de programme, ce qui est vrai, mais il n’en a nul besoin puisqu’il a adopté tous les codes progressistes déjà portés par l’UE.
    Alors, comme vous le dite, il y a Macron et sa victoire « presque souhaitable », il n’a été élu que par rejet des caciques des autres partis, élection que certains analysent naïvement comme un effondrement desdits partis ! Leur erreur est à la mesure de l’élection de Macron, ils n’ont rien compris et, surtout, continuent de privilégier leurs carrières.
    L’échec de Hollande ? de ne pas avoir gouverné selon les attendus socialistes.
    L’échec de la droite ? d’adopter encore et toujours les codes du PS.
    Reste effectivement Macron, face au FN dans son rôle de monstre utile, n’ayant jamais eu la moindre chance d’emporter une présidentielle (seuls le croient les bobos en mal de sensations) mais qui est l’adversaire qu’il faut faire arriver au second tour, tri ou quadri partis, oblige.
    Et c’est ainsi que Macron a été élu, par rejet de tous les autres, face au fantomatique adversaire FN qui n’a jamais été en position de remporter quoi que ce soit, et qui plus est, ne le souhaite même pas malgré leurs déclarations tonitruantes sur le sujet.
    Macron est tout de même un événement en cela qu’il a vraiment été porté par le système, ce qui laisse augurer, surtout eu égard à l’absence d’adversité, une suite de Macron, ceux à suivre seront probablement Musulman, Transgenre, Martien… peu importe, du moment que ça soit progressiste. La politique ? les gens n’en n’ont plus rien à faire.

    • Jiff dit

      Oui et non.

      Oui, parce que pratiquement 2 générations ayant subies une ednat faisant plus de propagande que d’éducation et passant elle-même d’un niveau à peine correct à un autre où les profs de français font des fautes de grammaire et même d’orthographe, ça laisse des traces (in)dé(lé)biles ; et parce qu’à force de pousser à fond sur le levier de l’individualité, on n’a plus que des gens ne pensant pas une seule seconde aux autres avec en plus une contagion de beaucoup de vieux, tous prêts à vous marcher sur la gueule si (leur) besoin est.

      Non, parce que même très mal éduqués, bien souvent dans tous les sens du terme, il leur reste quand même un arrière-fond que rien ni personne ne peut effacer bien que la plupart soit incapable d’en nommer l’origine, l’intuition que les choses vont mal et même très mal, ce qui s’explique par l’observation de causes connues : l’observation de la perte évidente de leur pouvoir d’achat, la fosse d’aisance qu’est devenue la poliotique (plus exactement, qui a empiré en), les mensonges répétés et innombrables de ses membres, abandonnant toute crédibilité pour une vérité nue peu reluisante : leur prochain mandat coûte que coûte, une presse qui, déjà n’a jamais été reluisante, mais en plus est maintenant complètement jugulée depuis qu’elle a, tout comme aux usa, été circonvenue par une certaine ploutocratie têteuse de subventions, l’évidente iniquité d’un pouvoir déliquescent (http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/02/les-francais-au-pain-sec-et-a-leau-mais-740-millions-deuros-pour-les-migrants/) ; nappez le tout d’un agacement phénoménal dû à une immigration dont les dernières années font déborder le vase, un rapprochement entre ouvriers et étudiants et vous verrez que, dans les faits, nous-avons une situation pré-révolutionnaire, mine de rien.

      IMHO, la situation est encore pire que cela (évidemment, cela n’engage que moi), cependant, quand on voit des choses comme ça : http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/02/les-francais-au-pain-sec-et-a-leau-mais-740-millions-deuros-pour-les-migrants/ ou bien comme celle-là : http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/12/la-gourdasse-anissa-kheder-representera-la-france-devant-lotan/ (qui, vous l’avouerez, vaut son pesant d’or (des fous)), on se dit que tout cela a pas mal de chances de finir comme ça : https://fr.sott.net/article/29885-1984-Les-enfants-finlandais-invites-a-denoncer-les-parents-qui-critiquent-les-autorites (et non, ça n’est pas un poisson puisque ça date du 2017-01-20), car même si Caligula n’est pas vraiment socialaud, ses sbires le sont majoritairement.

      Ce qui sera risqué si le couvercle saute, c’est qu’une foule lâchée dans les rues, qui plus est française et mal éduquée, ne peut que faire beaucoup de dégâts ; et même si vous restez cloîtré chez vous, il-y-a des chances que vous soyez tout de même obligé de mettre du plomb dans la tête de certains…

  5. Joseph dit

    Note à l’auteur : avez vous remarqué comme les chaines télé et leurs commentateurs donnent du « Le Président Macron », comme pour se persuader de l’élection de celui-ci. Auparavant, les Présidents étaient nommés par leur nom.

    • Jiff dit

      Mimétisme débile des MSM américains par la presse-bien-pensante-du-kandubien, encouragé par d’autres mimétismes tout aussi débiles qui n’appartiennent certainement pas à notre culture (Caligula écoutant la marseillaise la main sur le cœur, par exemple.)

      Notons au passage que ce mimétisme va jusqu’à la copie carbone (vite, une taxe !!), puisque les informations importantes, donc intéressantes, sont, soit tronquées pour rester PC et ne surtout froisser personne, soit carrément « oubliées » pour éviter que les gens ne commencent à réfléchir par eux-mêmes, ou pire, à réagir.

  6. Macron fut quasiment l’inventeur des emplois aidés massifs de l’ère Hollande… Les dénoncer aujourd’hui, sans les supprimer d’un coup c’est de la démagogie droitiste à destination d’un électorat à séduire, sans rien faire naturellement, sauf à chercher désespérément et dans tous les sens des solutions à des équations budgétaires insolubles.
    La saloperie corrompue de la cocotte menteuse goinfrée de pognon est sans limite. Raisonner sur des principes avec ces gens c’est se salir.

    • Citoyen dit

      C’est que … à l’époque, cette putain de courbe refusait de s’inverser … et qu’il fallait bien trouver des solutions, … même débiles !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *