Accueil » Presse subventionnée: Macron donne un gros coup de pouce financier au Point

Presse subventionnée: Macron donne un gros coup de pouce financier au Point

Cet article a été lu 5852 fois

Macron vient de donner un très beau coup de pouce financier au Point, en accordant à cet hebdomadaire une interview exclusive à laquelle il est impossible d’échapper. Le Point perçoit par ailleurs près de 4 millions de subventions du gouvernement.

Il faut donc payer 4,5€ pour lire l’interview du président de la République. L’intéressé a refusé l’interview du 14 Juillet, dont le prix est inclus dans la redevance télévisuelle, et il préfère réserver ses propos en exclusivité à un hebdomadaire par ailleurs lourdement subventionné.

Deux petits constats malicieux.

Le Point coûte aussi cher que la baisse de l’APL

Cet été, la polémique a fait rage sur une baisse de 5 euros de l’APL. C’est à peu près le prix d’un numéro du Point. On sait donc désormais à quoi correspond le prix de la parole présidentielle.

Dans son interview, Macron souligne que les jeunes sont les grandes victimes de la société française. M’enfin, j’imagine que ceux qui vont voir leur APL sucrée de 5 euros manqueront d’appoint pour acheter le journal où le Président se fait leur porte-parole imaginaire.

En tout cas, imaginer que tous les Français ont dans la poche 4,5€ pour acheter un hebdomadaire où leur Président s’exprime témoigne d’une singulière méconnaissance de la réalité française. Le vecteur de cet interview est fondamentalement élitiste.

Aider Le Point après avoir recruté Bruno Roger-Petit: la subordination de la presse continue

On s’étonnera quand même du cadeau financier qu’Emmanuel Macron vient d’offrir à un hebdomadaire subventionné. Le bon sens eut été, au minimum, de choisir trois titres pour une interview groupée, mieux représentatifs de l’opinion.

Les propriétaires du Point ne se plaindront pas, au demeurant, de ce cadeau qui leur est fait. Selon les derniers chiffres, la diffusion de l’hebdomadaire a baissé de 25% depuis 2012, et cette tendance semble irrépressible.

Le Président vient d’offrir un coup de pouce et d’enrayer, pour une semaine au moins, le déclin du titre. Après le recrutement de Bruno Roger-Petit à l’Élysée, Macron ne ménage donc ni son temps ni sa peine pour sauver l’emploi dans la presse papier.

7 commentaires

  1. Sémaphore dit

    FOG peut enfin toucher des dividendes de sa lèche effrénée d’abord de Juppé, puis de Fillon (il y a eu quelques semaines où décemment, il n’était pas possible d’y échapper) puis de l’abandon de Fillon à son triste sort, soutenu comme l’est un pendu par sa corde pour enfin pouvoir se consacrer à son nouveau poulain, il signor Macron…
    Deuxième journaleux récompensé et alors ??? As usual comme cela le devient…

  2. C’est élitiste et ça se veut ainsi. Nous avons les 5 ans devant nous étalonnés. Les retraités font les frais de la machinerie, au nom d’un effort pour les actifs. Comme si avant d’être retraités on n’était pas actif et que nous n’avons pas préparé notre retraite et cotisé au régime général, à des caisses spécifiques et cotisé sur des programmes proposés aux entreprises qui nous employaient. Peu importe, l’argument de poids, on vous demande un effort. Un effort, c’est défini dans le temps, là ce sera jusqu’au bout de la retraite et pour tout ceux qui vont y entrer. A ce sujet, l’article dit qu’il n’y aura pas de baisse de la retraite donc ça veut dire qu’il n’y aura pas de revalorisation. Mais baisse il y aura puisque 1,7% de CSG en plus c’est une progression de 22%. en moins. Et sans compter que l’assiette imposable sera agrandie et fournissant ainsi plus d’impôt alors qu’il est dir que les impôts ne grandiront pas. On parle de suppression de la taxe d’habitation, ce qui sera faux pour des retraités ayant plus de 2500 € et au-delà. Donc la cible c’est bien les retraités. D’ailleurs les EPAH et maisons de retraites voient une baisse de 200 millions des dotations annuelles. Les vieux c’est pas productifs , allez vite dehors et participer sans rien dire.
    Pour rappel les retraités sont actifs dans des bénévolats et participe en aidant par des dons à des associations ou leurs enfants. Leur prendre cet argent, c’est limiter leur futures interventions.
    Autrement beaucoup de choses très convenues dans ce programme et il y aura probablement beaucoup de déconvenues car c’est pavé de bonnes intentions. De l’intention à la réalisation il y a une marge et des intervenants qui serreront les fesses pour que rien ne changent.
    C’est plus facile d’agir sur un paramètre mécanique dont les caisses de retraite auront la charge avec l’acquiescement bienveillant des directions à la botte.

  3. Jiff dit

    Le plus étonnant dans tout cela, c’est que l’on commence à avoir des réveils (sans doutes gueules de bois) de la part de futurs-ex journaleux bien pensants et tout lisses, parce que certains ont émis des doutes sur l’oppor-thunité de la promotion de BRP – on est loin du compte, mais ça commence à se réveiller doucement, notamment chez les vieux, ce qui est bon signe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *