Accueil » Automne agité: quels lests le gouvernement se prépare-t-il à lâcher?

Automne agité: quels lests le gouvernement se prépare-t-il à lâcher?

Cet article a été lu 4820 fois

Le gouvernement craint un automne agité. Pour limiter les dégâts, voici la liste des premiers lests qu’il s’apprête à lâcher.

Le gouvernement peut légitimement craindre un automne agité. Après une campagne électorale fondée sur l’ambiguïté, et un été farci d’annonces sur les promesses fiscales qui ne seraient pas délivrées (notamment sur la suppression de la taxe d’habitation et sur les baisses de cotisations sociales), voici venu l’automne des premières mesures impopulaires, dont les ordonnances sont l’emblème. Face aux premières tensions, le gouvernement est en train de lâcher plusieurs lests.

4 milliards de lest budgétaire

Premier lâchage en bonne et due forme: le gouvernement ne réduira pas la dépense publique de 1 point de PIB, mais de seulement 0,75. Soit 4 milliards d’économies en moins en 2018. L’effort sera limité à 1.600 suppressions d’emplois.

On connaîtra prochainement les coupes que le gouvernement envisage effectivement pour 2018, mais on sent bien qu’il fait effort pour limiter les dégâts.

À cette occasion, Bruno Le Maire a donné une interview télévisée où il précise que l’objectif est de ramener la dépense publique à un peu plus de 50% du PIB d’ici la fin du quinquennat.

Le transport sorti des ordonnances?

Autre lest lâché, selon France Info, les ordonnances ne s’appliqueraient pas au secteur des transports. Nul ne sait exactement quel engagement a été pris, mais tout laisse à penser que la rédaction des décrets devrait constituer une importante soupape de sécurité pour le gouvernement, face à la contestation syndicale.

Une délégation de cinq routiers de la CFDT et de la CFTC est sortie lundi 18 septembre vers 12h45 du ministère du Travail où elle a été reçue pendant un peu plus d’une heure par le chef du cabinet du ministre, Xavier Geoffroy, après une matinée de mobilisation pour protester contre la réforme du Code du travail .

Les cinq représentants ont affirmé être « satisfaits » car ils disent avoir été « entendus », rapporte la journaliste de franceinfo sur place. Ils doivent attendre jeudi pour savoir si le gouvernement fera un rétropédalage concernant les ordonnances dans le secteur des transports.

7 commentaires

  1. Deres dit

    Il fallait s’y attendre. Face aux menaces de blocage des routes, les ministres n’avaient que dit discrètement, avec une petite voix et surtout pas trop fort que c’était inacceptable … tout en laissant se faire sans réagir plusieurs opérations escargots le même jour. Devant tant d’autorité, la retraite en rase campagne était donc prévisible.

    Au passage, encore un bel exemple du soutien des médias et du fait que le discours médiatique officiel du gouvernement est souvent à l’opposé de ses actes réels. Derrière les beaux discours de fermeté, ils lâchent en réalité tout à leurs interlocuteurs qui haussent la voix.

  2. « un peu plus de 50% du PIB « , ce chiffre ne signifie rien; où 59% c’est un peu plus que 50% et un peu moins que 60%.
    Ne pas avoir d’objectif précis c’est se dégager et utiliser comme succès ce qui est un échec. C’est la marque de ce président et de son gouvernement.

  3. Jiff dit

    Tout change-t-il tel qu’annoncé et prévu avec soin sur le papier millimétré et à en-tête en 12 exemplaires ?
    Rien n’est moins sûr.

    Il semblerait que le trouillomètre des parlementaires vis-à-vis de la rue soit toujours, tel leur niveau, à zéro, et que l’on reprenne les « bonnes vieilles recettes » au pied levé, à savoir l’augmentation des prévisions de croissance, toujours pêchée au fond du chapeau, pour se ravigoter et faire bonne figure.

    Je ne dis pas que c’est une mauvaise chose, juste une constatation ; la question suivante étant de savoir ce qui va se passer si retraités et étudiants se rejoignent et se mettent également à battre le pavé bruyamment – et s’ils se mobilisaient en masse et donnaient des envies aux salariés de les rejoindre ?

    Ne reste plus qu’une seule chose à dire, d’ailleurs devenue un Leit-Motiv depuis mai : NEXT !

  4. serge dit

    Ben, la même approche que ces dernières décennies, des projections annoncées vite enterrées. Et en même temps, les ministères qui devaient se serrer la ceinture annoncent que non, en fait (déjà 8 qui ont sauvé leur moindre augmentation des dépenses), les économies envisagées dans le budget de 2018 en préparation qui se réduisent et l’augmentation des charges sur le paquet habituel (la classe moyenne qui donc commence à 2000 balles). Je ne vois pas bien où serait la rupture…
    Mais bon, Macron a beaucoup causé à l’ONU, alors…

  5. Il n’y a PAS de réformes, et il n’y en aura pas. Macron a été élu pour ne rien faire et il ne fera rien. Toutes les prétentions ne sont celles que d’un gamin amateur, qui a tourné la tête des cons et des veaux. En déclin et sur les genoux, la société française s’abandonne au fare niente et pique du nez. Macron avec ses petits cris aigus est là pour faire l’ambiance… A gerber.
    Allez les routiers ! Comme au chili, vous pouvez faire quelque chose pour abréger les souffrances d’un monde pourri qui s’effondre.
    Au fait: Macron ressemble clairement à Ayrault: une aile de pigeon, un ton efféminé: l’horreur absolue.
    Vous voulez que je vous dise? Je préférais Hollande !

  6. Joseph dit

    Le remarquable, ce sont les commentaires qui font écho à l’article et dont la toile est remplie. Il y a une réelle prise de conscience de la part des citoyens français, beaucoup plus informés et capables d’analyses que ne le supposent nos chers, si chers et onéreux élus.
    Mais comme dit Serge, Macron a bien causé à l’ONU, en fait il a récité une dissertation de niveau 6 ème, très certainement rédigée par sa gériatre épouse, tout en s’écoutant parler : « monde multipolaire », c’est bô comme du Macron tiens !

    • Jiff dit

      « Le remarquable, […] »

      Vous-avez pointé LE fait majeur dans tous les remous du courant actuel qui tente de faire croire qu’il n’existe qu’une seule « bonne » direction, la sienne, car la prise de conscience est la condition Sine Qua Non pour que les gens soient en mesure d’amorcer une réflexion bien plus profonde que les agitations, les discours vides et les caca nerveux de ponctionnaire-énarques dont le passé démontre l’inanité quand ça n’est pas le mépris pour la plèbe au sens Romain du terme, c’est à dire aux libertés de plus en plus réduites. Et la seule chose que l’on peut souhaiter, c’est que ces changements fassent boule de neige le plus rapidement possible, sinon, ceux qui nous attendent au virage, bien cachés dans l’ombre, ne nous louperont pas.

      Quant au « monde multipolaire », c’est justement grâce l’Internet, qui rend criantes les dissonances entre paroles et musique, que ces gens sont en train de comprendre que derrière ce monde, il y en un autre, bien plus feutré et discret que le leur, qui prend grand soin de soigneusement rester dissimulé à tous regards et qui n’œuvre que dans l’optique d’un monde unipolaire.

      Peut-être un certain esprit français est-il en train de se réveiller d’un long et profond sommeil, seul l’avenir le dira ; tout ce que l’on peut souhaiter, c’est qu’il soit très vite alerte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *