Accueil » Bordel: ne faites pas semblant de découvrir que Macron est le président des riches!

Bordel: ne faites pas semblant de découvrir que Macron est le président des riches!

Cet article a été lu 7111 fois

La polémique sur Macron, président des riches, et méprisant ceux qui « foutent le bordel » est si hypocrite qu’elle en devient surréaliste. Le fait que le président cherche à faire oublier cette étiquette montre que lui-même a perdu sa boussole.

Emmanuel Macron, fils de la bonne bourgeoisie amiénoise, qui a courbé l’échine devant tous les puissants de ce monde pour obtenir leur soutien dans sa carrière, banquier chez Rothschild, enrichi à 30 ans par une opération de fusion-acquisition, mais qui prétend avoir tout dépensé en trois ans (soit la bagatelle de 75 SMIC dépensés chaque mois pendant trois ans), sorti de l’anonymat par Jacques Attali, soutenu par les médias les plus puissants pendant sa campagne électorale, serait, paraît-il, le président des riches. Comment y croire? C’est totalement invraisemblable.

Les cadeaux fiscaux aux hyper-riches gros comme des palaces

Certains passeraient, paraît-il, des heures à éplucher les lois de finances et de financement pour vérifier si oui ou non Emmanuel Macron est le président des riches.

Entre la suppression de la taxe sur les franges les plus élevées de salaires dans l’assurance et la banque, la réduction de l’ISF à un impôt sur le patrimoine immobilier (que le Président n’a pas à titre personnel), la détaxation des yachts, on devrait pourtant trouver un peu de grain à moudre pour montrer que le sort des hyper-riches préoccupe notre Président bien plus que celui des gens qui peinent à acquitter leur taxe d’habitation galopante.

L’étonnement du débat, c’est quand même que certains puissent s’obstiner à nier des évidences connues par avance.

Dès la campagne électorale, on savait

Il faut être sacrément hypocrite pour faire croire qu’on ne savait pas, qu’on n’avait pas vu. Il suffisait de savoir combien Emmanuel Macron avait gagné d’argent chez Rothschild pour n’avoir aucun doute sur son enracinement. Il suffisait de regarder ses manières et d’entendre ses mots sur les « illettrés » pour comprendre qui il servirait en premier. Jouer les mijaurées aujourd’hui est évidemment une imposture qui pose question.

Comment ceux qui, pendant les mois de campagne, ont appelé à voter Macron au nom du progrès et des lumières, peuvent-ils aujourd’hui faire semblant de découvrir ce qui sautait alors aux yeux? Cette interminable trahison des clercs parisiens, qui mentent sans vergogne avec un sourire d’enfant candide aux lèvres, nous asphyxie.

Président des riches, et alors?

La vraie question n’est pas de savoir si Macron est ou non le président des riches, puisqu’on le sait depuis toujours. La vraie question est de savoir en quoi c’est gênant.

Pour y répondre, il faut évidemment prendre trois minutes pour reconnaître qu’aucun Président de la Vè République, depuis Pompidou, n’a été autre chose qu’un Président des riches. Certains, comme Chirac, ou Mitterrand ont cherché à le faire oublier, avec plus ou moins de succès. Reste que l’exercice du pouvoir est intimement lié à la proximité avec les plus riches, et Macron n’a certainement pas le monopole de celle-ci.

Nuit-elle à l’intérêt général? Chacun peut se forger une idée sur ce point. Mais penser que l’équation Macron diffère des équations précédentes est une imposture. Aucun riche ne s’en vante, mais l’histoire de la Vè République est aussi l’histoire d’aménagements discrets pour permettre à des Bergé, des Bettencourt, des Arnault, des Lagardère, des Mulliez, de rester en France.

Si ces grandes fortunes n’ont pas facialement émigré, il y a bien des raisons à cela, qui vont au-delà du simple patriotisme économique. Depuis des décennies, le pouvoir aménage l’enfer fiscal français pour ne pas subir un exode encore plus massif qu’aujourd’hui. Personne ne s’en vante, mais tout le monde le sait.

La fascination française pour la rente

Il y a quelques semaines, Bruno Le Maire a annoncé la fin des abattements fiscaux pour durée de détention des actions. Cette mesure profite à ceux qui sont déjà riches, et frappent en plein coeur ceux qui veulent s’enrichir. Elle montre qu’en France, il est plus facile de rester riche que de le devenir.

Il serait bien plus juste de reprocher à Emmanuel Macron de pénaliser l’enrichissement et de favoriser la richesse acquise, que de lui reprocher d’être le président des riches. Le problème français n’est pas de maltraiter les riches, mais de les maintenir entre eux, dans un huis clos inaccessible aux nouveaux venus. Les Français aiment les rentiers, ils détestent les parvenus.

Ah! si Macron devenait le Président des parvenus?

Aussi Emmanuel Macron entreprend-il de remplir le tonneau des Danaïdes lorsqu’il cherche à dissimuler sa qualité de président des riches. Quel sot projet de vouloir passer pour le contraire de ce qu’on est!

Si Macron voulait faire oeuvre utile, il ferait mieux de travailler son image de président des parvenus, qui est à sa portée. Car la France n’a pas trop de riches qui ne paient pas d’impôts. Elle a trop de pauvres qui ne parviennent pas à s’enrichir. Et faire sauter ce verrou-là, c’est bien l’enjeu de son quinquennat.

Puisse-t-il le comprendre?

8 commentaires

  1. Macron est là pour s’enrichir bien plus qu’il ne l’a fait. Imaginez les post commissions des ventes déjà réalisées, et multipliez tout par mille, vous avez son objectif pour dans cinq ans. Une pourriture sans foi ni loi, totalement dingo et décérébré, obsédé par le fric et par son destin futur de super riche. Il ne dort pas et se trouve en train de passer l’arme à gauche. On attend l’affaire brigitte qui ne va pas tarder, et surtout, le premier vrai clash avec le réel quand les petits mensonges vont devenir vraiment gros. A gerber.

    • Ilmryn dit

      Quand on a ses relations, on peut s’enrichir bien plus, beaucoup plus vite et sans aucun compte à rendre dans le privé
      En bref, vous êtes complètement à côté de la plaque.

  2. Théo31 dit

    Quoi de mieux pour détruire la concurrence que de maintenir à des niveaux stratosphériques l’impôt progressif sur le revenu.

    Vous avez dit capitalisme de connivence ?

  3. Jiff dit

    « on devrait pourtant trouver un peu de grain à moudre pour montrer que le sort des hyper-riches préoccupe notre Président bien plus que celui des gens qui peinent à acquitter leur taxe d’habitation galopante. »

    Voyons, patwon, qu’est-ce que des gens qui ne sont rien et qui en plus ne bossent même pas pour se payer un costard ?!
    Ont-ils une quelconque importance ?
    Voire, existent-ils vraiment (ne serait-ce une immonde propagande de plus de la part Méchencon ??)  ?

    « Reste que l’exercice du pouvoir est intimement lié à la proximité avec les plus riches, »

    À ce sujet, il-y-a le bouquin d’Éloïse Benhammou : « Kleptocratie française ».

    « Depuis des décennies, le pouvoir aménage l’enfer fiscal français pour ne pas subir un exode encore plus massif qu’aujourd’hui. Personne ne s’en vante, mais tout le monde le sait. »

    Ça rejoint tout à fait Ch.Gave, qui le dit en mots un tantinet plus fleuris (bandits de grand chemin, voleurs, corrompus, …) – le problème étant qu’il faut apparemment un temps infini pour que les gens commencent à s’en apercevoir, que certains préfèrent ne rien voir et que la presse ne’investigue surtout pas. Il a d’ailleurs une blague à ce sujet : Il -y-a des journalistes qui sont intègres, consciencieux, teigneux et talentueux, et il-y-a ceux qui ont du boulot.

    « Les Français aiment les rentiers, ils détestent les parvenus. »

    Et c’est quelque part normal, car si le cadet de famille finissait dans l’armée et le benjamin dans les ordres, au moins l’un du milieu finissait souvent dans l’administration, voire notaire pour les plus fortunés.

    « Elle a trop de pauvres qui ne parviennent pas à s’enrichir. »

    C’est complètement impossible, puisque le problème ne loge pas dans le code du travail, mais bien dans l’état, ses lois qui justement ne favorisent que les héritiers, ses 430,000 réglements même pas écrits en jargon juridique (ni en français, d’ailleurs) comme les lois fiscales, et l’on voit très bien et de très loin que _rien_ ne sera jamais fait pour dégraisser la baleine qui, par conséquent, continuera à faire du gras sur le dos du krill (bon, on pourrait dire que le krill ne paye pas, mais en l’occurrence c’est l’inverse:)

    Le pire de tout ça, c’est qu’il a vraiment l’air de croire qu’il est sur la bonne autoroute (une bi-route, donc), mais y croire nous-mêmes, ça serait oublier bien vite le fait que l’aïeule est aussi prof de théâtre…

    @UlysseThéo31

    C’est bien plus basique que ça, il suffit par exemple de demander des garanties – comme c’est fait pour forcer les assureurs à acheter de la dette: obligations d’état, 0 de consignation, autres, 27% – ou bien de rédiger des appels d’offres de 100 pages pour acheter 20,000 stylos (ok, j’exagère un poil là), qui plus est, écrits dans un jargon d’initié, etc – en bref, toutes choses simples, mais très efficaces pour tenir la petite concurrence même pas à l’écart, mais carrément hors-jeu ; problème : c’est nous qui paye – vous me direz, une fois de plus ou une de moins, on ne verrait de toutes façons pas la différence – grossière erreur, d’abord les petits ruisseaux font les grandes rivières, et quand l’obstacle est trop gros, il suffit bien souvent de le contourner, rappelez-vous qu’Elliot Ness a enchristé Al Capone pour une simple histoire de fraude fiscale…

  4. Citoyen dit

    « la suppression de la taxe sur les franges les plus élevées de salaires dans l’assurance et la banque » … Les doigts dans le pot de confiture ? … C’est là un péché mignon … faut le comprendre … c’est de là qu’il vient …
    Faire des cadeaux aux copains, relève bien de l’esprit de caste …

    « Elle montre qu’en France, il est plus facile de rester riche que de le devenir. » … Une caste a tout intérêt, à élever le prix du « pas de porte » ou du ticket d’entrée, pour dissuader les intrus …. L’entre-soi a un prix … Pour ce faire, il est judicieux de se fabriquer un cerbère pour garder la porte, et lui donner le poste qui permet d’assurer le résultat … micron a été fabriqué sur mesure …

  5. Citoyen dit

    Et en même temps, les mentors de tous poils font la queue pour lui donner des conseils … il avait déjà le clown de Corrèze qui prodiguait ses conseils … voila que le détrousseur de bonnes (ou de femme de ménage) s’y met lui aussi …
    Si avec ça, bordel, il n’arrive pas à rationaliser sa pensée complexe, c’est à désespérer …

  6. Citoyen dit

    Et s’il en était encore besoin, pour prouver qu’il est bien au service de sa caste, il en remet une couche avec son bulot.
    Les pauvres, qui n’ont pas les moyens d’isoler leur taudis, pas plus que de le rénover, et donc se chauffent chichement faute de moyens, vont être sommés, par le bulot, de faire isoler pour réduire les couts d’un chauffage qu’ils n’utilisent pas …. salauds de pauvres !!… on aura votre peau …. non mais !…. C’est un bulot au QI atrophié qui vous le dit !

  7. tul dit

     » Cette interminable trahison des clercs parisiens, qui mentent sans vergogne avec un sourire d’enfant candide aux lèvres, nous asphyxie. »

    Macron est l’image de tous ces crétins veules qui sortent des écoles de commerce françaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *