Accueil » Paradise Papers: une étonnante fake news de la presse subventionnée

Paradise Papers: une étonnante fake news de la presse subventionnée

Cet article a été lu 9379 fois

Le Monde titre aujourd’hui sur les « Paradise Papers », une enquête à partir de documents confidentiels sur l’optimisation fiscale dans les paradis caribéens. Une jolie façon de nourrir la confusion entre fraude fiscale et optimisation fiscale dans l’esprit du grand public.

Dans la foulée des Panama Papers, qui avaient révélé il y a dix-huit mois l’ampleur de la fraude fiscale dont bénéficient les Bahamas, Le Monde, et plusieurs autres titres internationaux ayant pignon sur rue, publie une enquête sur l’optimisation fiscale. Une fois de plus, ce sont des documents confidentiels qui appuient ces révélations.

Regrettable confusion entre fraude et optimisation

On s’amusera quand même du tapage qui est fait autour de ces informations dont on connaît déjà le principe juridique. Certains font mine de découvrir que des entreprises, des institutions (comme la couronne d’Angleterre) ou des particuliers ont recours à des mécanismes parfaitement légaux pour échapper à l’impôt. Cette hypocrisie fait sourire puisque, s’agissant de la France, ces mécanismes sont discutés chaque année au Parlement avec toute la transparence que permettent les procédures parlementaires. Personne ne se souvient d’avoir lu la moindre ligne, dans Le Monde, dénonçant ces montages juridiques décidés par le législateur.

On regrettera simplement que Le Monde donne désormais dans la fake news et nourrisse une confusion perfide entre optimisation fiscale, qui est probablement immorale mais parfaitement légale, et fraude fiscale.

Les amis du Monde sont pourtant les premiers optimisateurs

On se demande d’ailleurs pourquoi s’embêter à courir jusqu’au Bahamas pour dénoncer des faits bien connus de tous. Il suffit de franchir la frontière luxembourgeoise pour découvrir la mécanique du rescrit fiscal qui a permis à de nombreuses entreprises transnationales de bénéficier d’une imposition proche de zéro.

On ne peut oublier ici que le Premier Ministre luxembourgeois qui a industrialisé ce mécanisme s’appelle Jean-Claude Juncker. Mais il est probablement difficile pour Le Monde d’expliquer que l’Union Européenne, dont il paraît qu’il faut se féliciter, est aujourd’hui conduite par un expert en optimisation fiscale.

C’est ballot, tout de même, d’avoir, pendant des mois, expliqué que l’euroscepticisme était l’antichambre du fascisme. Le Monde aurait gagné en crédibilité en rappelant que les faits qu’il dénonce aujourd’hui ont été théorisés par ceux qu’il nous enjoignait de soutenir pour faire barrage au Front National et à toutes ces horreurs. Vérité un jour, erreur le lendemain.

Le naufrage populiste de la presse subventionnée

Au demeurant, n’importe quelle publication Internet non subventionnée n’aurait pu se permettre de nourrir une telle confusion entre optimisation et fraude sans s’exposer à l’ire des subventionnés. Ceux-ci n’auraient pas manqué de « décoder » les fake news propagés par ces morveux de la Toile et les procès en diffamation auraient plu comme à Gravelotte.

C’est le privilège des rentiers de la presse que de proclamer avec force trompettes et tambours des fake news malsaines pour la vie démocratique. Car le lecteur moyen, en parcourant le Monde, ne fera aucune différence entre ceux qui fraudent et ceux qui appliquent les lois: tous dans le même sac, tous pourris. Le Monde propage aujourd’hui ce qu’il prétendait détester hier.

Le sujet tabou de la taxation du capital

S’il est légitime d’informer sur l’optimisation fiscale, on regrettera que tous les médias qui ont évoqué le sujet aient présenté leurs révélations en insinuant qu’il y avait fraude dans ces mécanismes, redisons-le, transparents – en France, en tout cas. Or, l’optimisation fiscale pose une fois de plus la question de la doctrine de l’incitation fiscale en vigueur notamment en France: on crée des niches pour orienter l’action des agents économiques dans un sens ou dans un autre.

S’agissant de l’optimisation fiscale, elle est largement liée à la surtaxation du capital, sujet qui mériterait d’être mis sur la table si la presse subventionnée avait pour ambition d’informer les lecteurs. Mais, manifestement…

15 commentaires

  1. Pierre dit

    -oui, ces articles sont montés à partir de documents volés. Purement et simplement.
    Et pas forcément par qui on croit (le coup de la secrétaire qui est virée et qui part avec une clé USB).
    Toutes ces opérations sont probablement pilotées par l’état profond, qui dispose de « grandes oreilles » type NSA.

    -oui ces articles sont putassiers, car ils mélangent délibérément fraude fiscale et « optimisation fiscale ». Ou plutôt ils vont au-delà.
    Ils l’écrivent : « Toutes les personnes et les entreprises citées ne seront donc pas poursuivies, malgré la présence de leurs avoirs dans des paradis fiscaux. Ceci étant dit, ce qui est légal, n’est pas forcément moral. Les nombreuses révélations depuis 10 ans ont mis au cœur du débat public la question de l’égalité devant l’impôt. »

    Nous y voilà… Nous sommes dans la bobologie par excellence : la morale.

    Tenter de réduire la rapine de l’impôt est une action « immorale ».
    Car… elle remet en cause le principe d’égalité.

    Emballé pesé.

    C’est signé. Ce n’est même pas du Mélanchon (le pauvre, il sucre les fraises en comptant les sièges de business class). C’est l’état profond, dont l’unique objectif est d’accroître le contrôle social.

    Bref, les constructivistes qui nous pourrissent la vie.

    Et le fait que ces offensive sortent dans des médias manipulés et si « politiques » que le Monde… signe le crime.

    Enfin, la première « révélation » concerne l' »entourage de Trump »… là encore cela signe le crime.

  2. gérard dit

    Bravo,100% d’accord avec vous.On lache 3 noms,mais on se garde bien de parler de la fondation Clinton ou de citer de grosses entreprises privées.Certains médias comme le Monde ou radio France se ridiculisent encore un peu plus.

  3. Pierre dit

    Juste un copié-collé qui illustre la « moraline » qui suinte.

    Le Monde a organisé un « chat » avec ses lecteurs

    Un bobo neuneu pose une question à sa mesure : « Bonjour, comment expliquer l’affaire des « Paradise Papers » à mon fils de 8 ans ? Merci. »

    Déjà on se pince.

    Et voici la réponse pondue par un des « journalistes » (ah ah ah) du Monde :

    « Ecoute fiston, tu te souviens après Halloween, je t’avais expliqué que ceux qui avaient reçu beaucoup de bonbons devaient partager avec ceux qui n’en avaient pas.

    Certains des grands, qui avaient eu beaucoup de bonbons, sont allés se cacher au fond de leur jardin pour tout manger tout seuls. Du coup, certains de tes copains n’ont pas eu de friandise.

    Quand tout le monde a découvert ce que les grands avaient fait, ils ont eu un peu honte. On ne sait pas encore s’ils seront punis. Mais je préférerais que tu ne fasses pas cela quand tu seras grand. »

    ***********************

    On a envie d’éclater de rire, devant le côté farce, et de s’effondrer en larmes…

    L’Esprit a fui ces terres. Il est temps de le suivre et de se barrer « off shore », le plus loin possible.
    😉

  4. serge dit

    Bon, où l’on constate que l’optimisation fiscale bat son plein. Maintenant, vu la bataille serrée que se jouent tous les Etats (non, un petit village résiste…) pour attirer le chaland fortuné, il y a peu de chances que cela cesse. D’autant que la génération exponentielle de PQ fabriqué par les banques centrales réduit de plus en plus la conversion en vrais biens et que donc, les derniers riches (le dernier centile comme disent les économistes) phosphorent de plus en plus pour planquer les pépettes (les sonnantes et trébuchantes).
    Cependant, au vu de tous ces paradis lointains utilisés à la place de nos proches voisins éminemment expérimentés (ile de Man, Jersey, Luxembourg…), il semblerait y avoir une confiance limitée de la part de nos chers et riches déposants. Un signe de plus dans la proche explosion financière ou de la déliquescence de l’UE, impliquant une distance certaine des noisettes?

  5. Semaphore dit

    « optimisation fiscale, qui est probablement immorale »
    En quoi est-il immoral de se servir des dispositions fiscales pour réduire au mieux son impôt???
    Depuis quand agir dans la légalité de textes qui vous sont « favorables » devient-il immoral parce que subitement l’Etat voleur décide qu’il n’a pas assez pratiqué la prévarication à haute dose ???
    Avec de pareils a priori, tout le monde finira pas être coupable de ne pas donner 100% de ses revenus à l’Etat!

  6. Semaphore dit

    La presse subventionnée en Grance a pour objectif de survivre mensuellement jusqu’à toucher ses trente deniers qui lui sont alloués en paiement de ses trahisons permanentes des faits et de la vérité.
    Il n’est donc pas étonnant qu’elle soit prête à tout pour ne pas déplaire à ses maîtres véritables.

  7. On (je) avait souligné l’importance pour l’Etat qui ne baisse pas ses dépenses (la récente élection a choisi son vainqueur pour cela), de souligner l’ignominie de ceux qui oserait vouloir (quelle horreur) payer moins d’impôts. Haro sur les traitres à la nation, à toutes les nations.
    Le Monde, dont l’actionnaire Pierre Berger l’imposait, a donc mangé une tonne de merde volée dans meilleurs cabinets d’avocats (elle est bien bonne celle là) et prouve donc, je vous le donne en mille, que la reine d’Angleterre truande les impôts…

  8. Citoyen dit

    « On regrettera simplement que Le Monde donne désormais dans la fake news …  » ….. Fichtre !!! … et qu’en dit le déconnex qui est dans le bureau d’à coté ?

  9. Jiff dit

    Je serai curieux de voir un tableau des tirages de journaux, tels que celul-là, sur plusieurs années (pas le temps, pas plus l’envie de m’y coller). Car à part les cabinets médicaux et dentaires, qui a encore un abonnement à des feuilles de choux qui ne sont plus que l’écho d’une agence de presse elle aussi aux ordres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *