Accueil » Remaniement: en attendant Macron!

Remaniement: en attendant Macron!

Cet article a été lu 4629 fois

Rien à faire! Le remaniement, donné comme imminent dimanche soir, ne vient toujours pas. Il faut bien s’y résoudre désormais, le métier de journaliste politique est, avec Emmanuel Macron, un métier d’attente. Dans l’espoir que l’événement tant attendu se produise enfin, ce qui n’est pas acquis.

Macron est un perfectionniste. Au début, il s’agissait seulement de remplacer le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, désormais affecté à la conduite des opérations marchantes. Puis, on a parlé d’en profiter pour se débarrasser de Bruno Le Maire, qui ne manque pas une occasion de se faire remarquer dans les rangs du gouvernement. Et enfin, on évoque un élargissement de l’équipe gouvernementale, avec force secrétariats d’État qui résonnent comme autant de constats d’échec dans la vision présidentielle d’un gouvernement resserré de technocrates aguerris (Communication, Fonction Publique, Sécurité Sociale, toutes enseignes qui avaient disparu et qui reviendraient).

Le remaniement est-il le fait d’un perfectionniste?

C’est le propre des perfectionnistes de rejouer systématiquement le même jeu: d’un problème simple à résoudre, ils s’embarquent toujours dans des spirales d’une complexité grandissante, se promettant de résoudre deux problèmes au lieu d’un. Et, en fin de course, la décision simple est devenue si complexe à prendre qu’il faut la repousser, la réexaminer et même la changer incessamment jusqu’à devenir la meilleure décision possible. Et on attend.

Macron a déjà fait le coup pour la liste des législatives, puis pour son premier gouvernement Philippe, puis à plus petite échelle, pour le poste de directeur général de la CDC. En réalité, le Président n’aime pas prendre son temps pour décider: il aime la perfection et procrastine jusqu’au bout.

On laissera les psychanalystes s’abandonner aux analyses qui vont bien sur ce sujet.

Le mythe du gouvernement resserré et technique est bien mort

À sa décharge, Emmanuel Macron a besoin d’élargir une équipe qui souffre de points faibles majeurs. Un peu partout, le feu couve et les pompiers ne sont pas équipés pour faire face.

Par exemple, il ne se passe pas un jour sans que les salariés du service public audio-visuel ne balancent une rumeur ou une pépite sur les projets de réforme proposés à la ministre de la Culture. Celle-ci paraît singulièrement désarmée pour aborder ces dossiers minés où elle ne possède guère d’expérience reconnue.

On dira la même chose de la fonction publique où plus personne ne semble vraiment aux commandes d’un avion gros porteur en pleine perte de vitesse. Or Macron devra tôt ou tard taper dans les effectifs et négocier le bout de gras salarial. Le sujet ne s’improvise pas et suppose une bonne maîtrise technique des dossiers.

La même technicité fera rapidement défaut sur le dossier complexe des retraites où Jean-Paul Delevoye manque de relais politique.

Le grand retour des cabinets ministériels?

Accessoirement, ces opérations complexes ne sont pas dénuées de calculs secondaires. En particulier, l’augmentation du nombre de maroquins permet de contourner la règle imposée par Macron lui-même de cabinets resserrés autour de quelques conseillers seulement.

Le Président entendait assurer la maîtrise technique des dossiers par l’Élysée et Matignon. L’expérience montre que les ministères dépensiers ont aussi besoin de conseillers en nombre pour décliner les réformes. Le flou qui pèse sur des sujets comme la formation professionnelle, les relations avec les collectivités locales ou la réforme de la santé sont autant d’alertes que Macron doit prendre en compte pour mener à bien ses projets.

Bref, le Président a des circonstances atténuantes pour justifier son attentisme. Mais on ne peut s’empêcher d’y voir un trait de caractère, voire de personnalité.

12 commentaires

  1. Pierre dit

    Je ne partage pas votre analyse « psychologique ».

    C’est tout simplement un artifice de « com' » !

    C’est le seul domaine dans lequel Jupiton affiche quelque talent.

    Les « journalistes » sont tous (il a raison) des journalopes. Des larbins. Veules.

    Il s’agit donc de les occuper. Ils s’excitent. « Un remaniement ! »

    Plus ça dure… plus ces crétins s’excitent…. Et pendant ce temps, ils ne font pas autre chose.

    Jupiton occupe ainsi sa cour.

    En revanche, vous avez tout à fait raison : l’artifice de com’ (un de plus) autour du « gouvernement resserré » va être bien entendu enterré.
    Faut quand même pas pousser mamie dans les orties.

    Donc encore plus de cabinets, de technocrates, d’énarques, de pseudo « ministres »…. encore plus de larbins, servant la cour.
    La soupe servie y est goûtue et chaude.

    Bref, rien ne change.

  2. Jiff dit

    Il est assez étonnant qu’un apparatchik (-ca-chik-ca-chik, aïe aïe aïe) à la pensée si complexe que la plupart des français ne peuvent la comprendre n’ait pas vu l’évidence, alors qu’il est lui-même issu du pire de la ponction sovieto-socialiste publique, et l’on pourrait même aller jusqu’à dire qu’il s’est payé une myopie de première – sans doute son passage éclair dans « le privé » aura-t-il eu un effet délétère sur la composante Bercyique étatique de son neurone, lui brouillant l’écoute jusqu’à ce qu’il se soit persuadé qu’un pays à la gouvernance de pure tradition nobilaire lui permette de gouverner le tiers-état de la même façon que l’on tient un bilan comptable – se contentant d’un cliché pris sur le vif ne reflétant pas vraiment la réalité vraie qu’elle est réellement réelle.

    Erreur fatale, car il a oublié que si bilan il-y-a, l’année est finalement sanctionnée par un compte de résultats – or, le bilan actuel étant plutôt terne, les résultats se profilent au bas mot mauvais, et sans doute négatifs.
    Le souci, c’est qu’ayant traversé très en dehors des clous, l’impétrant s’est fort vraisemblablement attiré l’amour fou de sa caste (honnie des citoyens qui y voient clair et qui lui mitonnent quelques bâtons dans les roues pour les temps à venir), et qu’il sera en conséquence extrêmement dur d’effectuer un retour en arrière.

    Il est à noter qu’il est assez rafraîchissant de constater que dans ce process, et en prévention totale par rapport à ses propres déclarations d’intention, une bonne connaissance (au minimum) de l’histoire de son pays lui aurait évité d’avoir… la vue basse – mais bon, il est vrai que pour lui, il n’y a plus de pays, mais seulement un vil vassal de l’ue qu’il entend bien arriver à fédérer de force de ses petites mains manucurées qui n’ont jamais vues que le cambouis de sa trottinette, et le tout la fleur au bout du fusil, fusse-t-il celui d’une armée qu’il a tout fait pour rendre exsangue.

    Alors que va-t-il se passer ?
    Je parierai que les effets de la gravitation commencent à se faire sentir, et que comme tout grimpeur un peu trop confiant en lui-même, il va s’apercevoir qu’entre glisser schuss dans un rappel vertical et le remonter à la force des poignets en ne pouvant s’appuyer que sur la solidité d’un seul Jumar n’est pas si simple et prend infiniment plus de temps que l’on pourrait le penser, d’autant que cette fois-ci, ses discours moëlleux et dichotomiques auront besoin de plus qu’un bon toilettage, car ses interlocuteurs ne s’y laisseront certainement pas prendre.

    En bref, on va sans doute pas mal rigoler, si tant est que les anecdotes fuient suffisamment – mais un je-ne-sais-rien me dit qu’elles fuiront, et peut-être même abondamment ; parce que c’est pas le tout, mais en 2022, il va falloir tâcher de recaser la première partie à sa place et cette fois-ci, il n’est pas si sûr que la presse y arrive…

  3. Citoyen dit

    En même temps, le micron a un calendrier très chargé … ce qui peut expliquer qu’il lui faut beaucoup de temps pour remanier … Dernièrement, il visitait les restos du cœur … Imaginez Monseigneur qui visite ses pôvres !…
    Des occupations très prenantes …
    En fait, surbooké, il a mélangé son planning avec celui de la 1ere Dame, et donc, il n’a pas le temps de remanier …

    • Jiff dit

      Oh, voyons Citoyen, il « gère » son calendrier du haut de son piédestal, c’est à dire qu’il dit ce qu’il veut faire, les delta moins serfs manants autres triment pour tout organiser aux petits oignons, il les plante 2-3 fois histoire de montrer qui commande et que la prochaine fois il faudra lui demander quand il veut faire la chose, puis son attaché de cabinetS lui rappelle que le lendemain il doit faire ceci ou cela (et comme il n’est pas suicidaire, il rappelle à l’impétrant que c’est lui qui a expressément exprimé sa volonté de déplacement/rencontre, et qu’il l’a fait le tant à telle heure.)

      Quant aux restos du cœur, le nom de cette manœuvre n’a pas plus changé que (apparemment) la « dévotion » que portent ses membres aux poliotiques – la même que celle de Coluche en grande majorité selon mes sources – et ça s’appelle de la démagogie, et là, vous voyez bien qu’avec « Gog », nous sommes en plein dans les cabinets… ;-p) ; d’ailleurs, ce qui pourrait devenir très rigolo – enfin pour ceux qui regardent BFMWC et autres merdias (quoique ça ne soit _jamais_ du vrai direct, juste au cas où) – c’est que l’un des responsables lui balance en direct quelque chose du genre : « Sire, surtout ne faites rien pour nous, vous nous-avez déjà assez aidés » (mon p’tit doigt m’ayant dit qu’il était tout particulièrement allergique aux vrais libéraux, notamment parce que leurs explications claires, nettes et précises montrent bien qu’il n’est lui-même qu’un chantre du capitalisme de connivence et de la toute puissance étatique, et rien d’autre.)

      Mais ne perdons surtout pas de vue que comme truc est un centralisateur à outrance (les dégâts commencent déjà à se voir, d’ailleurs) et que dès à présent, il lui faut faire feu de tout bois, il est tout à fait possible qu’il tente de récupérer le mouvement à son profit – on verra bien.

      • Citoyen dit

        « puis son attaché de cabinetS lui rappelle que le lendemain il doit faire ceci ou cela » …. ?!?! ….
        J’espère que vous ne voulez pas parler des lieux d’aisance ? … Un peu de tenue, voyons !…

  4. serge dit

    Ben , avec 6500 énarques en tant qu’anciens élèves dont 4300 encore en activité, il faut bien aider quelques nécessiteux. Et, comme d’hab, ce qu’a dit Macron pour se faire élire n’a aucun besoin d’être respecté après. Donc, retour vers le futur.
    Le problème global est que l’on continue à avoir des brêles totalement déconnectées. Ce qui rend tous les élargissements douloureux puisque plus d’andouilles à sévir en parallèle.

  5. Citoyen dit

    S’agissant du porte parole Castaner, après une élection très difficile, où il était le seul à se présenter, … enfin non, il se présentait contre lui-même, et le suspens à été extrêmement soutenu jusqu’à la dernière seconde … il a fini par gagner …
    Avec lui, qui succède au maréchal Ferrand, on s’aperçoit que LREMArrière, va pouvoir se renommer le Nouveau PS … Ce sont en effet les anciens second couteaux du PS, qui ont trucidé les anciennes têtes d’affiches du PS, les doublant par la bande, pour devenir les nouvelles têtes d’affiches, … un PS nouveau, en quelque sorte (comme le beaujolais nouveau) …
    Ce qui, comme chacun s’en doute, présage quelque chose d’intense !

  6. Jiff dit

    « (comme le beaujolais nouveau) »

    Ahhh, je comprends mieux, c’est une parabole pour dire dégueulasse, insipide et cher, mais connu dans le monde entier grâce à la promotion forcenée menée par la branche et que chez les ahuris, la répétition finit par marcher 🙂

  7. Pierre dit

    « Remaniement : «On se demande pourquoi il a fallu attendre une semaine !»
    Guillaume Tabard, éditorialiste politique au Figaro, analyse le remaniement annoncé par l’Elysée.

    *************
    Voilà. La jupitonerie a fonctionné comme prévu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *