Accueil » Assurance-maladie: pourquoi Macron sera contraint de se rallier au projet Fillon 1

Assurance-maladie: pourquoi Macron sera contraint de se rallier au projet Fillon 1

Cet article a été lu 41870 fois

Macron a d’ores et déjà lancé des réflexions sur l’avenir de l’assurance-maladie, par l’intermédiaire du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie, dont nous produisons ici un document confidentiel, qui répondent aux remarques de la Cour des Comptes hier. Le seul scénario plausible est celui proposé par François Fillon à l’occasion des primaires de la droite. Tout l’art du Président sera de le faire accepter par les lobbies… notamment pharmaceutiques.

HCAAM 2017 – rôle des complémentaires santé de Société Tripalio

Avant même la publication du rapport de la Cour des Comptes, le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie s’est réuni pour expliquer le document que nous présentons ici en exclusivité. Il s’agit d’une réflexion stratégique sur la meilleure façon de mettre en oeuvre la promesse de « zéro restes à charge » formulée par le Président…

Cette lecture un peu technique a le mérite de confronter les promesses du candidat Macron avec les réalités financières que le nouveau président de la République doit intégrer dans ses choix.

L’alternative simple posée par le HCAAM

Le HCAAM, présidé par Anne-Marie Brocas, une énarque rôdée aux questions sociales, a posé une question simple: faut-il ou non repenser le rôle de l’assurance-maladie pour tenir les promesses du candidat Macron?

Peu ou prou, cette question est aussi au coeur du rapport rendu hier par la Cour des Comptes. Elle peut se reformuler de la façon suivante: compte tenu des dérives financières systémiques du régime général, pouvons-nous aggraver les charges en instaurant un « zéro reste à charge » sur les postes les plus coûteux? ou bien faut-il « changer de logiciel », pour reprendre les expressions à la mode, pour mieux concilier promesses présidentielles et exigences des finances publiques?

Les inconvénients de l’immobilisme systémique

Avec une franchise qui l’honore, le HCAAM a présenté les risques d’un immobilisme systémique. Dans l’hypothèse où l’assurance-maladie continuerait à prétendre qu’elle peut participer au remboursement de tous les risques en atteignant un zéro reste à charge sur tous les soins pour toute la population (ce qui ferait de la France une sorte d’anomalie occidentale et même mondiale), il faudrait alors alourdir fondamentalement tous les coûts.

Comme le suggère le document, l’addition finale serait payée par le régime général et le régime complémentaire et, in fine, par les bien-portants. De façon très elliptique, le document rappelle d’ailleurs que tout ce dispositif dispose d’avantages fiscaux divers et variés. De fait, on peut difficilement imaginer que les objectifs de « zéro reste à charge » ne passent pas aussi par une mobilisation des recettes fiscales.

Les actuaires reformuleraient la logique du HCAAM en affirmant que l’idéal d’une santé gratuite par le maintien d’un management du risque tel qu’il est pratiqué par l’assurance maladie est purement suicidaire. L’assurance maladie ne gère pas le risque et se contente de rembourser à l’aveugle ou selon des règles politiques absurdes (l’affaire de l’immunothérapie le montre) qui n’ont rien de durable.

Le glissement vers une autre maîtrise du risque

Prudemment, le HCAAM présente donc une autre hypothèse: recentrer le régime général sur une prise en charge à 100% du risque lourd, et abandonner le risque simple (la bobologie) aux complémentaires santé.

Financièrement, le HCAAM souligne que la stratégie peut être payante. Elle permettrait en effet de « sortir » les complémentaires santé de certaines dépenses, dont beaucoup sont liées au vieillissement de la population. Les complémentaires santé pourraient ainsi voir leurs marges croître, puisque certaines dépenses lourdes pèseraient désormais sur la solidarité.

En contrepartie, les complémentaires santé devraient améliorer leur prise en charge des risques légers, au besoin en développant des offres innovantes.

La solution Fillon 1

Les nostalgiques et autres libéraux se souviendront ici que ce document fête à sa manière le premier anniversaire de la victoire de François Fillon aux primaires de la droite. L’intéressé n’avait pas proposé autre chose que les idées du HCAAM développées aujourd’hui.

En son temps, l’idée avait fait scandale et le vainqueur de la primaire avait dû reculer en ordre serré pour éviter la panique dans les rangs. L’ironie de l’histoire veut que son principal challenger, vainqueur final de la compétition, se rallier à ce point sensible.

On appréciera la méthode suivie pour faire avaler une couleuvre au demeurant de bon sens aux Français.

Une fois de plus, la décomposition des finances publiques accélère le rythme des pensées. Ce qui, il y a un an, était le repoussoir absolu de la technostructure française s’impose en quelques mois comme un horizon indépassable. Dissident un jour, porte-parole officiel le lendemain.

14 commentaires

  1. Comprends rien: qu’est ce qui vous fait dire que Macron, à rebours de sa promesse, va faire ça ? Il va bien sur mieux rembourser les pauvres et faire payer les riches, comme d’hab… Les lunettes sans reste à charge pour le cadavre de Bettancourt ? Vous rigolez ?

  2. Citoyen dit

    « Une fois de plus, la décomposition des finances publiques accélère le rythme des pensées. »
    Eh oui,… mais « chi va piano va sano »,… vu que beaucoup font tout ce qu’ils peuvent, pour repousser au plus loin, l’idée de scier la branche sur laquelle ils se vautrent depuis toujours …. D’aucuns diront que c’est un comportement très humain …. Et qu’il l’est d’autant plus, quand c’est les autres qui paient …. Jusqu’au jour, où il n’y a pas d’autre issue que d’élaguer à la machette ….

  3. Wanahard dit

    Hormis les salariés en CDD et les fonctionnaires, les complémentaires santé devenues obligatoires. Une sorte de sécu bis. Payer 2 fois pour un même soin, est-ce bien normal ? Une enquête sur les ratio montants collectés et montants redistribués risqueraient de faire grincer les dents (attention c’est mal remboursé) ! J’avais constaté au travers d’un communiqué que la MCDEF (Mutuelle Civile de la Défense) qu’il m’avait diffsué, qu’il y avait un taux de redistribution ne dépassant pas les 80%.

  4. Citoyen dit

    D’ailleurs, dans la même série : « la décomposition des finances publiques accélère le rythme des pensées. » … il y a une accélération brutale … La limitation à 80km/h sur les routes arrive à grande vitesse …
    Vu le niveau de débilité ambiant (qui lui aussi accélère), je crois que le jour où des fêlés (et il faut l’être suffisamment, parce qu’il n’ont aucune chance de passer à travers les mailles) vont se mettre à tirer sur les politiques et les hauts ponctionnaires, comme au ball-trap, … je vais applaudir sans retenue, tant ces déchets sont d’infinis nuisibles pour la société …. Et il est bon d’avoir de la gratitude pour ceux qui œuvrent dans l’intérêt de la société …

    • Jiff dit

      Hmm, on pourrait aussi dire que « la décomposition de la pensée publique oblitère ses finances »…

      « La limitation à 80km/h sur les routes arrive à grande vitesse … »

      C’est pour mieux te traquer, mon enfant – car à cette vitesse, cela va forcément pousser les gens à prendre l’autoroute pour les trajets un peu longs, et quels sont les investissements actuellement aussi gros que ceux dans les radars ? Justement les caméras lectrices de plaques, histoire que l’on sache où vous vous trouvez, à tout moment…

      « comme au ball-trap »

      Voyons, citoyen, un peu de pragmatisme que diable ! Si mes souvenirs sont bons, en ball-trap la charge de plomb est limitée à 28 grammes en Ø 2.5 mm, c’est tout juste bon pour le fessier des voleurs de poules, ça – par contre, du .30 à fragmentation serait le minimum vital (ou bien, préférence toute personnelle, du .50 expansif.)

      • Citoyen dit

        Oui Jiff, … le ball-trap, c’était juste pour l’image du pigeon d’argile qui « vole bas » (une analogie, avec les autres) … Par contre, pour le calibre, je suis bien d’accord, rien ne vaut du calibre .50 …

        • Jiff dit

          Il n’y-a pas que ça, derrière ce genre d’ineptie se cache une volonté de contrôle, le politocard moyen ayant des sueurs froides rien qu’à imaginer la liberté (toute relative) dont jouit le citoyen lambda, des fois qu’il lui prendrait l’idée de s’organiser pour venir lui botter le cul et surtout se passer de lui. Ça, c’est le premier niveau, le FUD, que tous ces tocards auto-entretiennent comme les gentils petits niais qu’ils sont tous.

          Au second niveau, jamais visible celui-là ou si peu que nul ne s’en aperçoit s’il ne sait où et quoi regarder, il s’agit d’une volonté d’autant plus implacable qu’elle a été, est et sera toujours illégitime, mais dont ils exécutent bien servilement les ordres, persuadés que ceux qui leur « montrent la voie » tiendront leurs promesses – ce en quoi ils se trompent, bien évidemment. Nous suivons les agissements de ces émanations du bas-astral depuis tellement longtemps qu’ils en seraient presque devenus familiers, tout du moins hautement prévisibles, car ils oublient juste une petite chose, c’est que pour chaque force malévolente, il-y-en-a une, bénévolente celle-là, non-seulement de force au minimum égale à la leur, mais également sensiblement plus intelligente.

          Ce sont eux qui sont (relativement) dangereux, les poliotiques sont plutôt des gamins mal élevés croyant que tout leur est dû en retour de « ce qu’il font pour le pays » (pour les « purs », pour les autres, ça n’est qu’une question d’argent), sans s’apercevoir que la seule chose de bien qu’ils soient capables de bien faire, c’est de faire chier le monde.
          C’est d’ailleurs pour cette raison que des gens comme wauquiez (au hasard, les crétins courant les rues, il-y-a le choix) va se prendre une grosse tôle – peut-être pas tout de suite, mais elle sera d’autant plus sévère qu’elle sera retardée.

          D’un point de vue beaucoup plus large, on voit bien que tous ces résidus d’humanité n’ont qu’un effet instantané d’autant plus limité qu’ils n’avaient pas prévu l’effet ouverture d’esprit qu’à occasionné l’Internet sur la masse des populations (entres autres, car ça n’a été que la cerise sur le gâteau) ; mais ça n’est pas eux l’important, nous-avons, entre autres, un prochain rendez-vous autrement plus important que leurs petites contingences d’atrophiés du bulbe pervertis par l’argent des autres…

          • Jiff dit

            Naaaaaan, Citoyen, le politocard est en quelque sorte la quintessence du genre décrit par sa définition, la crême de la crême, la fleur du tocard – en un mot comme en cent, il se suffit à lui-même (et c’est bien le seul domaine dans lequel c’est le cas.)
            Avec un tel classement, tout, absolument tout, lui est accessible, de la simple bévue à la connerie monstre en passant par toutes les étapes intermédiaires – point n’est besoin de Y, car cela reviendrait à lui donner des lettres de noblesse imméritées, puisque c’est un… tocard 🙂

  5. olive dit

    Vraiment n’importe quoi cet article… on sent la patte ultra libérale de l’auteur qui souhaite un système à l’anglo-saxonne, un système totalement injuste pour les plus faibles. En gros, c’est formidable le projet de Fillon (c’est pour ça qu’il a gagné !… le droit de sortir… lol), il est clair que si Macron s’oriente dans cette voie, il se tire politiquement une balle dans le pied, c’est pour cette raison qu’il ne fera jamais cette ânerie. Cet article fait croire que Macron est « obligé » de pratiquer la politique voulue aux primaires de la droite, un pur fantasme de l’auteur ayant pour but in fine de faire croire aux lecteurs et donc aux citoyens que l’on n’a pas le choix… à vomir !

    • Jiff dit

      « on sent la patte ultra libérale de l’auteur »

      Je ne sais pas pour les autres, mais moi, si je reste ici., c’est justement parce qu’E.V. est un libéral juste, c’est à dire modéré, tendant vers un équilibre sociétal qui rejette autant le capitalisme de connivence que la pauvreté, les 2 étant très chèrs à vos petits copains, puisque ce sont eux qui les ont fait exploser « grâce » notamment à leur idéologie totalement hors-sol et aux bobos irresponsables et parfaitement coupables.

      « En gros, c’est formidable le projet de Fillon »

      Le taulier n’a pas dit cela, il a juste dit que le seul projet viable présenté parmi d’autres dans le doc du HCAAM était celui de Fillon-1 vis-à-vis des explications données par cet organisme – c’est ce que l’on appelle de la narration, donc, pas de l’opinion (excepté pour le dernier bloc.)

      « Cet article fait croire que Macron est « obligé » de pratiquer la politique voulue aux primaires de la droite »

      Tiens, nous n’avons pas du lire le même texte, car ce que l’on y voit, c’est que c’est, comme par hasard, la seule ligne viable de l’ensemble de ce qui a été présenté, qu’elle est un copié/collé du projet de Fillon, et que justement, il est assez (d)étonnant que machin-chose s’y rallie.

      Donc, à part troller sans rien apporter de constructif ou de réellement nouveau, on pourrait se demander ce que faites-vous là.

      Cela mis à part, nous ne sommes pas vraiment méchants ici, nous comprenons tout à fait que les socialauds tendances anarcho-antifa et pro-islamistes-qi-d’huitre en aient gros sur la patate après la trahison de Grotoumou 1er, qui mérite sans doute ce que vous lui concoctez (25 ans dans un goulag avec cours de redressement de la pensée unique 2x4h/jour, dispensés en jargon ednat-sup par le démissionnaire du conseil des programmes pour faire bonne mesure, et le tout sans scooter.)

      Cependant, vous devriez vous renseigner plus complètement avant de traiter les gens d’hyper-libéraux sans arguments valides, car le libéralisme, c’est d’abord et avant tout un système législatif et pas du tout ce que les socialauds ont de tout temps essayé de faire croire à la population – en réalité, si le socialaud est si allergique au libéralisme, c’est à cause de sa racine étymologique : « liberté », gros mot s’il en est pour vous, car votre modèle de base est l’URSS (des sionistes, on ne le rappellera jamais assez, directement issus des faux-juifs Khazars), dont tout le monde a pu constater le merveilleux aboutissement par l’entremise de ses rayons complètement vides ainsi que l’éclatante réussite à la fin des années 80, et dont vous voudriez relancer le modèle avec la très bancale UERSS – pas de bol, car il est visible que l’ue se rapproche à vitesse grand-V de sa désintégration en plein vol ; quand ça veut pas, ça veut pas ;-p)

  6. Garofula dit

    Les deux limites du projet :
    – définir précisément ce qu’est un risque lourd, avec des définitions médicales et techniques incontestables, légalement indiscutables, et non de la manière floue et extensive habituelle ouvrant la porte à toutes les dérives idéologiques conduisant à la collectivisation des richesses par le biais de la santé
    – ouvrir les mutuelles à une vraie concurrence, notamment en supprimant l’obligation de s’assurer et en obligeant enfin les mutuelles à une comptabilité enfin claire et opposable. Le sujet est finalement très proche de la question des syndicats.

    Financer aveuglément des refuges professionnels mutualistes et syndicaux aux réseaux de copains-coquins et autres francs-macs, ça va bien 5 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *