Accueil » Comment reconnaître un militant En Marche un soir de réveillon?

Comment reconnaître un militant En Marche un soir de réveillon?

Cet article a été lu 14837 fois

En Marche revendique 350.000 militants, mais on peine parfois à les identifier. Christophe Castaner vient de leur transmettre des « éléments de conversation » pour le soir du réveillon qui vous permettront plus facilement de les reconnaître si vous les croisez à table sans le savoir.

Le militant En Marche ressemble beaucoup à l’Arlésienne. Il paraît qu’il appartient à une espèce nombreuse, mais il est rare d’en observer un à l’état naturel. Toujours annoncé, impatiemment attendu, il se dérobe toujours au regard des curieux.

Grâce à Christophe Castaner, cette petite frustration devrait être légèrement comblée. Le délégué général de la République En Marche a en effet diffusé par un mail bien imprudent des éléments de langage tout en nuance à destination des militants qui parlent politique en famille.

En Marche et sa culture politique moisie

Pour le coup, l’opération « reconquête de l’opinion » menée par Castaner fleure bon la politique d’antan, avec ses relents de naphtaline cachée au fond des placards. Ce n’est pas encore le Petit Livre Rouge à lecture obligatoire dès le réveil, mais c’est quand même un sérieux pas en avant dans le retour à la propagande de type soviétique.

Qui plus est, Castaner ne s’est pas contenté de lister des arguments-clés, il a parrainé des « éléments de conversation » en suivant un schéma particulièrement infantilisant. L’argument à répondre à la mamie fâchée par la hausse de la CSG du « ça ne te concerne pas » risque de durer longtemps, tant il est puéril et digne d’un raisonnement politique très en-deçà de la « pensée politique complexe » du président.

En Marche et le culte de la personnalité

Car c’est bien ce qui consterne à la lecture de ce mail.

Depuis qu’Emmanuel Macron a remporté l’élection, on a peiné pour trouver une parole politique globale, accessible aux Français et susceptible de les convaincre d’une vision claire sur les projets en cours. La hausse de la CSG en a donné la caricature, puisque l’intérêt de fiscaliser les recettes de l’assurance maladie n’a jamais été expliqué aux Français.

Si Emmanuel Macron a pris la parole depuis le mois de mai, c’est soit pour prononcer des discours ronflants et verbeux à force d’être langue de bois, soit pour donner des interviews dont le contenu est apparu très élitistes. Le pouvoir exécutif n’a pas été capable de mettre en place une communication sérieuse capable de convaincre chaque Français.

Cette difficulté des élites françaises à parler aux « petites gens » tranche avec les pratiques d’une Angela Merkel, par exemple. On peut dire beaucoup de mal de la chancelière allemande, il n’en reste pas moins que sa communication sincère, transparente et exigeante vis-à-vis des Allemands nous donne une merveilleuse leçon de démocratie.

Dans le cas du mail de Castaner à ses militants, c’est l’exact inverse qui est pratiqué. L’augmentation de la CSG n’y est toujours pas expliquée autrement que par des arguments indignes du renouvellement politique qui se prétend à l’oeuvre. En revanche, le délégué général du parti appelle ouvertement au culte de la personnalité macronienne, avec cette conclusion:

« Souvenez-vous au même moment l’année dernière, Emmanuel Macron n’était qu’une « bulle médiatique », « qu’il n’aurait pas de majorité », « qu’il ne ferait pas le poids face à Trump ou Poutine. En un an nous avons déjoué tous les pronostics et démontré que impossible n’est pas français. »

Macron et son problème de conviction

Au fond, Castaner demande à ses militants de l’imiter. Le ministre des relations avec le Parlement adore le Président de la République et son engagement auprès de lui relève de l’affect et non de la rationalité politique. En Marche doit devenir une usine à aimer Emmanuel Macron, pas à comprendre son projet politique.

Depuis le mois de mai, le Président propose aux Français cette logique simpliste: aimez-moi et faites-moi confiance. D’où cette légende écrite chaque jour autour d’un Président qui se projette en super-héros, incapable de convaincre et obnubilé par un « story-telling » qui esquive systématiquement toute forme de contradiction publique.

À quoi les reconnaîtrez-vous?

C’est à ce regard énamouré pour l’homme Macron que vous les reconnaîtrez, donc. Si, au cours de votre repas de la Saint-Sylvestre, votre voisin de table vous parle, les yeux enfiévrés, d’une hausse de 18% du budget de l’intégration depuis mai 2017, s’il vous annonce le sourire aux lèvres que 138.000 places d’hébergement d’urgence sont ouvertes, soit 10% de plus que l’an dernier, vous saurez désormais que vous avez à côté de vous un militant d’En Marche. Vous saurez qu’il a reçu la parole jupitérienne et qu’il est sur le chemin de la perfection.

Surtout, ne perturbez pas ce processus psychique délicat, car vous risquez de mettre sa santé en danger. Votre voisin est entré en état d’hypnose pour une durée de quatre ans et demi. Tout réveil brutal pourrait avoir des conséquences irréversibles sur sa santé mentale.

14 commentaires

  1. Pierre dit

    Ah vraiment ? Moi ça me donne envie de vomir ma dinde (avec les marrons).

    Chaque fois on pense toucher le degré zéro. Non. C’est pire : on est sur l’échelle négative, et il n’y a pas de fond. On s »enfonce.

    Vous vous fichez de la gueule des Français et semblez dire que les électeurs de Macron n’existent pas vraiment.

    Peut-être.

    Mais… où sont les opposants ? Les manifs ? Les casseurs ? Les grèves ? Les votes sanctions ?

    Rien.

    Macron c’est la version 666 mg du cocktail Tranxène + Lexomil + bourbon + vin rouge la Villlageoise à 18 degrès le tout arrosé de Prozac.

    Les veaux ont muté en… dindes. Le temps des fêtes. Les Français sont littéralement aux abonnés absents (au téléphone mental).

    Bref et pour synthétiser ma pensée : Macron je me mouche dedans, la dinde je la vomis, les marrons je les crache, mamie je la pousse dans l’escalier, et je fous le feu à la table familiale, à l’appartement, et à tout le bâtiment.

    Joyeux noël et allez tous au diable !
    😉

    • Citoyen dit

      Joyeux Noël (quoique passé) et meilleurs vœux, Pierre.
      Une question : Le « vin rouge la Villlageoise à 18 degrès » (que j’ignorais) est une curiosité à ne pas manquer … Un fournisseur à proposer ?

  2. Garofula dit

    Débusquer un militant LREM et saper patiemment son idéologie de pacotille, sans omettre de faire tomber de son piédestal l’adolescent pré-pubère élyséen, apporte le même plaisir de fin gourmet que de se faire, pied à pied, argument fumeux après argutie délirante, un écologiste, les yeux enfiévrés par ses affirmations péremptoires sur la fin du monde qui menace mais qui sera heureusement évitée grâce à sa nouvelle religion déifiant Gaïa. Si les échappés de l’asile étaient enfermés, la vie perdrait un peu de son sel. Vivement le repas, qu’on se marre !

  3. Jiff dit

    « Ce n’est pas encore le Petit Livre Rouge à lecture obligatoire »

    Mais il est clair que l’on s’en rapproche à vitesse grand-V ; autrefois, on gardait une place vide à table pour un éventuel arrivant, gageons qu’elle sera bientôt occupée par un commissaire politique, comme « au bon vieux temps »…

    « puisque l’intérêt de fiscaliser les recettes de l’assurance maladie n’a jamais été expliqué aux Français. »

    Comment ?!? Jupiler descendre de son piédestal pour parler à ceux qui ne sont rien… aux simples mortels !?! Vous-avez perdu la tête ! (ou ça ne va pas tarder, à force de ne pas bien penser;-p)

    « En Marche doit devenir une usine à aimer Emmanuel Macron, pas à comprendre son projet politique. »

    Ben, à force, on finit par se demander quel est ce fameux projet, car à part mettre la charrue avant les bœufs, comme tous les autres l’ont fait auparavant – par exemple en sanctionnant les chômeurs avant même que d’avoir très sévèrement réformé la formation, ce qui ne sera visiblement jamais fait comme il le faudrait – on a un mal fou à se faire une idée d’ensemble, hors application de la doxa de Davos, évidemment.

    « Le pouvoir exécutif n’a pas été capable de mettre en place une communication sérieuse capable de convaincre chaque Français. »

    C’est vraisemblablement pour cela qu’il a taxé la france d’irréformable et… dit qu’il fallait expliquer les choses aux français – comme d’hab, tout change dans le verbe mais rien ne change dans les faits, et ça n’est sûrement pas celui-ci qui y changera quelque chose, puisqu’il pense être de pouvoir divin et n’avoir par conséquent aucune explication à donner à la plèbe, en totale contravention avec sa propre prose.
    Dommage, car un type qui serait monté au créneau en prenant le temps d’expliquer tout en vulgarisant correctement aurait certainement eu plus de chances d’accomplir des choses intéressantes pour tous.

    « On peut dire beaucoup de mal de la chancelière allemande, il n’en reste pas moins que sa communication sincère, transparente et exigeante vis-à-vis des Allemands nous donne une merveilleuse leçon de démocratie.

    « sincère », c’est (très) vite dit, mais pour le reste, on rêve d’avoir ça à la maison – patience, car c’est comme les accidents, d’ici un siècle ou deux ça finira statistiquement par arriver.

    « incapable de convaincre et obnubilé par un « story-telling » qui esquive systématiquement toute forme de contradiction publique. »

    Il semblerait qu’il y ait de plus en plus de sable dans les rouages, car le temps passant, les dépités ouvrent les yeux et « pire » : certains sujets ne se voteront certainement plus les yeux fermés et les doigts sur la couture du pantalon – et il est bien normal que truc ait oublié qu’en france, à force de pousser dans un sens, les autres finissent immanquablement par pousser au moins tout aussi fortement dans le sens opposé, puisque pour lui l’histoire de france n’existe pas.
    D’un côté ethno-sociologique (seulement), c’est très amusant à observer.

    « Si, au cours de votre repas de la Saint-Sylvestre, votre voisin de table vous parle, […] »

    N’exagérons rien, car tout le monde sait bien qu’entre autres les journalistes n’ayant eus que des contacts limités lors de la campagne de machin-chose se sont ouverts un compte chez lrem pour se tenir au courant – problème, car comme chez truc on fait feu de tout bois, chaque compte ouvert sur leur site a été comptabilisé comme un adhérant – on peu donc facilement diviser par entre 3 et 4 le nombre de membres en restant très conservateur (8 étant sans doute très proche de la réalité.)

    « Tout réveil brutal pourrait avoir des conséquences irréversibles sur sa santé mentale. »

    C’est vrai, car une prise de conscience brusque et complète, ça serait un coup à aller s’enrôler chez Jean-Cul ou même à devenir apolitique – une horreur 🙂

    • Philippe Dubois dit

      Bonsoir
      « Dommage, car un type qui serait monté au créneau en prenant le temps d’expliquer tout en vulgarisant correctement aurait certainement eu plus de chances d’accomplir des choses intéressantes pour tous. »
      A condition d’avoir un projet qui corresponde à l’intérêt général de la France et des Français, ce qui n’est pas le cas de jupinet, loin de là.

  4. sémaphore dit

    Rien que le fait qu’il faille fournir des éléments de langage aux militants LREM pour qu’ils sachent quoi transmettre en terme de bonne parole jupitérienne et de réalisations déjà concrétisées montre qu’il n’y a justement pas grand chose de palpable à montrer…

  5. serge dit

    Il n’y a pas encore assez de gens qui sont dans la m..de. Mais suivant la maxime Shadok « « Tapez toujours sur les mêmes, ça fait moins de mécontents ».
    Sur ces paroles réconfortantes, je souhaite au taulier et aux participants à cette oeuvre de salubrité publique une bonne année 2018. La dernière?

    • Oblabla dit

      Oui serge, mais ce n’est pas le nombre de mécontents qui importe, c’est le nombre de vulgum pecus qui ont faim. Et en France un des pays les plus riches du monde il y a encore de la marge. Quand les prélèvements obligatoires seront à 85% et que 85% du pays sera au minimum vieillesse peut-être qu’une « légère » pression sur l’oligarchie en place pourrait se produire…

      • Jiff dit

        Ça ne risque pas d’arriver, simplement parce qu’une majorité des nouveaux diplômés, ceux qui ont vendu leur boîte pour en créer une autre ou simplement prendre leur retraite, ceux qui veulent monter une boîte avec une idée participant de la rupture et|ou nécessitant de gros capitaux, ceux qui se sont fait se font gruger par le fisc et pas mal de membres d’autres catégories sociales, pas spécialement fortunés, fuient ce pays comme jamais depuis beaucoup de temps.
        Il n’y a qu’à voir la quantité de rapports parlementaires|sénatoriaux plus ou moins publics que le sujet génère depuis le début de l’ère du nain de jardin, c’est l’hémorragie, et en plus, l’hémorragie des organes vitaux.

        Ce qui a vraiment changé dans ce laps de temps, c’est que ceux qui partent le font, non-plus pour s’expatrier un temps, mais pour émigrer, ce qui est logique, car à force de promesses non tenues, de tracasseries administratives quand ce n’est pas de prison politique (oui, ici) et de virements et revirements législatifs (donc, fiscaux, comme par exemple la « réforme » du foncier sur les terrains non-bâtis), ils considèrent qu’ils n’ont plus rien à faire en enfer, avec raison.

        D’ailleurs, si l’on parle de « paradis fiscaux » (en confondant allègrement fiscal avec bancaire et personnes physiques avec personnes morales, histoire que les gens comprennent le moins possible comment ça fonctionne, des fois que ça aille leur donner des idées qui ne soient pas fiscalement bisous-bisous), c’est bien parce qu’ils permettent d’échapper à leurs contreparties… les enfers fiscaux, dont la france est le n°1 depuis longtemps.

        Le souci avec toute cette population qui se barre en aller-simple, c’est que comme pour toute avalanche, une fois la masse et le volume critiques atteints, le dévalement est inévitable et mortel.

        En con-séquence, les seules pressions qui prendront place seront celles qui sortiront de derrière le zinc pour aller dans les gosiers des remplaçants.

  6. Citoyen dit

    En même temps, ce pôvre Castaner, faut le comprendre … C’est un second couteau, qui s’est brutalement trouvé propulsé au rang de tête d’affiche … une situation pas facile à ingurgiter … Pour le moment il est en lévitation. Il faut lui laisser du temps, afin que les pieds retouchent le sol. Dit autrement, après la biture, il faut lui laisser le temps de cuver …

    « qu’il ne ferait pas le poids face à Trump ou Poutine » … Ben voila … c’était vrai et ça le reste (et même pour un moment) … Mais Castaner, qui n’est pas encore sorti du coma, n’a pas eu l’occasion de s’en apercevoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *