Accueil » Comment le RSI a facilité la désertification des campagnes

Comment le RSI a facilité la désertification des campagnes

Cet article a été lu 5584 fois

Le RSI a-t-il favorisé la désertification des campagnes en y tuant le petit commerce? Ce méfait d’un système de protection sociale rigide imposé à l’aveugle par les pouvoirs publics est trop peu souvent noté. Mais il est bien réel. Exemple.

La désertification des campagnes est l’un des pires fléaux qui frappent la France. Quelle est la part de responsabilité du RSI et de ses règles absurdes dans ce phénomène? L’actualité vient d’en donner une illustration.

Près de Carentan, la désertification des campagnes est à l’oeuvre

L’affaire est rapportée par la presse locale. Le dernier commerce du village de Saint-Côme-du-Mont, dans la Manche, près de Carentan, vient de fermer ses portes après 70 ans d’existence. La gérante vient de procéder à la liquidation judiciaire de cette affaire qu’elle avait reprise à la suite de sa mère et de sa grand-mère dans ce village de 500 habitants.

Une illustration de plus de la désertification de nos campagnes, qui perdent peu à peu leurs petits commerces. Comme l’explique Maryline Lagoude, l’exploitante, ses revenus étaient de 1100€ mensuels pour 72h hebdomadaires de travail.

Un suicide appelé RSI

Dans cet ensemble fragile, le RSI donne le coup de grâce. Pour « dépanner » un autre village, Maryline Lagoude a accepté de tenir une épicerie supplémentaire pendant un an. Le RSI lui a réclamé 14.000€ de cotisations deux ans plus tard, soit l’équivalent d’un an de salaires.

Dans ces conditions, il est évidemment plus simple de fermer boutique et de laisser les habitants se ravitailler à l’hypermarché du coin.

Pour le coup, le problème du RSI est dévoilé ici dans sa réalité: ce n’est pas l’informatique qui pêche, mais un système de sécurité sociale inventé pour les salariés et mortifère lorsqu’il est artificiellement imposé aux entrepreneurs.

« En plus de mon commerce de Saint-Côme-du-Mont, j’ai accepté de tenir l’épicerie de Méautis d’août 2013 à juillet 2014, un gouffre financier qui a été fatal. De plus, le RSI m’a demandé 14 000 €, somme impossible à verser, et pourtant je travaille 72 h par semaine pour à peine 1100 € de salaire »

Maryline Lagoude, commerçante

7 commentaires

  1. Jiff dit

    « le problème du RSI est dévoilé ici dans sa réalité: […] »

    Et par l’enchaînement des circonstances inverses, la totale irresponsabilité poliotique dans toute sa nullité crasse, incapable de considérer les petites entreprises comme il se devrait puisque ça ne sont (après tout) que des colonnes de chiffres dans un tableur qui ne fourniront jamais aucun fauteuil doré aux battus des élections… juste des emplois normaux.

    Ça n’est que peu étonnant, puisque là où les TPE auraient besoin de quelqu’un très concerné et aimant les gens, tel J.Chirac du temps où il était ministre de l’agriculture, nous-avons un sinistre de l’économie et des finances… disons bien brave, pour rester correct, et une sinistre du travail exécuteur des basses œuvres de son patron – au fait, la france, ça ne serait pas le pays où il y a un ministre de la cohésion des territoires ? Juste pour faire joli, comme les boules du père Noël ?

  2. Lacaze dit

    Bonjour je viens répondre à votre article car le RSI j’appelle cela le racket social des indignes le responsable c’est l’état qui ne fait rien qui se remplis les poches sur les petits le RSI derrière si vous ne le savez pas ce sont des assurances des mutuelles qui se remplissent encore les poches puis le RSI fait appel aux huissiers qui n’ont aucun droit je vous le signale ils se permettent de faire les grands car l’argent appele l’argent . Il faut porter plainte et les faire tomber voilà le RSI c’est un système de pourris des malhonnêtes .

  3. Polard dit

    Nous vivons au temps des seigneurs,
    Ce n’est plus la dîme ou la gabel…
    C’est le RSI, je suis artisan et cela fait 10 ans que je ne suis pas parti en vacances.
    Je travaille ts les jours mais ce n’est pas sufisant.
    Je me demande ou cette foie qui avant unissait les gens pour se défendre contre de telle injustice
    Peuple de France, REVEILLE TOI !!!

  4. gérard dit

    Le passage du RSI sous la coupe de la sécu servirait-il a masquer quelques scandales prets a exploser les prochaines années?Je pense notamment a la « disparition » de nombreuses cotisations retraites des affiliés.Nombreux sont ceux qui ont fait valoir leurs droits retraites en faisant confiance au calcul du RSI,et qui se sont retrouvés dépouillés(cotisations égarées)

  5. Vincent dit

    J envisage de me mettre à mon compte.
    Quand je lis ou quand j entends RSI…c’est glaçant.
    En 2018 le RSI n’ existe plus, mais rien ne change semble t-il. Le calcul pour provisionner ce fond « rsi nouveau » semble impossible.
    Dites moi si je me trompe:

    Pour un TNS, mandataire social
    Cotisation la 1ere année 48% sur quoi? Les sommes percues à titre de salaire?

    La 2eme année 60% ?
    Sur les sommes percues a titre de salaire + sur les cotisations versés l’année précédente ( comme si une cotisation relevait d’un salaire)

    3eme année 67% …
    Tout cela avec un delta de 2 ans.
    Payer en 2020 ce que tu à fais en 2018?

    Et je lis en plus que les huissiers sont dans la danse..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *