Accueil » Le RSI nouveau prend déjà les indépendants pour des crétins…

Le RSI nouveau prend déjà les indépendants pour des crétins…

Cet article a été lu 3097 fois

Le RSI nouveau adossé au régime général de la sécurité sociale, rebaptisé Sécurité Sociale Indépendants, s’est doté d’un site Internet qui vaut la peine d’être consulté. Il propose en effet (déjà!) des arguments infantilisants pour justifier son existence. Comme si les indépendants étaient incapables de comprendre les problèmes posés par leur régime social monopolistique et imposé par la force.

On se souvient qu’un auto-entrepreneur du bâtiment avait « fait le buzz » en 2016 en publiant sur Youtube une vidéo où il évoquait le RSI et le montant faramineux de ses cotisations. Cet assuré social, comme beaucoup, ne comprenait pas grand chose au système supposé le protéger et s’était trompé dans les calculs.

Ni une ni deux, Libération, qui suinte de mépris bobo pour le monde ouvrier, avait cloué cet auto-entrepreneur au pilori en qualifiant son erreur « d’intox », ne prenant même pas l’attache, dans une première version, de l’auteur de cette vidéo pour contrebalancer son point de vue.

Le RSI nouveau et l’assommoir de Libération

À l’époque, nous avions pris la défense de cet auto-entrepreneur victime d’une violente cabale de la part d’un quotidien subventionné. Il n’y a qu’en France où des journalistes salariés qui vivent massivement de l’argent public donnent des leçons méprisantes à un auto-entrepreneur qui aspire juste à vivre de son travail indépendant et qui ne comprend rien aux innombrables couches bureaucratiques qui servent à le tondre.

Telle est la loi de la bien-pensance: la solidarité consiste à vivre sur le dos de ceux qu’on méprise.

Tiens! un an plus tard, c’est cette anthologie du mépris social et de la haine de l’assuré que le RSI nouveau ressort du placard pour dénoncer les « intox » dont le régime serait victime. Dans une page dont nous citons une capture, non seulement le nouveau régime remet le couvert sur ce pauvre auto-entrepreneur qui n’en peut mais, mais il cite l’article de Libération qui a roulé ce brave garçon dans la boue.

Le retour du pilori pour les petites gens qui se trompent, voilà une belle façon, très « direction de la sécurité sociale », de commencer une ère nouvelle.

Le RSI nouveau se plantera comme le RSI ancien

Le RSI nouveau est bien mal inspiré de placer d’emblée ses relations avec les indépendants, ses assurés sociaux, sur le mode du mépris. Car, si le sigle change, les règles absurdes restent.

On ne dira jamais assez que la mort du RSI n’est pas venue d’un problème informatique qui aurait rendu le système insoutenable. Elle est d’abord venue d’une absurdité des règles, qui consiste à faire rentrer les indépendants dans des cases de salariés. Il faut être un fonctionnaire de la direction de la sécurité sociale pour ne pas comprendre qu’il s’agit là d’une impossible quadrature du cercle.

Nous parions donc sur le rapide échec de la réforme, et sur une colère bien plus grande dans les mois à venir.

7 commentaires

  1. Pierre dit

    Quelle surprise !
    😉

    L’échec était prévisible… Multiplier le nombre de cellules cancéreuses n’a jamais permis de stopper la progression d’un cancer.
    S’endetter toujours plus n’a jamais permis de résoudre un problème… d’endettement.

    Bref, des fonctionnaires, des constructivistes, des mafieux, des idéologues… continueront de détruire et de polluer tout ce qu’il touche.

    Changer de nom, changer de logiciel, de site web, refaire le logo et les peintures… ne changera rien au code génétique aberrant, profondément dégénéré, de tout ce système.

    Une pensée émue aux milliers de gogos qui avaient eu -encore !- un petit espoir…. Qui se sont dit, cette fois c’est la bonne, on va être débarrassés du RSI.

    Non. Vous êtes toujours des esclaves, des benêts, des idiots utiles… Dont la seule fonction est de casquer ET souffrir.

    Vous êtiez des dindons (de la farce) avant. Après, vous serez de bons gros veaux promis à l’abattoir.

    La ferme orwélienne -elle- continue de s’étendre !

    Et certains animaux, toujours les mêmes, continueront d’être plus « égaux » que vous.

    Un jour peut-être, quand vous serez vraiment à bout, au fond du trou, trouverez-vous l’énergie pour vous révolter.

    L’énergie du désespoir.

  2. Jiff dit

    « Le retour du pilori pour les petites gens qui se trompent, voilà une belle façon, très « direction de la sécurité sociale », de commencer une ère nouvelle. »

    C’est réellement une bonne nouvelle ! Parce que les plus talentueux de ceux qui se trouvent sous le joug du RSI nouveau sont également souvent ceux qui se tiennent le plus au courant ; par conséquent, quand il sera (éventuellement) temps d’aller plus loin, ils auront déjà pesé le pour, le contre et surtout les alternatives – et gageons que dans ce troisième groupe, la délocalisation figurera en bonne place.

    Évidemment, ça sera un peu plus épineux pour ceux qui ont une famille, mais entre se laisser plumer sans pratiquement aucun espoir de pouvoir sortir de la moyenne et tenter l’expérience là où l’herbe pousse encore, il-y-a pas mal de chances qu’ils aillent se faire voir ailleurs – d’autant qu’avec la facilité de déplacement outre-manche ou dans les différent pays frontaliers (enfin, quand la sncf n’est pas en grève, ce qui est loin d’être gagné d’avance, ‘reusement que le low cost aviation existe), on peut tout à fait concilier parents/relations restés en enfer et travail/vie au paradis (voire au purgatoire, ce qui n’est que demi-mal.)

    Ceci ne fera donc que précipiter la chute inéluctable et amplement méritée de ce pays où poncktionnaires, chances pour la france et criminels sont bien plus égaux que les autres. Après le gadin, le problème sera de résister aux mêmes vautours qui ont déjà dépouillé la Grèce avec notre pleine et entière complaisance, mais là, l’espoir sera illusoire.

    Dommage, sans ses politiques débiles (pléonasme made in france) axées sur la connivence et la mise en coupe réglée du pays, et son allégeance à une ue roulant sur la jante, prenant ses ordres à DC et en train de couler une bielle, ce pays avait vraiment de bons atouts pour recommencer à briller – dans quelques siècles et dans un univers parallèle, peut-être — à moins qu’un « certain esprit » français ne se réveille brusquement, mais ait beaucoup plus de discernement qu’il n’en a jamais eu…

  3. Citoyen dit

    « Sécurité Sociale Indépendants »
    Rien que le terme, laisse déjà supposer l’arnaque sous-jacente …
    Mais chacun, voyant midi à sa porte, est libre de choisir la manière de se faire tondre ….
    Être encore indépendant, aujourd’hui dans ce pays, dénote un manque de compréhension du système, qui interpelle.
    Et il faut bien reconnaitre, qu’en l’absence de concurrence en matière d’information des nouveaux entrepreneurs, les sites étatiques ont pris la main, avec des portails qui ressemblent à celui de la Kommandantur, ripolinés de couleurs chatoyantes, pour attirer les benêts !
    Il y avait, il y a encore peu, des sites spécialisés indépendants, dont un excellent (L’APCE), qui informaient les entrepreneurs, et surtout les nouveaux créateurs d’entreprises, sur tous les détails de l’existence, et les chausses-trappes auxquels ils seraient soumis dans leur parcours du combattant … Seulement voila, aujourd’hui il n’y plus que l’état qui se livre à ce jeu (de désinformation dévoyée), avec des intentions qui ne sont pas difficiles à percer ….

  4. Citoyen dit

    En même temps, pour entreprendre aujourd’hui dans ce pays, il faut être, soit suicidaire, soit sous perfusion de l’agent des contribuables, ou alors avoir pris un grand coup sur le casque …. Dans tous ces cas de figure, on voit bien que l’issue est compromise …

  5. Sémaphore dit

    Qu’espériez vous contre toute attente ?
    Les mêmes guignols ont été repris et remis en place dans un bousin décalqué du précédent avec un petit coup de ripolinage pour faire croire au changement.

  6. gérard dit

    Dans trois mois ,nous aurons les nouveaux taux de cotisation RSI:nous verrons ce que Macron et la petite clique d’UMP qui l’assiste ont concocté.En attendant la CFE existe toujours,certains indépendants payent 900 euros en décembre pour avoir le droit de travailler ,avec l’accord bienveillant d’Emmanuel qui veut « revaloriser » le travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *