Accueil » Dépenses publiques: premières critiques au sein de la majorité sur leur baisse insuffisante

Dépenses publiques: premières critiques au sein de la majorité sur leur baisse insuffisante

Cet article a été lu 3902 fois

Les dépenses publiques baissent-elles assez avec Emmanuel Macron? Non, bien sûr, puisqu’elles n’ont même jamais été aussi élevées. Au sein de la majorité présidentielle, des voix fortes commencent à se faire entendre pour le regretter.

On notera donc les propos de Jean-Louis Bourlanges (MODEM):

« Mon inquiétude, tout au long de la période budgétaire, a été que l’objectif de réduction des dépenses publiques n’a pas été clairement affiché en termes suffisamment ambitieux. On a dit qu’il fallait absolument tenir les 3% de déficit du PIB, qui était un engagement pris vis-à-vis de l’Europe et de nos partenaires allemands. Mais il fallait aller bien au-delà. Comment va-t-on opérer sur la longue durée ? » demande l’ancien parlementaire européen.

« Je serai rassuré quand je verrai d’abord un diagnostic » ajoute-t-il. « Quand on regarde les dépenses », les économies ne peuvent pas se faire sur « la justice », « dans la police » « les hôpitaux », « les professeurs » ou « l’armée » selon Jean-Louis Bourlanges. « Il reste les collectivités » selon le député Modem, et « ce qui coûte, en termes maastrichtiens, (soit) les retraites, le logement, l’Unedic, le système de Sécurité sociale. Et là, on est au b.a.-ba d’une réflexion stratégique ».

16 commentaires

  1. gérard dit

    ça fait plaisir de voir les Macrons en vacances:ça fait a peine 6 mois qu’il est élu,et cela fait plusieurs fois qu’il part en vacances sans avoir rien fait de bien fondamental..Et Bourlanges continue a pérorer doctement,mais chut!pas un mot sur les agences d’état,il n’y a pas d’économies a y faire

  2. Citoyen dit

    « Au sein de la majorité présidentielle, des voix fortes commencent à se faire entendre pour le regretter. »
    Quoi ?? Au sein de la majorité, y’ aurait des cocus qui sentent leurs cornes pousser ?
    Les pôvres ! Ils se seraient donc fait abuser, à l’insu de leur plein gré ….

  3. Jiff dit

    Les dépenses publiques baissent-elles assez avec Emmanuel Macron? »

    C’est rigoureusement impossible, puisqu’il s’agit d’un gouvernement socialaud avec juste un faux nez pour leurrer la populace – Citoyen l’a bien montré dans un article précédant en pointant le fait que 12/14 des plus proches conseillers de l’élysée sont des ex-ps – et la preuve en est que, comme le socialaud de basse « abouti » ne peut s’empêcher de taper sur la tête des moins bien lotis, c’est exactement ce qui est actuellement fait. La seule variante, c’est que le capitalisme de connivence a pris des proportions sang pour sang plus élevées qui le rendent maintenant très visible, c’est tout, ou plutôt ça serait tout s’il n’y avait en filigrane l’obédience aux hommes de Davos.

    Quant à ce que dit Jean-Louis Bourlanges, c’est bien, mais on aimerait qu’il entraîne beaucoup d’autres dans son sillage…

  4. serge dit

    A partir du moment où il n’est annoncé, depuis des années, qu’une moindre augmentation des dépenses au lieu d’un zéro brutal suivi d’une diminution drastique, il y a peu de chances que cela change. France Trésor a annoncé placer 195 milliards de dette en 2018 sur les marchés. Un record en la matière!

    • Jiff dit

      Le « seul » souci, c’est qu’un paquet de blogs non-négligeable écrits par des gens qui ont autre chose qu’un courant d’air entre les oreilles voient fort bien ce qui se profile devant l’horizon :
      https://www.contrepoints.org/2018/01/01/306386-cas-de-crise-vol-de-vos-biens-sera-permis
      https://leblogalupus.com/2018/01/05/les-2-graphiques-du-jour-voila-pourquoi-en-france-lepargne-des-menages-francais-servira-de-pompe-a-phinance-dun-etat-surendette/

      * les risques de remontée des taux sont maximaux, et ceci dans les mois qui viennent,

      * la france s’est positionnée toute seule, comme une grande, dans le collimateur des marchés, puisqu’elle n’a ni effectué les réformes nécessaires de sa poncktion publique, ni surtout diminué ses dépenses (dur euphémisme : +€60Mds par rapport à Grotoumou 1er),

      cet état au train de vie fort dispendieux financé par de la dette qui retombera maintenant en grande partie sur nos petits-enfants va donc devoir trouver du pognon (beaucoup) pas cher dans un certain temps – pas beaucoup, parce qu’il-y-a +€114Mds de capital à rembourser cette année et je ne sais plus combien encore en 2019, en sus des intérêts ; chez moi, on appelle ça faire de la cavalerie… – parce qu’il est bien entendu hors de question qu’il fasse le nécessaire pour réduire ses propres gabegies, ergo, une bonne partie de l’épargne des français va passer à la trappe (et sera de toutes façons à terme, entièrement phagocytée par la médiocratie communiste lrem, ps, lr, fn, modem, udi, udr, rpr, cqfd, rsvp, etc, servant au passage de galop de confirmation pour tous les autres tout comme Chypre a servi de galop d’essai de la spoliation des peuples par les zélites) ; en sus de ce programme fort réjouissant, il est très loin d’être interdit de penser qu’un début de mois prochain, tout les salariés trouvent leur salaire amputé de 10% par « solidarité nationale », assortit d’une fermeture bancaire d’une semaine conjoint à un rétrécissement drastique des possibilités de retraits d’espèces (permanent) et autres virements – emprunts forcés, évidemment garantis par l’état, dont la capacité à tenir ses promesses ne laisse absolument aucun doute sur l’issue du remboursement…

      Et si vous en doutez, repassez en revue les différentes saloperies peu subtilement glissées çà et là comme cavaliers lors du vote de certaines lois, ainsi que la diarrhée de sapin 2 – tout est là, l’eau de la grenouille était jusqu’à maintenant bien tiède, ne reste plus qu’à mettre plein gaz… et pour les citoyens à prendre la poudre d’escampette, parce que quand si tout ça a bien lieu, la poudre tout court risque bien de revenir sur le devant de la scène.

      Tout va donc très bien dans le meilleur des mondes, comme en 1984…

  5. Oblabla dit

    Bourlanges est mignon dans ses propos en découvrant que nous en sommes au ba ba de la réflexion stratégique en matière d’économies sur les dépenses publiques. Par ailleurs, il ne faut pas manquer de souffle pour oser dire que les économies ne peuvent pas se faire sur « la justice », « dans la police » « les hôpitaux » et « les professeurs ». Bien sûr que les collectivités sont un gouffre sans fond où il y a des économies considérables à réaliser mais il y en a aussi dans la justice, les hôpitaux en terme d’organisation au minimum et dans l’éducation nationale qui emploie plus d’un million de fonctionnaires…

  6. Pierre dit

    Petite devinette du jour : quelle est la plus longue période de croissance aux USA, post WW II ?

    Réponse : 10 ans.
    De 1991 à 2001

    https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_economic_expansions_in_the_United_States

    2008 + 10 = 2018..

    Va t-on battre le précédent record ?
    😉

    C’est avec de telles données historiques que l’on peut apprécier le grotesque des gesticulations des pseudo gouvernements français.

    Banques centrales, gouvernements sont au taquet… Il n’y a plus de matelas de sécurité pour réduire la violence de la prochaine récession (qui est inévitable).

    Que se passera t-il alors ?

    Là aussi l’histoire permet d’anticiper, de manière quasi certaine, ce qui va se passer.

    Face à une terreur encore plus grande que 2008… ils réagiront de la même manière. En clair : cela fait 10 ans déjà que les BC+gouvernements trichent et injectent des sommes ahurissantes. Eh bien, ils injecteront… ENCORE PLUS !

    Tout simplement.

    La probabilité d’une hyper inflation est donc élevée.

    A conditions « géopolitiques » équivalentes, bien entendu.

    Il est clair que épidémies, guerres… provoquant d’importantes réductions de population ainsi que des destructions matérielles massives… pourraient modifier cette probabilité.

    La seule incertitude : le début de la prochaine récession.

    2018 ou 2019 ?

    • Jiff dit

      Quelques années avant sa mort, on a demandé à Edgar Cayce ce qu’il fallait prévoir pour le siècle à venir, sa réponse a été : une maison à la campagne avec du terrain pour pouvoir cultiver sa propre nourriture sans dépendre de personne. On en est vraiment pas très loin.

      • Pierre dit

        Du temps de la république de Weimar, le populo était endetté, au chômage, et bien précarisé…. cela n’a pas empêché la sortie de route de l’hyperinflation.

        Au fond, c’est un peu l’oeouf ou la poule, la question n’est pas vraiment pertinente.

        Ce que l’on décrit ici c’est l’association de l’histoire et des biais cognitifs humains (qui sont constants).

        Ils feront TOUT pour éviter l’implosion des marchés… Ergo : ils iront même jusqu’à filer le pognon directement aux gens. C’est la prochaine étape, logique, rationnelle dans l’irrationnel.

        On commence par sauver les banques, les systèmes financiers, avec des acronymes très savants et très obscurs (QE, APP, CSPP, PSPP, CBBP3* etc.) et parce que l’on DOIT continuer, on finit par l »helicopter money » (speech fameux de la crapule Bernanke en… 2012 !)

        L' »helicopter money » c’est le pognon largué directement aux gueux.

        Vous voyez ils ont même DEJA théorisé le truc.

        *pour les curieux, pour l’édification des foules, et pour mesurer le sida mental ambiant, ces acronymes sont hélas… réels.
        https://www.ecb.europa.eu/mopo/implement/omt/html/index.en.html

        • gérard dit

          @Jiff et Pierre:ce que vous dites est sans doute vrai,sauf que a l’époque de Weimar ,l’économie était moins mondialisée ,financiarisée et endettée.La révolution informatique a permis de faire exploser les montants en jeu.Mon pronostic futur:revenu universel pour tous et surtout taux négatifs.Une seule certitude pour la France:le montant des hausses d’impots et de taxes n’est plus soutenable pour les gens qui travaillent et qui n’ont pas d’épargne,ce qui n’est pas vrai pour tous les pays……

          • Jiff dit

            « La révolution informatique a permis de faire exploser les montants en jeu. »

            NON, gérard ! C’est l’incurie et l’imprévoyance poliotique, ainsi que le noyautage des grosses entreprises us de leur propre gouvernement qui ont fait exploser les montants en laissant faire n’importe quoi – l’informatique n’était, au moment où tout cela a décollé, qu’un moyen de calcul/connexion ; c’est ce que l’on en fait qui est néfaste, pas la chose en elle-même – si vous voulez, nous en revenons toujours à nos racines, qui en france sont plutôt solides, en l’occurrence au XVème siècle, à Rabelais et son fameux : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

            « Mon pronostic futur:revenu universel pour tous et surtout taux négatifs. »

            Malheureusement, ça risque fort de ne pas être le cas ; actuellement 2 factions s’opposent à un niveau que vous ne pouvez même pas imaginer – d’un côté, ceux qui ont préparé le terrain pour un collapsus économique et monétaire pour 2021, de l’autre, ceux qui veulent que cela arrive le plus rapidement possible. Dans les 2 cas, vous vous ferez non-seulement voler toutes vos économies, mais en plus, votre argent deviendra virtuel et vous faire définitivement taire sera aussi simple qu’un click dans une case…

            À moins que les gens ne se secouent et ouvrent les yeux tout grands, pas qu’ici et très rapidement, ces choses ont de fortes probabilités de se produire (bon, pas la peine de tirer des plans sur la comète, car chaque force malévolente fait toujours face a une force inverse d’à peu près la même force…)

            En attendant, vous pouvez tabler sur l’éclatement simultané des différentes (et multiples) bulles actuelles comme signal de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *