Accueil » Uber, Deliveroo: le CESE éreinte le RSI… mais revient au prêt-à-penser officiel

Uber, Deliveroo: le CESE éreinte le RSI… mais revient au prêt-à-penser officiel

Cet article a été lu 2983 fois

Le CESE vient de rendre un rapport qui éreinte le RSI, par le prisme de la protection sociale proposée aux travailleurs indépendants des plate-formes de type Uber ou Deliveroo. Malheureusement, la rapporteure en retire immédiatement la conclusion qu’il faut persévérer dans ce qui ne marche pas.

La protection sociale des travailleurs indépendants sur les plate-forme collaboratives de type Uber ou Deliveroo est devenue la tarte à la crème des bien-pensants. Selon une mécanique sophistique, il est de bon ton de répéter à l’envi que ces auto-entrepreneurs, souvent étudiants précaires ou jeunes sortis du rang grâce à Internet, ne disposent d’aucune protection sociale.

Le CESE (conseil économique, social et environnemental) vient de consacrer un rapport à la question, qui a le mérite de démentir ce préjugé, tout en s’empressant de refermer la porte pour complaire au pouvoir en place.

Le CESE rappelle la nullité du RSI dans le domaine de la protection sociale

Contrairement aux idées reçues et propagées par la presse subventionnée (et friandes de fake news bien-pensantes), les auto-entrepreneurs des plate-formes ne sont pas privés de protection sociale: ils sont assurés obligatoirement par le RSI. Certes, et le rapport du CESE le documente, le RSI ou rien, c’est à peu près la même chose. La ressemblance est d’ailleurs si frappante que les Français sont majoritairement convaincus que les auto-entrepreneurs ne sont pas assurés!

Pourtant, ils paient! Ils doivent consacrer 24% de leurs revenus à leur protection sociale. Contre une contre-partie misérable qui rappelle, une fois de plus, que le RSI est une arnaque totale.

On ne pouvait pas mieux souligner que le monopole en matière de protection sociale est générateur de précarité et de désincitation majeure au travail.

L’absurdité du RSI pointée du doigt

On notera en particulier, dans le rapport, quelques remarques qui soulignent bien l’absurdité du RSI.

Lors de son audition le 20 septembre 2017, Paul-Henri Antonmattei a soutenu une meilleure reconnaissance de la protection des travailleur.euse.s indépendant.e.s économiquement dépendant.e.s en instaurant un statut spécifique qui reconnaîtrait à la fois l’autonomie du.de la travailleuse et des garanties minimales en matière de couverture sociale et de droit à la négociation collective.

Mais! chers amis! ces garanties minimales existent. Ce sont celles du RSI… Le rapport aurait gagné en crédibilité en indiquant qu’il faut améliorer la performance et les garanties du RSI, plutôt en faisant mine de dire que 24% du revenu des auto-entrepreneurs passent à la trappe pour rien!

Plus avant, le rapport égrène les défaillances du RSI:

Les spécificités sont importantes pour ce qui est des indemnités journalières maladie. Si un dispositif a été mis en place par le RSI, son activation n’est possible qu’un an après l’affiliation et impose d’être à jour de cotisations. Le montant reçu (50 % du revenu moyen des 3 dernières années) est soumis à cotisations et contributions sociales. En pratique, ces décalages peuvent conduire à recevoir des indemnités dont le montant est de l’ordre de celui des cotisations dues sur les revenus précédents. Le dispositif ne concerne pas les professions libérales pour lesquelles il peut exister des indemnités journalières en cas d’arrêt maladie dans des conditions (niveau et début des versements) qui varient selon les sections professionnelles concernées.

Voilà donc un régime de protection obligatoire, qui ne protège qu’au bout d’un an d’affiliation, et sur une base de calcul totalement lunaire, avec des montants qui sont soumis à cotisations sociales… Autant dire rien, dans la plupart des cas. En tout cas rien pour les auto-entrepreneurs qui travaillent sur des plate-formes collaboratives.

Vive le RSI et son adaptation au monde Internet.

On lira aussi ce terrible aveu, cette fois sur les retraites:

 Assiettes et taux de cotisation restent toutefois spécifiques, en raison de la nature des revenus pris en compte : cette situation conduit à ce qu’un nombre important de travailleur.euse.s indépendant.e.s ne puissent valider aucun trimestre.

Autrement dit, le CESE reconnaît ouvertement que, en contrepartie des 24% de revenus consacrés à la protection sociale collective, beaucoup d’auto-entrepreneurs… ne retirent rien! pas un trimestre!

Le CESE sert malgré tout la soupe à la bien-pensance et à la tonte des entrepreneurs

Un lecteur allemand, luxemnbourgeois, danois, britannique, découvrant ce scandale, attendrait forcément des autorités françaises qu’elles le dénoncent et qu’elles exigent qu’il y soit porté remède en offrant aux assurés de vraies contreparties aux 24% de leurs revenus qu’ils consacrent à leur protection sociale obligatoire. Ce même lecteur s’interrogerait sur le bien-fondé d’une protection sociale monopolistique aussi défaillante.

En France, la personnalité nommée par le gouvernement au Conseil Économique et Social et chargée d’un rapport sur le sujet procède autrement. Elle préfère expliquer que les entreprises doivent payer plus pour pallier l’escroquerie du RSI. Et elle préfère passer sous silence le vol dont les entrepreneurs sont l’objet au quotidien.

Ainsi, la rapporteuse propose-t-elle les solutions suivantes:

Le CESE recommande de maintenir un interlocuteur unique, au sein du régime général, pour l’ensemble des travailleur.euse.s indépendant.e.s. S’agissant des plateformes numériques, il propose que toutes les cotisations des assurances obligatoires soient prélevées directement à la source.

Conclusion: on continue à plumer les auto-entrepreneurs, on ne touche pas aux règles du jeu absurdes, et on se met (au nom de l’intelligence et du bien-pensant) des oeillères sur les yeux.

Une fois de plus, l’élite française fait l’apologie de la cécité au nom de la clairvoyance.

8 commentaires

  1. Citoyen dit

    Euh … Si le véhicule de la photo, en est un des chauffeurs Uber, je préfère passer mon tour …. Et en plus, il manque les décalcomanies partout …

    Pour le CESE, s’il lèche les pompes du pouvoir en place, c’est qu’il a besoin de manger … Faut le comprendre !

    • Jiff dit

      « je préfère passer mon tour »

      Hemm, pas sûr du tout, je connais pas mal de coins en europe de l’Est où il est de beaucoup préférable de se faire conduire dans une Lada increvable du siècle dernier par un chauffeur un peu maboul et risque-tout, plutôt que de se trouver dans une Mercedes neuve, vu l’état de certaines routes – on risque tout au plus une bosse sur le sommet du crâne, mais pas de se retrouver en rade au beau milieu de la campagne en ayant cassé le train ou la transmission…

      • Sémaphore dit

        Vu l’état deliquescent de plus en plus avancé de (trop) nombreuses toutes de ce pays, il n’y a plus besoin de se déplacer en Europe de l’Est ex-communiste pour expérimenter ce que vous décrivez…

      • Citoyen dit

        Ah, s’ils ont des routes à défoncer la transmission des Mercedes, autant investir dans le Hummer …. C’est plus sûr.
        Pour le « chauffeur un peu maboul et risque-tout », je comprends … Surtout avec un litre de Vodka dans les veines, le code de la route devient une notion très subjective ….

        • Jiff dit

          Il ne faut pas exagérer (quoique ça puisse arriver), mais ils sont sont nombreux à avoir une fâcheuse tendance à nous fixer longuement dans le rétro ou à se retourner, surtout qu’ils nous aiment bien en général.

  2. Jiff dit

    « un rapport qui éreinte le RSI, »

    Rapport totalement illisible, puisqu’il utilise l’un des chevaux de bataille la bien-pensance décérébrée l’écriture inclusive, qui donne presque la même impression que lorsque l’on va sur le skyblog d’un gamin (3′ de « lecture », 1/2H de décodage.)

    « la rapporteure en retire immédiatement la conclusion qu’il faut persévérer dans ce qui ne marche pas. »

    Bof, quoi de plus normal pour ce « conseil » composé à 100% de profiteurs rentiers du système cumulant en majorité de juteuses retraites payées par le con-tribuable et jamais provisionnées, histoire de faire bonne mesure dans l’imprévoyance chronique de la france ; conseil que l’on aurait d’ailleurs dû renommer depuis longtemps – je propose REBAGEL (REcasement des BAttus Gériatriques aux ELections.)

    « qui rappelle, une fois de plus, que le RSI est une arnaque totale. »

    Ça n’est que le prolongement inadmissible de ce qui se fait depuis des lustres afin de définitivement tuer commerçants et professions libérales (la racine de libéral étant liberté, on comprend pourquoi c’est l’ennemie du ponck moyen oppressé par une hiérarchie bloquée au XVIIème siècle) – quand on pense qu’au début du XXème, ils représentaient quelque chose comme 4.5M…
    J’ai dans mon entourage pas mal de grands-parents anciens commerçants qui, s’ils n’avaient constitué un capital pour leurs vieux jours quand « ça marchait », en investissant majoritairement dans la pierre, seraient sans exception tous SDF – c’est d’ailleurs sans doute l’une des raisons pour laquelle ce gouvernement sociauniste-davossien veut leur taper dessus (les gueux !), car il-y-a la bonne rente rente (retraites des poncks et gros sous tombant dans de grandes poches, au hasard) et la mauvaise rente (de gens qui ont, pour une grande majorité d’entre eux, trimé dur toute une vie.)

    Il faut appeler un chat un chat, la vérité, c’est que le système de SS est spoliateur (il l’était d’ailleurs dès sa conception), puisque totalement incapable de délivrer selon ses promesses (meeerveilleuses), même pas géré du tout, et sert de pompes à phynances à toute une parasitocracie dont le club est avide de sang frais des autres.

    L’autre vérité, c’est que le ponck, rien qu’à l’idée qu’un assujetti individu puisse ne serait-ce que jouir correctement des fruits de son labeur en n’étant pas salarié d’état et pire encore, en ayant une certaine liberté, fait une crise d’urticaire aiguë nécessitant bien entendu 3 à 4 semaines d’arrêt absolu aux frais exclusifs du con-tribuable – sauf évidemment lorsqu’il s’agit de très grosses entreprises pourvoyeuses de capitalisme de connivence et surtout de pantoufles à triple épaisseur de molleton (très important le molleton quand on est un ponck, d’autant plus important que son épaisseur dépend directement de la quantité d’argent extorquée plus ou moins légalement aux assujettis.)

    Encore une fois, c’est une excellente chose que de mettre à l’air ce que d’aucun voudrait laisser caché sous le boisseau, car les candidats au départ apprécieront de se voir conforter dans l’idée que leur pensée première était bien la bonne (et seule) option à prendre…

  3. gérard dit

    Petite précision sur les cotisations sociales:je suis auto entrepreneur,si je déclare moins de 20000 euros annuels,je ne valide aucun trimestre retraite en dessous de ce montant.Quand j’ai reçu mon dernier relevé d’évaluation retraite future,les années de cotisation en auto entrepreneur n’avaient pu etre communiquées a la sécu par le RSI.Elles étaient inconnues!Les cotisations retraites RSI s’évaporent bien.Je soupçonne que le passage du RSI a la sécu générale sert a cacher le scandale de cet argent évaporé.Je conseille a tous ceux qui voudraient valider leurs droits retraite a les faire calculer avant par un professionnel .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *