Accueil » Accord May-Macron: on prend les mêmes et on recommence

Accord May-Macron: on prend les mêmes et on recommence

Cet article a été lu 3431 fois

Theresa May et Emmanuel Macron ont signé, à Sandhurst, un accord franco-britannique qui complète les accords du Touquet. La Grande-Bretagne ajoute 50 millions € pour améliorer les conditions de rétention des étrangers à Calais. Le sort des mineurs non accompagnés devrait être amélioré. Pour le reste, rien ne change, ou presque. Brexit ou pas Brexit, la relation entre la France et l’Angleterre ne change pas.

Une fois de plus, c’est une non-actualité qui défraye l’actualité. Emmanuel Macron et Theresa May ont signé un accord qui complète les accords du Touquet. Leur grande nouveauté tient à l’extrême stabilité, voire à l’immobilisme de la relation franco-britannique, malgré le Brexit. C’est un signe important sur le caractère désormais accessoire de l’Union Européenne dans le jeu des puissances continentales.

Un accord sur le retour aux frontières et aux protectionnismes

N’en déplaise à ceux qui imaginaient que le président Macron apporterait un souffle nouveau à l’Europe. En réalité, sa vision de l’Europe s’arrête là où les frontières de la France commencent. L’accord de Sandhurst le prouve: il vise à améliorer la gestion et la tenue de la frontière franco-britannique. Pour ce faire, les Anglais mettront 50 millions € de plus chaque année.

Ce système, posé par les accords du Touquet, d’une sorte de déport de la frontière britannique à Calais ne manque pas d’air. Il consiste à créer un hotspot en France, comme on en a créé en Grèce ou en Turquie.

Ce n’est d’ailleurs pas le moindre des paradoxes de voir la France et la Grande-Bretagne se mettre d’accord pour créer un camp de réfugiés en France. Les étrangers qui s’y trouvent n’ont aucun avenir, et leur présence sur place n’a aucun sens. Et sous nos yeux, le plus éloquent des démentis aux discours bien-pensants sur les migrations est apporté par un Président qui avait fait de l’Europe ouverte un cheval de bataille.

En réalité, le bla-bla anti-Brexit sur la lutte de la lumière européenne contre l’obscurantisme nationaliste était une vaste carabistouille. Emmanuel Macron s’accommode très bien du rôle de garde-frontières que la Grande-Bretagne lui fait jouer, moyennant un petit chèque supplémentaire.

Tant pis pour les habitants de Calais.

La France sans solution face aux réfugiés et aux migrants

Peu à peu se dévoile l’envers du décor à Calais. Pendant que les associations prétendument humanitaires nous arrachent des larmes sur la vie dans ce camp où les principaux fauteurs de troubles seraient les policiers, la réalité mafieuse de l’opération n’est plus un tabou. Calais est d’abord le refuge de trafics en tous genres où des passeurs exploitent la misère humaine.

Qu’avons-nous à offrir à ces milliers de pauvres gens qui rêvent de passer la Manche? Un camp permanent, démantelé régulièrement et qui se reconstitue par un mouvement quasi-naturel en attendant le prochain démantèlement.

Sur ce point, Macron ne fait en tout cas pas le jeu du renouvellement. Il prolonge une situation qui rend la ville de Calais invivable et qui n’offre aucune issue aux réfugiés qui y campent. À mesure que le temps passe, la pègre s’installe, et c’est tout une région qu’on torpille sans l’avouer.

L’Europe impuissante face aux flux migratoires

Dans la pratique, l’accord May-Macron avalise l’impuissance de l’Europe face aux flux migratoires qui la parcourent désormais de façon permanente. Des Afghans, des Africains, aboutissent à Calais comme dans un cul-de-sac et on ne sait qu’en faire. En dehors de la relation bilatérale franco-britannique, aucune solution n’existe à ce problème, si tant est que la France et la Grande-Bretagne aient une solution autre que l’absence de solutions.

On dira la même chose de la coopération militaire entre les deux pays. La Grande-Bretagne fournira trois hélicoptères de transport aux forces françaises au Mali. Le Brexit passe, mais la relation militaire privilégiée entre les deux pays reste.

C’est la leçon qu’on retirera de l’accord de Sandhurst. L’Union Européenne ne justifie pas qu’une relation millénaire soit gâchée. On pourra parler de renouvellement tant qu’on voudra, certaines traditions, certains héritages ne changent pas. Décidément, l’Europe reste encore aujourd’hui un ensemble de nations indépendantes.

14 commentaires

  1. Sylviane dit

    Cet accord est une honte. Les Anglais paient pour ne pas être envahis, et nous, nous devons gérer une situation dramatique. Ces gens introduits chez nous par des passeurs criminels ne seront jamais renvoyés chez eux.
    Nous avons cinq millions de chômeurs, un système social dans son ensemble en décrépitude, (soins, hôpital, éducation, logement, sécurité, justice, Police, prisons….etc), et nous continuons à accueillir « toute la misère du monde ».
    Au niveau européen, certains pays commencent à se dresser contre ce laisser faire de nos dirigeants: Autriche, Pologne, Hongrie…

      • Sylviane dit

        Tul,
        Vous prenez un raccourci pour commenter ce que j’écris.
        Je ne dis pas que l’ immigration est responsable du chômage, je dis que lorsqu’on a un nombre de chômeurs tel que le nôtre, quelle qu’en soit la cause, on n’accueille pas autant de gens pauvres, non instruits,
        non qualifiés, qui viendront forcément grossir les rangs des chômeurs.

        • Jiff dit

          Mais si !
          Tout du moins selon le « programme » de truc (enfin, celui de Davos) ; déjà parce que le taux réel est très largement plus élevé, ensuite, parce que cela a toujours été une recommandation des cabinets de conseil (« gardez le taux de chômage au minimum à 10%, ça évite que les gens se désintéressent de la politique » [SIC] était déjà une recommandation faite à miteux…), et, In Fine, parce qu’avoir pléthore de gens « disponibles » sous le coude, quand on sait que les différentes avancées techniques (utilisées à tort et à travers, comme d’hab) vont déclasser un pourcentage non-négligeable de la population active, permet de tirer mécaniquement les salaires vers le bas.

          Une partie des buts finaux étant de sur-paupériser la grosse masse de la population, avec en priorité la middle class, de façon à ce que les copains leurs vendent des crédits à des taux flirtant avec le taux d’usure, après que leur maigre bas de laine eût été proprement lessivé par un état gargantuesque qui ne daignera se restructurer que lorsque les têtes de ses membres commenceront à fâcheusement (enfin, pour eux) tomber de leurs épaules (quoique j’ai un faible pour l’accident de chasse.)
          Une autre partie, qui n’est qu’un effet de bord facile à amplifier, étant d’induire un stress traumatique chronique et de le maintenir à un niveau suffisamment élevé pour que les gens cessent de réfléchir à quoi que ce soit d’autre que leur subsistance en général et à eux-mêmes en particulier, chose que l’on commence déjà à voir et que l’ednat a très fortement favorisée, puisqu’on l’a laissée faire avec des « programmes » où l’écologie des éoliennes est plus importantes que l’Histoire de france, et où des gouvernements de _tous bords_ ont opéré des coupes franches dans la philosophie (pas de formation à la réflexion = pas de réflexion du tout, jamais, sauf à rencontrer des gens qui vous prennent la peine de vous former spécifiquement, CQFD.)

          Pour la cerise sur le gâteau, ajoutez une population ayant le QI moyen d’une huître sortie de l’eau (dixit la douane Suédoise), prise en main dès son arrivée et très facilement influencée par des manipulateurs grassement payés par l’arabie saoudite et le qatar, qui vient grossir les rangs de ceux qui sont déjà embrigadés dans ce sens, c’est à dire une grosse majorité des zones de non-droits (où, par exemple, il a été très mal et fortement réprimandé d’être aperçu faisant la minute de silence pour Charlie Hebdo) – puis, pour la chantilly sur la cerise, ajoutez-y « la religion », nommément l’islam, qui sert d’excuse à ceux qui tirent les ficelles (qu’il serait aisé d’éradiquer définitivement si « on » le voulait vraiment) pour tester en permanence la patience et les limites de la républik bananière démokratik et bien-pensante de france, et vous aurez une (petite) idée du plan (et donc, du contenu du dossier de la commission européenne laconiquement intitulé « remplacement ».)

          Quant aux déclarations plus truantes que toni de machin-chose, n’y souscrivez surtout pas, car il fait dans le même temps exactement l’inverse de ce qu’il annonce, comme par exemple continuer à diminuer les crédits servant à la reconduite des immigrés clandestins et économiques hors du territoire tout en claironnant que « ça ne va pas se passer comme ça », qu’on « va voir ce qu’on va voir » et qu’ « il va mettre un frein à l’immigration économique » – à ce sujet, on en revient d’ailleurs systématiquement au « contenu » de ses précédents « discours » dans lesquels vous trouvez dans la même phrase tout et son contraire (ou « en même temps », ce qui revient à l’inverse du contraire de ce qu’il dit ;-p)

          Tous les problèmes sont arrivés par les poliotiques de tous les bords (aidés en cela par les syndicats, trop heureux de trouver des pompes à phynances gratuites), majoritairement parce que leur « formation » se fait à grands coups de recettes éculées et intransposables dans le monde complexe d’aujourd’hui, et ce, d’autant plus qu’une écrasante majorité n’a jamais rien foutu de sa vie et n’a même pas l’ombre du filigrane d’une idée de la vie des gens normaux – alors, penser ne serait-ce qu’une seule seconde qu’un remède puisse venir d’eux est totalement illusoire et même terriblement néfaste.

          À moins d’une révolution (une vraie, pas un remake de celle des FM) et d’un retournement de paradigme total – comme le passage à une démocratie participative semblable à ce qu’elle était en Suisse avant qu’elle n’en abandonne une partie en route, avec une refonte totale des institutions, législations, réglements, etc, ce pays est définitivement foutu.

  2. Citoyen dit

    « C’est un signe important sur le caractère désormais accessoire de l’Union Européenne … »
    Et s’agissant de la grosse commission de Bruxelles, il faudra bien qu’à un moment donné, quelqu’un se décide à tirer la chasse …

    « Pour ce faire, les Anglais mettront 50 millions € de plus chaque année. » … Et on se demande bien pourquoi ? Les Anglais n’ont jamais demandé à ce que ces individus viennent là. S’ils sont là, c’est que la France le tolère.
    La solution : les jeter à la mer, avec en prime  » les associations prétendument humanitaires  » qui créent ce merdier.
    Et il faut éviter de nommer des réfugiés, ceux qui ne sont que des clandestins, cela permet d’y voir plus clair …

  3. Ce qui est clair, c’est que le problème reste en France. Qui a pu bien croire que la Grande Bretagne allait accueillir sur sa côte les migrants et s’en occuperait.
    La situation et le problème à Calais va perdurer. Ce problème n’est ni satisfaisant pour les personnes de la région, ni pour les migrants.
    La pseudo négociation de Macron a laissé croire que c’était réglé, mais non. Tout est précipité encore une fois. Quel coût dramatique financier, social, humain que de mauvaises dispositions. C’est Xavier Bertrand qui doit être content et Nathalie Bouchard. L’un et l’autre auraient dû boycotter les réunions de la semaine dernière.

  4. Jiff dit

    La raison de cet accord n’aurait-elle pas à voir avec ceci : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/16270_les-echanges-commerciaux-france-uk-en-2016 ?

    Texte dans lequel la totale confiance entre administrations de l’état sautera immédiatement aux yeux du lecteur, puisque sa formulation commence par : « Selon les chiffres des douanes françaises, […]« , alors que l’on s’attendrait plutôt (et plus logiquement) à lire : « Les chiffres des douanes françaises montent que […]« .

    « Dans la pratique, l’accord May-Macron avalise l’impuissance de l’Europe face aux flux migratoires qui la parcourent désormais de façon permanente. »

    À cela, on pourrait répondre par une petite modification de la première d’Astérix le gaulois – page dorénavant passée à la trappe, car elle aussi sacrifiée sur l’autel sanglant de la bien-pensance et du poliotiquement correct réunis 🙁 http://www.contre-info.com/bd-dasterix-le-village-gaulois-qui-resiste-encore-a-lenvahisseur-supprime :
    « Nous sommes en 1 Hun après Jupe-iter, toute l’europe est occupée par les immigrés économiques… Toute ? Non. De petits pays peuplés d’irréductibles souverainistes résistent encore et toujours et à l’envahisseur…« .

    « L’Union Européenne ne justifie pas qu’une relation millénaire soit gâchée. »

    En fait, je ne crois pas me tromper de beaucoup en disant ici que l’ue ne justifie strictement rien et qu’elle est bien plus nocive qu’ayant une quelconque utilité – foutons tout cela en l’air rapidement, euro inclus (surtout ça !), en ne gardant que les bons morceaux, et revenons à l’europe des Nations qui faisait un excellent job jusqu’à ce que l’ue nous fasse basculer du côté obscur de la force…

  5. serge dit

    Ben, l’UE paie la Turquie pour faire de la rétention, les british nous paient de même, tout le monde paie pour entretenir des navires qui font des ronds dans l’eau en Méditerranée, etc… Que d’augustes décisions!
    Pendant ce temps la Suède, très avancée sur le thème de l’accueil et de la compassion, réfléchit à envoyer l’armée reprendre en main les quartiers pourris, déjà par les voyous locaux mais amplifiés par les trafics induits par la vague de migrants, qui, comme partout dans le foutoir économique global, n’ont aucune chance d’avoir une activité.
    Le groupe de Visegrad, rejoint par l’Autriche, qui campe sur son refus d’accepter des entrées non choisies et vont même jusqu’à se (re)créer une police des frontières. Et tout le monde ensemble laisse l’Italie et la Grèce se dépatouiller avec les flux permanents d’arrivées, au motif que Lesbos et Lampedusa sont des étiquettes clubmed.
    Ma foi, quand on voit que sur ce sujet là, notre brave commission européenne a autant d’idées et de prise de décision réfléchie, on peut raisonnablement craindre pour le reste. Mais notre bon Moscovici a écrit à Macron pour qu’il le recommande pour le poste de Ministre des Finances de l’UE. Ils ont tout compris…

  6. Michel dit

    La seule solution que je vois à ce problème de migrants à Calais, est de faire monter tout ce joli monde dans des autobus et de les emmener au Vatican, où ils seront naturellement accueillis à bras ouverts et force sécrétions lacrymales, nul ne peut en douter, car tout bon chrétien se doit de donner le bon exemple et de mettre sa conduite en conformité avec celle qu’il prêche aux autres, surtout si ce chrétien occupe le trône de Saint Pierre.
    Et puis, il possède un vaste palais confortable où il pourra loger dignement tout le monde.
    ….Mais pourquoi le doute m’étreint-il soudain ?

  7. Abasourdi et éberlué, je n’arrive pas à comprendre : « Emmanuel Macron s’accommode très bien du rôle de garde-frontières que la Grande-Bretagne lui fait jouer, moyennant un petit chèque supplémentaire.Tant pis pour les habitants de Calais. »

    Ainsi donc Macron aurait du, comme une forme d’évidence partagée à droite semblait l’indiquer, ouvrir le tunnel et envoyer en Angleterre tout migrant trouvé dans la lande, charge à l’Angleterre de le refouler si vraiment il y avait lieu (dents en mauvais état, pieds plats, ou pire, phimosis). Le refoulement aurait naturellement eu lieu via le tunnel, désormais exclusivement consacré à ces va et viens harmonieux, le mouvement de piston faisant penser à la nécessaire gymnastique origine de la génération des surnuméraires dont on parle et dont le sort nous afflige.

    Peut on rappeler le déroulé du voyage de ces braves gens? Sauvés de la noyade à nos frais par des italiens et des grecs, ils ont traversé l’Europe sans papiers ni droit de le faire, déféquants partout dans la nature les dons humanitaires de la dégénerescence mentale et morale qui accompagne, soutient et accompagne l’invasion.
    Un seul moyen, progressivement mis en place à tous les noeuds d’un flux qu’il faut évidemment arrêter à tout prix: bloquer tous les passages et rendre responsables de leur connerie les fous qui veulent se débarrasser vers l’aval du flot purulent et qui ont la lâcheté et l’inconséquence de ne pas bloquer leurs entrées avant de pleurer qu’on bloque leurs sorties… Bouffez votre merde avec votre charité, messieurs dames qui nourrissez les pigeons !

    Quand à ce est train d’échapper à une union jugée trop porteuse d’étrangers, l’Angleterre, et bien c’est une île, bande de tarés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *