Accueil » Macron a-t-il été naturellement traité de « salaud » par son garde du corps?

Macron a-t-il été naturellement traité de « salaud » par son garde du corps?

Cet article a été lu 1071 fois

Les images du garde du corps d’Emmanuel Macron traitant son patron de « salaud » et « d’enfoiré » en public ont fait le tour du monde ou presque. Et s’il ne s’agissait que d’une mise en scène pour occulter l’image élitiste et lointaine du président?

Ce n’est pas un hasard si « En Marche » a relayé sur son site les images d’un garde du corps tout sourire décochant au Président de la République, face à la foule, un « enfoiré » et un « salaud » suffisamment sonore pour que les perches de télévision les captent. Ces instantanés correspondent à une stratégie de communication patiemment construite. L’objectif est de prouver aux Français que le président Macron n’est pas l’homme lointain, arrogant, déconnecté du réel, qu’on prétend. Certes, il ne dort que très peu la nuit, mais il est aussi capable de se rendre accessible aux chamailleries de corps de garde avec les policiers qui le protègent.

On nous avait déjà sorti le même boniment avec Édouard Philippe s’entraînant à la boxe à Matignon avec l’un de ses gardes du corps. Le filon devient décidément un peu grossier.

Le garde du corps providentiel après une séquence de mondialisation

Ces images sont évidemment bienvenues, et le garde du corps s’est prêté à un jeu particulièrement salutaire, après un enchaînement de séquences négatives pour le président de la République.

Son passage à Davos était un moment d’exorde en faveur de la mondialisation, en plein conflit pénitentiaire sur la scène intérieure, difficile à négocier. Le passage en français de son discours consacré à la « protection » n’a pas suffi à dédiaboliser le leit-motiv de « président des riches ».

Ses voeux aux agriculteurs ont accru son image de mondialisateur. Les propos rapportés ci-contre n’ont pas manqué de nourrir l’angoisse des filières qui étaient présentes. Jusqu’au bout, le Président fait l’éloge des accords de libre-échange, alors que l’agriculture française est en souffrance.

L’éloge de la mondialisation chez Michelin

Lors de son passage à Clermont-Ferrand, Emmanuel Macron en a profité pour visiter un centre de recherches Michelin. Il y a prononcé un autre vibrant éloge de la mondialisation. Là encore, on voit bien le tropisme présidentiel en faveur d’un grand mouvement où l’industrie française a abondamment délocalisé ses emplois.

Il y a commis cette étrange phrase:

On voudrait opposer la France du local et la France du mondial avec des gens heureux chez soi et des gens heureux dans la mondialisation, mais nous sommes tous dans le même monde, on est tous dans le même pays. A la fin, on habite toujours quelque part.

Reste pour le Président à convaincre les Français que la mondialisation est bonne pour eux.

De la théorie à la pratique: le bain de foule en Auvergne

D’où ce besoin de lier la séquence « bienfaits de la mondialisation » à des images positives, montrant la proximité du président avec le petit peuple.

Chez Michelin, Macron a rencontré les délégués syndicaux, sauf celui de la CGT qui a boycotté la réunion. Alors qu’à Paris, le conflit s’enlisait dans les prisons, il était bon de montrer un Président à l’écoute des syndicats.

Ensuite, on a assisté à cette superbe mise en scène dans les rues, donnant le sentiment que Macron était proche des gens. Reste à savoir si cette technique de propagande un peu primaire suffira à corriger dans l’opinion l’image d’un homme qui tourne le dos chaque fois qu’il le peut aux attentes protectionnistes des Français, ou en tout cas, des plus faibles d’entre eux.

Mais en parallèle de cela, nous nous devons d’être honnêtes avec nous-mêmes et nous le savons, nous ouvrons notre marché. Nous nous sommes battus depuis plusieurs mois, nous sommes en train de rouvrir activement le marché turc sur les différentes catégories de viande bovine. J’étais avec plusieurs d’entre vous en Chine il y a quelques semaines, nous sommes en train de rouvrir – avec là des garanties claires – le marché chinois. L’accord qui a été négocié par l’Europe avec le Japon est un très bon accord, en particulier pour la viande. Et donc vous voyez bien que ces accords peuvent être favorables à ces mêmes filières. Simplement, il nous faut avoir une approche constamment équilibrée et développer une stratégie. Et donc, quelle est la meilleure réponse si nous finalisons cet accord avec le Mercosur ? C’est d’avoir une vraie stratégie défensive en France pour valoriser notre filière, l’origine France et faire que nos concitoyens auront de la vraie traçabilité, que ceux qui veulent acheter de la viande française pourront le savoir et, en quelque sorte, savoir défendre dans un marché ainsi ouvert, selon des règles que nous aurons négociées, nos propres intérêts et être très offensifs à l’extérieur dans les marchés que nous avons rouverts. En quelque sorte, cet équilibre montre une chose, si nous savons nous organiser, l’ouverture au monde n’est pas un danger.

Emmanuel Macron, voeux aux agriculteurs

5 commentaires

  1. Jiff dit

    « Ces instantanés correspondent à une stratégie de communication patiemment construite. »

    C’est très clair, et il ne faudrait surtout pas oublier que sa mommy était également prof de théatre…

    À ce sujet, et puisque de toutes façons une discussion passionnée en arrive systématiquement aux environs de son point d’orgue au point Godwin, autant le soulever tout de suite ;-p) : https://www.geo.fr/photos/reportages-geo/propagande-nazie-un-peuple-sous-hypnose-161391 – où l’on remarquera avec intérêt certaines phrases (~1/4 de la page) qui prouvent qu’il suffit de se baisser pour ramasser ce que d’autres ont débroussaillé pour vous :

    * « Il faut que le national-socialisme devienne un jour la religion d’Etat des Allemands. » : national-socialisme = globalisme – Allemands = ue (quoique l’on sente très bien la réapparition de certains tropismes Teutons…),

    * « Des slogans qui claquaient […]« ,

    * « Berlin était alors un laboratoire de la publicité commerciale. » : et que dire de la propagande élyséenne…,

    * « Et édicté deux principes essentiels : la simplification et la répétition constante des mêmes slogans« ,

    * « Pendant les élections présidentielles de 1932, où un temps d’antenne radio était pour la première fois attribué aux candidats, les nazis ne lésinèrent pas sur les moyens : rassemblements de masse, véhicules avec haut-parleurs, films, disques, drapeaux, banderoles, tracts, journaux, brochures, affiches… Leurs mensonges agissaient comme un baume sur le pays meurtri. » : qui ressemble « étrangement » à l’éviction des petits candidats lors du débat TV, parce que… parce que, bon, la poliotique c’est beaucoup trop sérieux pour laisser les petits risquer de casser un con-sensus universel qu’il est global.

    Et puis, une fois la machine si bien rôdée, poussée, lancée et huilée que l’issue du bouzyn était devenue hautement prévisible, https://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande_nazie#Autodaf%C3%A9s – on est aujourd’hui rejoint par l’édification d’un ministère de la vérité jupe-iterienne fantôme, mais bien réel et qui va nous nettoyer les écuries d’Augias des Zinter-pas-nets, qu’ils vont briller comme une pièce d’un franc toute neuve une fois qu’ils seront remis au pas, non mais !
    En n’oubliant évidemment pas le liant essentiel, puisque populaire (-liste ?) à tout cela : https://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande_nazie#Jeux_olympiques_de_Berlin – tout en faisant un (bref et raté) passage sur ceci : (§.2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande_nazie#La_propagande_au_cr%C3%A9puscule_du_Reich .

    Il est vraisemblable que cette partie soit réelle : http://www.alterinfo.net/Comment-Hitler-s-attaqua-au-chomage-et-relanca-l-economie-allemande_a67584.html , mais c’est voué à l’échec, puisque le petit caporal misait, non-pas sur une globalisation, mais bien un protectionnisme forcené (et que lui a réussi son pari)…

    « Jusqu’au bout, le Président fait l’éloge des accords de libre-échange, alors que l’agriculture française est en souffrance. »

    Eh oui, parce que le paysan moyen a une forte tendance à avoir de la suite dans les idées, de la constance et de la mémoire, car il sait bien qu’il faut d’abord préparer les sols, semer et attendre patiemment tout en entretenant pour finalement être à même de récolter…

    « Là encore, on voit bien le tropisme présidentiel en faveur d’un grand mouvement où l’industrie française a abondamment délocalisé ses emplois. »

    Certes, mais il-y-a fort à penser que si jamais Michelin montrait des velléités de délocalisation de son siège dans un pays fiscalement accueillant, le rythme et la chansonnette changeraient du tout au tout.

    On en revient toujours à la même logique implacable : s’il existe des paradis fiscaux, c’est bien en réponse aux enfers fiscaux…

    « Il y a commis cette étrange phrase: […] »

    Nooon, ça n’a rien d’étrange, c’est juste que son « en même temps » s’est essoufflé beaucoup plus vite qu’il ne l’espérait, il lui faut donc dorénavant adopter la rhétorique du jus de boudin, celle où les mots perdent toute espèce de signification – en un mot comme en cent, raconter n’importe quoi, mais surtout en faisant de telle sorte que ça reste sujet à interprétation.

    On voit très bien ici la forte résurgence de sa formation de base, car tel un Dalloz du code des impôts, il devient suffisamment illisible et incompréhensible pour que chacun, selon sa propre inclination, penche vers une explication différente. Sauf que là, ça n’a plus vraiment l’air d’une stratégie, parce que quand on retourne chez maman, c’est bien souvent parce qu’on commence à perdre les pédales (pun intended), plutôt que par calcul conscient.

    « Reste pour le Président à convaincre les Français que la mondialisation est bonne pour eux. »

    Pour ce faire, il va falloir non-pas qu’il se lève de bonne heure, mais qu’il ne dorme plus du tout, parce que même sa copine de cheval toujours est en train de s’y casser les dents : https://francais.rt.com/international/47396-resurgence-nationalisme-ue-qui-seffondre-soros-inquiet-perdre-bataille-ideologique – comme disait Coluche : « il est pas arrivé, le pov’vieux« . Au moins, le nain de jardin avait-il des réactions qui, même si elles ont fait gloser, étaient sensiblement plus épidermiques, paraissant « plus saines ».

    C’est que les gens du bon peuple sont un tantinet têtus et qu’en plus, ils n’aiment pas vraiment que l’on se foute d’eux (les gueux !)

    On toujours du mal à prédire un quelconque avenir à cause du comportement irrationnel des poliotiques (comme dans : https://www.theregister.co.uk/2018/01/25/uk_prime_minister_encryption/ où l’on s’amusera de la reprise d’un terme qui est ici bien connu : « magical thinking »), mais si le parlement (ou plutôt en l’occurrence, le sénat) devait finir torché, serait-ce une réelle surprise !?

  2. Pierre dit

    Inutile de s’appesantir sur la Propagandastaffel de Jupiton.

    D’abord, parce qu’elle est franchement pathétique. Et ensuite parce que ses effets sont sans doute très surfaits.

    Il y a une chose qui me paraît beaucoup plus essentielle.

    Regardez les résultats de la législatives partielles dimanche dans le Territoire de Belfort…
    http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2018/01/28/election-legislative-partielle-ce-dimanche-dans-le-territoire-de-belfort

    Sur 47 457 inscrits… il y a eu 14 002 votants ! Soit 29,5 %…. 😉

    Et sur ce petit tiers, les bobos, les mémés, et les cons en général… Ont fait : LR = 5 200 voix (39 %) et le gloubilboulga « Modem / LREM) = 3 600 (26,6%).

    Le FN 1 015 voix…

    Bref. N’en jetez plus.

    Le véritable succès de la propagande « mondialiste » (qui consiste à violer psychiquement et même physiquement les peuples), dont Macron n’est qu’un rouage, est d’avoir littéralement lessivé le populo (« terrorisme », violences économiques, sociales, et bien entendu culturelles, sans oublier la violence réelle, « immigrée » importée volontairement).

    Les gens sont dans la machine, programme essorage.

    Les prolos, les éveillés, les pas contents et les intelligents, ne vont plus voter. CQFD.

    Voilà pourquoi Macron a du « succès ». Et continuera à en avoir.

    Et il n’y a aucune raison que cela change à court terme.

    Seule la guerre civile ethnique (en préparation) et/ou une dépression économique MASSIVE peuvent rebattre les cartes, et sortir les peuples de leur léthargie « terrorisée ».

  3. Citoyen dit

    Cet épisode, apparemment anodin, est symptomatique de la dégénérescence de la société, et surtout, comme on le dirait sur certains blogs, celle de la fonction … là, on atteint le niveau maternelle …
    Mais quand ce sont les mêmes qui « vendent » de la lessive et de la représentation de la population, on comprend mieux les glissements progressifs vers le néant …
    Et ce, même si la rigidité de certaines époques ne seraient certainement plus de mise.
    Pour illustrer le parallèle, je vous laisse imaginer un garde du corps, qui aurait traité, même « amicalement », De Gaulle, « d’enfoiré » ou de « salaud » !…. ça laisse quelque peu songeur ….. Plait-il ?

  4. Stephane dit

    ça veut tout de même dire qu’ on peu se lâcher, non? le droit est semble-t-il implicitement donner de l’ insulter copieusement.
    Alors je ne vais pas revenir sur son physique légèrement globicéphale, son regard torve, ses dents du bonheur et son petit zozotement, non non.
    Je dirais juste que sa com’ de taré fait le lien entre politique et télé réalité. Poubelle.
    Heureusement que Wauquiez est là pour relever le niveau. ( pour dire…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *