Accueil » A la France Insoumise, il vaut mieux haïr la France qu’aimer le Parti Communiste

A la France Insoumise, il vaut mieux haïr la France qu’aimer le Parti Communiste

Cet article a été lu 1773 fois

La députée Insoumise Clémentine Autain a donné une interview au magazine Politis, qui lui vaut une volée de bois vert de la part de ses amis, comme le raconte Le Monde. Elle propose en effet un dialogue avec le parti communiste, où elle laisse entendre la faible inclination de Jean-Luc Mélenchon pour le pluralisme d’opinion. Son parti l’a même effacée d’une photo officielle… une rudesse très stalinienne qui tranche avec l’indulgence de Mélenchon pour les écarts indigénistes de Danièle Obono.

La France Insoumise préfère-t-elle les indigènes et autres pourfendeurs de l’identité française à nos bons vieux communistes ? L’affaire de l’interview donnée par Clémentine Autain au magazine Politis en dit long sur les tropismes politiques de Mélenchon et de ses adeptes, en tout cas.

Un appel au pluralisme

Dans son interview, Clémentine Autain prend bien garde de ne pas attaquer Mélenchon frontalement, et fait même beaucoup pour ménager sa susceptibilité. Elle soutient par exemple qu’il a donné un sens au mot « gauche » dans la France d’aujourd’hui. On trouvera pire, donc, en matière de fronde interne.

Mais il est vrai qu’elle exprime des « nuances » par rapport au gourou. Elle préconise en particulier d’ouvrir un dialogue avec le parti communiste sans « humilier ou mépriser ». Elle fait aussi l’éloge du pluralisme politique. Là encore, il ne s’agit pas d’invoquer l’ouverture de la France Insoumise à des opinions divergentes, mais simplement de tolérer de relatives divergences politiques dans le monde de plus en plus restreint de la gauche de la gauche.

L’inquiétante sur-réaction des Insoumis

Il n’en fallait pas plus, selon Le Monde, pour nourrir un feu roulant de critiques vis-à-vis de cette figure qui avait, en son temps, fait alliance avec Bertrand Delanoë pour gravir les premiers échelons de sa carrière. L’appel de Clémentine Autain à une évolution de la stratégie mélenchonienne est vécu comme une véritable dissidence qui pourrait contribuer à la marginalisation grandissante de la députée de Seine-Saint-Denis.

En particulier, les députés insoumis à l’Assemblée Nationale auraient très mal pris cette expression publique qui laisse apparaître une divergence d’appréciation avec Jean-Luc Mélenchon. On a beau être pour la Révolution prolétarienne, le chef, c’est sacré.

Le syndrome de la forteresse assiégée

Sur le fond, on comprend les raisons de l’inquiétude exprimée par Clémentine Autain. Après un été triomphant où les éclats des députés insoumis leur ont permis d’apparaître comme la principale force d’opposition, le mouvement de Mélenchon subit le retour à la normale du paysage politique. L’élection de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains remet peu à peu la droite en position d’intervenir dans le débat public. Et aucun des mouvements sociaux contre Macron promis par Mélenchon n’a vu le jour. Pire même, tout semble indiquer que le gouvernement passera en force sur des sujets brûlants comme la SNCF, et rien ne prouve qu’il se heurtera à une résistance populaire.

Clémentine Autain a donc bien compris le danger qui la guette. Ni totalement insoumise par son passé politique, ni plus tout à fait communiste, elle pourrait payer très cher les ambiguïtés de son engagement en cas de contre-performance (prévisible) de son parti aux prochaines municipales. A la différence de beaucoup de ses camarades insoumis, sa situation deviendrait alors compliquée, faute d’avoir bâti une vie professionnelle en dehors de la politique.

Clémentine Autain fait donc partie de ce personnel politique qui a besoin vital de rassembler pour assurer au mieux ses arrières. Voilà qui n’est guère compatible avec la logique de forteresse assiégée que Mélenchon maintient vivante pour tenir son parti d’une main de fer.

Autain – Obono, deux poids deux mesures

La réaction virulente contre Clémentine Autain tranche avec l’aide qu’une autre députée insoumise avait reçue du gourou. Danièle Obono avait subi une tempête, lors de son élection, pour ses affinités avec le Parti des Indigènes de la République. Mélenchon avait alors publiquement apporté son soutien à sa consoeur en difficulté.

La différence de traitement entre ces deux députées insoumises, au-delà du caractère personnel du conflit, en dit long sur le déplacement des plaques tectoniques à la gauche de la gauche. Même si Mélenchon n’hésite pas à revendiquer l’héritage marxiste-léniniste à l’Assemblée Nationale, on voit combien celui-ci est progressivement passé au second plan au profit d’une vision ethnique de la société.

Le poids de l’électorat issu de l’immigration dans le fonctionnement de la France Insoumise n’y est pas pour rien. Clémentine Autain, élue en Seine-Saint-Denis, le sait elle-même. Il est plus facile de dégager une majorité, dans certains quartiers, en dénonçant le colonialisme et l’islamophobie française qu’en annonçant la dictature du prolétariat.

C’est probablement l’enseignement principal à retenir de cet épisode anecdotique. La base sociologique de la France Insoumise s’intéresse moins à Marx qu’à la lutte identitaire. Et Mélenchon est prêt à sacrifier beaucoup au tribalisme qu’au marxisme.

3 commentaires

  1. Jiff dit

    Il semble que Jean-Cul ait également des soucis avec ses comptes de campagne (https://www.marianne.net/politique/accusee-de-surfacturation-l-equipe-de-campagne-de-jean-luc-melenchon-detaille-ses), mais vu qu’il a fallu une démission fracassante pour que ça finisse par sortir des bureaux (https://francais.rt.com/france/47091-demission-rapporteur-dysfonctionnement-commission-nationale-comptes-campagne-presidentielle-2017), il-y-a assez peu de chances que ça finisse par aboutir sur quelque chose de concret.

    Ahhh, qu’il est doux d’être contrôlé par des gens du même monde dans la républik démokratik de connivence, populaire et bananière de france, surtout lorsque l’on tient le rôle si envié de fou du roy…

  2. Citoyen dit

    Ha Ha ! … MDR ! … Il faut le savoir. Les trotsko-bolchos ne sont pas très partageurs, surtout quand il s’agit de la gamelle !!
    Ils aiment bien partager, mais seulement quand c’est les autres qui partagent …
    Pour avoir dit qu’ils n’étaient pas une secte, l’h.Autain.e en a pris une en retour !
    La pôvrette n’a rien compris : Ben si ! justement … il s’agit bien d’une secte …
    Et dans une secte, il n’y a qu’un gourou !… Il serait temps qu’elle se réveille …

  3. serge dit

    Bon, des anciens du PS qui se sont recyclés dans des mouvements dissidents pour exister et qui tentent de remonter l’association du début des années 80. Quelqu’un pour leur dire qu’ils sont légèrement hors sujet?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *