Accueil » Ces grosses défaites européennes de Macron passent inaperçues… et pourtant!

Ces grosses défaites européennes de Macron passent inaperçues… et pourtant!

Cet article a été lu 725 fois

Emmanuel Macron vient de subir deux revers majeurs, dont il évite de se vanter (et que la presse subventionnée ne relève pas), dans ses affaires européennes. Le premier concerne le travail détaché. Le second concerne la taxation des GAFA.

Deux dossiers majeurs, et deux défaites européennes pour Emmanuel Macron: travail détaché et taxation des GAFA.

Avancées quasi-nulles sur le travail détaché

À peine arrivé au pouvoir, Emmanuel Macron avait roulé des mécaniques sur la question du travail détaché. Le compromis qui se dégage est très en-deçà des espérances françaises. Non seulement les travailleurs détachés continueront à cotiser pour leur protection sociale dans leur pays d’origine, mais leur durée de détachement maximal sera seulement réduite de six mois.

Concrètement, le détachement sera autorisé pour une durée d’un an, renouvelable six mois.

Bref, défaite française, loin des cocoricos initiaux.

Avancées quasi-nulles sur la taxation des GAFA

Concernant les géants du Net, la France avait aussi multiplié les gesticulations cet automne. Bruno Le Maire avait inventé la taxation sur le chiffre d’affaires réalisé dans un pays différent du siège de l’entreprise.

Heureusement, les Européens ont plus de bon sens que notre ministre de l’Économie. S’ils ont accepté ce principe, ils n’envisagent pas, semble-t-il, de prélever plus de 2% du chiffre réalisé. On attend avec impatience de voir quel bénéfice l’Europe tirera de ce projet protectionniste qui risque de se retourner contre ses propres produits exportés aux États-Unis.

Pas sûr, en tout cas, que le produit de ce nouvel impôt soit plus élevé que la taxation actuelle…

La Groko relancera-t-elle la France?

Ces contre-performances macroniennes en Europe témoignent de notre affaiblissement sur la scène communautaire. Macron ou pas, la France n’impose pas sa volonté aux pays qui tirent profit de la compétition socio-fiscale.

Pour Macron, l’adoption large du projet de gouvernement par le SPD (avec des scores de participation que les partis français feraient bien de méditer) constitue une ultime porte de sortie. L’accord comporte en effet d’importantes concessions aux vues françaises en matière de relance et de solidarité européennes.

5 commentaires

  1. Ben voyons ! Le SPD va imposer à Merkel ce qu’elle a toujours refusé: donner l’argent aux impécunieux et mendiants menteurs et hâbleurs qui font les malins sans rien faire… Même le SPD est sans illusions. Débarrassé du gras chanoine francophone anti berlusconi, il va pouvoir conditionner ses naïvetés pour éviter de se trouver en face ce que tous les allemands savent maintenant que c’est le pire: le retour de … (trois petits points). Ils vont le gérer sérieusement, avec hypocrisie parce qu’ils ont leur cons, mais avec application. A moins qu’ils ne se mettent vraiment en rogne, et là ça partira vraiment en couilles. SPD=AFD n’oubliez jamais ça.

  2. Citoyen dit

    Et c’est certainement pour se consoler, des revers majeurs qu’il se prend dans les dents, que le micron fait représentation théâtrale au château …
    La photo du clown avec la chéchia vissée sur la tête est extrêmement parlante … A rapprocher du clown canadien, Trudeau, qui a été la risée de la planète pour sa visite en Inde … En portant un déguisement, qu’en Inde ils n’oseraient pas porter eux-mêmes, il s’est fait foutre de sa gueule, tout en mettant la honte à son pays … Le micron est dans la même veine …
    Mais il faut bien distraire la presse subventionnée pour éviter qu’elle ne s’intéresse à des sujets qui fâchent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *