Accueil » Nouvelle flambée d’inquisition féministe en France

Nouvelle flambée d’inquisition féministe en France

Cet article a été lu 6901 fois

L’inquisition féministe ne devrait pas s’arrêter de sitôt en France. L‘accusation portée par une FEMEN contre le comédien Philippe Caubère, pour des faits remontant à 2010, devrait encore donner prétexte à une nouvelle mise en accusation générique des hommes et de la testostérone. De son côté, le gouvernement annonce une charte pour les médias luttant contre les stéréotypes sexistes.

Hier, la FEMEN Solveig Halloin a publiquement accusé le comédien Philippe Caubère de l’avoir violée en 2010. Elle avait déposé plainte fin mars (soit huit ans plus tard) contre celui qui fait désormais l’objet d’une enquête du Parquet.

La description de l’affaire par l’intéressée en dit long sur les procédés qui sont désormais utilisés pour diaboliser tout ce qui peut ressembler à un être de sexe masculin coupable d’avoir la moindre libido. Ainsi, Solveig Halloin décrit Philippe Caubère comme « un père artistique ». Leur relation a commencé début janvier 2010 par une série de textos sans équivoque sur l’intention libidinale de l’accusé. Elle se retrouve chez lui, où elle aurait subi un premier viol. Trois mois plus tard, le couple se retrouve à Béziers pour une nuit d’hôtel. C’est là que le second viol aurait eu lieu.

L’intéressée déclare:

«J’ai commencé à appeler de l’aide, j’ai pas trouvé d’aide», se rappelle-t-elle, «une part de moi était totalement sous emprise d’un truc que je ne connaissais pas mais qui était hyper puissant

Dans le récit qui est fait par Solveig Halloin, il nous est donc demandé de prendre pour argent comptant, et à grand renfort de publicité, un récit où la victime, violée une première fois par un homme au domicile de l’agresseur, s’est rendue à l’hôtel avec lui pour y subir un nouveau viol, dont elle ne parle que… huit ans plus tard.

On mesure là encore l’état de déliquescence complet qui frappe l’esprit critique des journalistes face à la dictature contemporaine des opinions obligatoires. Tous les jours, il y a effectivement des femmes qui sont violées en France, brutalement, sauvagement, dans des coins sombres par de dangereux maniaques. Cette violence-là n’a rien à avoir avec ce qui se passe dans une chambre d’hôtel entre un homme qui court un jupon et une femme que personne n’a forcée à être là et qui sait pour le reste à quoi s’en tenir.

Mais chez l’accusatrice, la notion de viol semble se confondre avec la notion de libido. Cette synonymie progressivement nourrie dans les esprits est un sujet majeur pour notre époque: progressivement, c’est le procès du désir et de sa liberté qui est dressé par d’improbables accusatrices. L’argument de l’emprise est ici terrible. Manifestement, la FEMEN était fascinée par cette vedette de théâtre… et elle semble décidée aujourd’hui à reprocher à la vedette la fascination qu’il exerçait sur elle.

C’est peut-être d’ailleurs le principal procès qui est dressé ici: celui de la fascination qu’un homme peut exercer sur une femme.

L’inquisition féministe et l’inquisition vegan

En janvier 2018, Solveig Halloin organisait à Paris un dîner pour dénoncer le crime nataliste. On lisait ceci dans l’annonce qui était faite de cet événement:

Saisir la GLOBALITE du système de l’hécatombe que constitue « l’élevage »permet d’ouvrir des chantiers de luttes politiques , de nommer les persécuteurs et de découvrir des pratiques mondialisées abominables encore ignorées par l’ensemble de la société civile humaine . Les victimes elles ne les ignorent pas et agonisent en attendant que nous combattions les racines du problème et non seulement les conséquences.

On voit bien comment, par translation, on passe de l’élevage agricole à la dénonciation de la libido. Le monde est couvert de persécuteurs inconnus partisans de la mondialisation, qu’il faut nommer et qu’il faut combattre. Dénoncer un éleveur de bovins procède du même geste de dévoilement que dénoncer un violeur abominable.

C’est la globalité du système de l’hécatombe perpétrée par des assassins globalisés. L’œuvre à mener consiste, bien entendu, à dénoncer tous ces monstres.

Ou comment du féminisme au vegan, c’est la même dénonciation de l’hécatombe qui est à l’œuvre. Il y aurait ici long à dire sur la référence à la religion grecque et au sacré antique, comme s’il s’agissait bien ici d’enterrer une certaine culture occidentale.

La charte des médias préparée par Agnès Buzyn

Dans cette folie inquisitoriale, on notera que le gouvernement prend désormais sa part. Le ministère de la Santé vient d’annoncer une « stratégie nationale de santé sexuelle ». On voudrait suggérer que les campagnes féministes constituent une vaste préparation à une reprise en main de la libido par l’Etat qu’on ne s’y prendrait d’ailleurs pas autrement.

On notera l’action n°25 de cette stratégie: « Créer une charte d’engagement contre les stéréotypes sexistes dans les médias ». Cette police de la pensée devrait traduire en prescriptions éditoriales les résultats des différentes campagnes destinées à diaboliser tout ce qui ressemble à un mâle blanc de plus de 30 ans.

On lira notamment cette mesure:

Créer une charte d’engagement destinée aux médias relative à la lutte contre les stéréotypes sexistes. Cette charte posera les grands principes d’une communication non sexiste.

Bien entendu, on comprendra, dans la « communication non sexiste » le principe d’une communication dévalorisant le sexe masculin.

La fin de la campagne anti-masculine n’est pas pour demain.

6 commentaires

  1. xc dit

    En somme, la Femen était dominée par sa libido à un point tel qu’elle était comme ivre, ou droguée, et incapable de s’opposer à Caubère. D’où, viol. Pour coucher en toute légalité avec une femme, il faudrait donc qu’elle soit excitée, mais pas trop, ou quelque chose comme ça. Ça devient vraiment compliqué.

      • Jiff dit

        Forcément nécessaire en france (sous forme de QCM, par exemple), mais cependant, pas suffisant ; il faudrait y adjoindre au minimum l’attestation de sa meilleure copine, plus celles de quelques témoins (si ça se passe en boîte de nuit, disons au minimum celles du barman et des clients à proximité) pour faire bonne mesure, le tout assortit d’un constat d’état des lieux exécuté par un huissier assermenté, qui vérifierait, à l’aide d’un alcootest dûment vérifié par le service des mines, que la fille est non-bourrée (enfin, pas encore…) et consentante. Il faudra oublier la prise d’empreintes, digitales comme génétiques, les +24 fichiers illégaux du kandubien étant largement suffisants à cet effet.

        On pourrait appeler ça une baisstation, et ce qui est intéressant, c’est que ça pourrait donner du boulot à tout plein de gens, ainsi que se décliner sous plusieurs saveurs (quoique…), par exemple, une baisstation pourrait avoir pignon sur rue, comme une agence immobilière (voire se jumeler avec une telle agence, le principe final étant le même), ou bien être mobile, avec le slogan qui va bien : « une busbaisstation sur chaque parking », ou amphibie : la BBS (Bouée BaisStation), et même aéroportée : l’ABS « Airborne BaisStation ».

        Try it, you’ll love it !!! ;-p)

  2. Citoyen dit

    « et elle semble décidée aujourd’hui à reprocher à la vedette la fascination qu’il exerçait sur elle. »
    Et les névrosées, on les enferme quand, pour protéger la société ?

    « Cette charte posera les grands principes d’une communication non sexiste. » ????? … Plait-il ?
    Elles ne devraient pas fumer des produits avariés … C’est mauvais pour la santé des neurones …

  3. Jiff dit

    Il semble que ces créatures veuillent faire basculer la société française dans un ersatz de société américaine – où il y a déjà plus de 40 ans, la consigne était déjà de ne jamais se retrouver seul avec une femme, notamment dans un ascenseur, de peur qu’elle ne se griffe le visage et arrache ses vêtements pour ensuite vous accuser de tentative de viol – inutile de dire que ça a fait le bonheur des liftiers dans les établissements haut de gamme;-p)

    Mais nous sommes en france, et, en général, les gens savent faire la part des choses (mais pour combien de temps encore ?) – c’est à rapprocher de l’épidémie de soi-disant attouchements sur enfants qu’il y a eu il y a une trentaine d’année de la part de femmes qui voyaient les tribunaux des affaires familiales réajuster le tir en laissant de plus en plus les enfants aux pères quand les circonstances le voulaient, c’est monté en quenouille pour finir par rapidement faire un gros flop ; alors, espérons que ceci connaîtra le même sort, parce que ça ne mérite pas mieux.

    Étrange quand même de constater qu’il y a quelques décennies on aurait taxé le genre de mal-baisées, et de constater De Visu que celles qui ont gardé une sexualité bipolaire ne sont, la plupart du temps, plus baisées du tout (ou à la marge, certains mâles ayant des difficultés de discernement certaines après le 5ème verre…)

    C’est malheureusement quelque chose qui nuira à terme à celles dont vous parlez par ailleurs, qui ont des problèmes autrement plus réels et autrement plus graves que ça – maintenant, il existe une parade technologique : les caméras vidéo longue durée que l’on peut porter à la boutonnière, qui, comme par hasard, se développent à vitesse grand-V au même titre que les caméras de tableau de bord pour les voitures ; ça fera au moins le bonheur de quelques uns, les vendeurs de disques durs… Pov’pays tout foutu, ressemblant de plus en plus à l’idiot du village d’antan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *