Accueil » Mariage de Harry: la couronne d’Angleterre se convertit à l’empire du bien

Mariage de Harry: la couronne d’Angleterre se convertit à l’empire du bien

Cet article a été lu 6220 fois

La couronne d’Angleterre, dont le vrai nom de famille n’est pas Windsor mais Saxe-Cobourg-Gotha (comme la famille royale belge…), s’est officiellement convertie, à l’occasion du très médiatique mariage du prince Harry, au règne tout-puissant de la bienveillance et de l’empire du bien, avec un clin d’oeil appuyé au multiculturalisme, deux ans après le Brexit. La presse américaine s’en félicite.

On n’en croyait pas ses yeux. La mère de la mariée portait un piercing au nez, allusion paraît-il aux esclaves des plantations dont elle serait une descendante (personne n’a évidemment vérifié cette histoire, mais le symbole est si beau…) et faisait face à la reine d’Angleterre. Un choeur de ghospel a entonné « Stand by me », chanson de référence pour le mouvement des droits civiques. Un violoncelliste noir a joué quelques partitions. Et le révérend noir Michael Curry, qui dirige l’église anglicane d’Amérique du Nord, est venu parler de l’esclavage. Le Monde rapporte sa conclusion:

« Nous devons trouver le pouvoir de l’amour, le pouvoir rédempteur de l’amour. De cette façon, nous pourrons faire du vieux monde un monde nouveau. L’amour est le seul moyen. »

L’amour! toujours l’amour! Ce n’est pas seulement lui qui justifie qu’on se marie. C’est aussi lui qui devient la solution politique à tous les problèmes de notre temps. Avec de l’amour, nous pourrons transformer notre vieille société nécrosée par son identité culturelle occidentale, en une société nouvelle, un « monde nouveau », où les descendants des esclaves noirs se mélangeront allègrement à la vieille aristocratie germanique qui tient les trônes européens.

N’est-ce pas le plus magnifique des projets?

La presse américaine enthousiaste pour la couronne d’Angleterre

On lira ces mots tout à fait instructifs dans le New York Times pour comprendre la portée de l’événement:

Harry’s popularity helped give him the power to stretch the bounds of convention by marrying Ms. Markle, an American of mixed race. The decision may have a lasting effect on British society, which has been swept by a wave of anti-immigrant feeling.

La popularité d’Harry l’a aidé à disposer du pouvoir de repousser les limites de l’étiquette en épousant Mme Markle, une Américaine métisse. Ce choix pourrait avoir un effet durable sur une société britannique qui a été balayée par une vague de sentiment anti-migrant.

La phrase mérite d’être longuement méditée, puisqu’elle nous explique que la parade aux problèmes politiques britanniques vient désormais d’événements qui relèvent plus du show people, du spectacle, que de l’engagement. Face aux forces souverainistes qui ont obtenu le Brexit, le seul argument majeur à opposer à la majorité britannique, la seule possibilité d’arracher une conviction, est de réunir des people noirs américains et une foule de vedettes dans une chapelle royale (en prenant soin de parquer des « associatifs » anonymes tout autour pour cautionner moralement l’opération et lui donner un côté peuple) pour assister à un sermon appelant sans détour à une société multiculturelle.

Bienvenue dans la société du show hype transmis en direct sur toutes les télévisions du monde, où des gens fortunés applaudissent en coeur à un discours sur l’amour entre les hommes et les communautés comme solution à tout.

Que signifie cette conversion à l’empire du bien?

Pour tous ceux qui s’imaginent que la société multiculturelle, qui abolit les frontières et conspue le principe de nation, est un principe révolutionnaire, le vrai marqueur du fossé entre la gauche et le droite, la sanctification de tous leurs principes par la couronne d’Angleterre mériterait d’être longuement méditée. Le fait que la reine Élisabeth ait elle-même assisté à cette mise en scène en dit long sur la nature tout à fait particulière de cet idéal qui nous est présenté comme la plus belle réalisation de l’humanité contemporaine.

Le fait que la plus vieille et la plus puissante monarchie d’Europe s’approprie personnellement ces valeurs est en soi un indicateur de leur réalité politique. Non! l’amour universel n’est pas une valeur politique révolutionnaire. C’est au contraire l’un des apanages du conservateur le plus obscur et le plus insidieux qui soit: celui d’une société qui donne ses bons sentiments en spectacle pour être sûre de ne pas avoir à les pratiquer.

Car si le bon peuple est appelé à se mélanger allègrement à tous les autres peuples de la terre au nom de l’amour, on notera précieusement que la famille royale d’Angleterre continue à trier sur le volet ceux qui ont le droit de s’allier à elle. Le tri se fait désormais sur la fortune et la notoriété.

Voilà qui en dit long sur l’imposture que l’émotion bienveillante constitue vis-à-vis de la réalité de notre société. Qu’elle soit de gauche ou de droite.

7 commentaires

  1. Pierre dit

    Ils refont le coup d’Obama, the Black Jesus. Le président qui marchait sur l’eau.

    Tellement qu’il a fait plouf, bien entendu.

    Ce mariage finira itou : heureusement, ils finiront pas divorcer.

    Mais c’est une goutte d’eau dans l’océan, hélas.

    En attendant, on suit le programme : vous allez bouffer de la « diversité » partout, tout le temps. Vous ne pouvez pas y échapper.

    Blanc c’est moche. Se marier entre… blancs (qu’elle idée !) c’est beurk.

    Il faut du noir, du rouge, du bleu, du rose, du jaune, du marron…. l’arc en ciel.

    Mélangez-vous bon dieu ! Tellement que vous vous effacerez vous-mêmes ! Allez ! Au trot !

    Quel délire. Mais bon si cela vous défrise : barrez-vous. C’est le seul moyen de garder un semblant de santé mentale.

    Perso, je préfère être blanc et « étranger » au milieu des jaunes en Asie que de subir cette démence orwélienne totale, fanatique, en Europe/USA.

    Car répétons-le : on suit le programme. Et rien ne pourra l’arrêter.

    Dans 20 ans, max, c’est plié, aucun retour en arrière ne sera arithmétiquement possible.

    Les constructivistes mélangistes esclavagistes ont de facto déjà gagné.

  2. Moggio dit

    Merci. À la suite de ce que racontait déjà le film « The Queen » en 2006, difficile en effet de ne pas penser à Élisabeth II et à ce passage fameux de la pièce « La Reine morte » de Montherlant, dans la bouche du conseiller Alvar Gonçalvès (acte II, tableau 1, scène 1) : « […] Quand on a commencé à avaler quelques couleuvres, fût-ce par politique, on finit par les avaler toutes. […] ».

  3. Pierre dit

    Juste un titre de presse pour illustrer mon propos : « Audiences: près de 8 millions de Français devant le mariage du prince Harry et Meghan Markle »

    Voilà. Que dire de plus ?

    Pas grand’ chose.

    • Jiff dit

      Vu que vous vivez en nazi en Asie, peut-être n’êtes-vous pas trop au courant des changements du PAF ces dernières années :

      * plus aucune émission scientifique depuis presque 10 ans (et quand explication scientifique il-y-a, elle est la plupart du temps approximative, voire déplorable),

      * émission 24/7 sur toutes les chaînes, avec une qualité de contenu inversement proportionnelle au temps d’émission,

      * erreurs rédactionnelles/grammaticales/syntaxiques d’un niveau 4ème (les bons jours) dans les feuilles de chou/blogs/journaux en ligne,

      * « constructions » de phrases hallucinantes dans les commentaires de « documentaires » et « reportages » (genre: « machin n’est pas content, car s’est fait insulter de … ») – allié à une réduction drastique du volume de vocabulaire utilisé,

      * un exemple qui gonfle fortement : la disparition quasi-totale de la locution conjonctive « parce que », même dans le langage parlé (!), au profit de la conjonction de coordination « car » (normal, +700 heures de français ont disparu corps et bien entre CP et sortie du collège depuis 1975 – mais le collégien moyen sait que les éoliennes, c’est le bien, par opposition au méchant pétrole, qui lui, est le mal incarné, donc, tout va pour le mieux),

      * utilisation de désignations inadéquates, voire foireuses (habituel en france – Ex: « il répond à son portable » quand on parle d’un mobile cellulaire),

      * « documentaires » en fait maintenant constitués d’environ 85% de TV-réalité, le tout étant orienté en direction de la bien-pensance environnante,

      * contresens qui commencent à pointer leur nez.

      En bref, le programme du protocole des sages de Sion à la lettre.

      Le seul bon côté, c’est que maintenant, mon libraire me connaît par mon petit nom et me fait toujours un grand sourire quand il me voit arriver (et pour cause, vu ma consommation de bouquins.)

      J’imagine facilement que pour couronner le tout, nous n’allons certainement pas tarder à voir apparaître les jeux populaires à la Japonaise, mais avant de tomber si bas, j’espère bien avoir pris et utilisé mon ticket aller-simple définitif pour là où l’herbe pousse encore…

  4. Jiff dit

    « Le tri se fait désormais sur la fortune et la notoriété. »

    Pourquoi « désormais », alors que c’est toujours ainsi que les choses se sont passées !? Le seule différence, c’est qu’avant, les choses étaient cachées sous le boisseau, voilà tout.

    L’un des seuls intérêts du côté obscur, c’est bien son manque chronique d’imagination allié à des artifices cousus de fils blanc, ce qui permet de le voir arriver de très loin.

  5. Citoyen dit

    « la couronne d’Angleterre se convertit à l’empire du bien »
    Vous avez parfaitement résumé le sujet.
    C’est à la fois hilarant, pathétique, et consternant, cette bienveillance dégoulinante de l’empire du bien.

    « La presse américaine enthousiaste pour la couronne d’Angleterre »
    Oui, enfin, surtout celle de la clique Obama-Clinton … pour l’autre presse, cela demande réflexion.

    « … est en soi un indicateur de leur réalité politique »
    Une réalité politique qui vole au niveau de celle d’un gérant de supermarché, dont l’ambition se limite au remplissage des caisses pour la fin de journée … Et donc à trouver les moyens pour y parvenir …

  6. scaringella dit

    Cette idéologie qui est imposée aux peuples par les puissants/riches/célèbres vient évidemment des USA, c’est un mélange de quaker (taylor) de scientisme, de cybernétique (améliorée en systémique) et de millénarisme. Le but est bel et bien une nouvelle humanité façonnée de force pour remplacer celle qui pose tant de problèmes depuis toujours. Et l’homme blanc en particulier. Cette transformation de force s’est appuyée sur la « démocratie » qui est la plus splendide arnaque de l’histoire. La démocratie est le problème, elle est féodale, aristocratique et totalitaire tout ce que vous décrivez dans votre texte. Le niveau baisse tellement que n’importe quelle ânerie passe. Exemple le coaching ou la méditation mindfullness, des trucs US. J’ai fait une formation de neuf mois de coach, j’ai entendu par exemple comme en MBSR que nous avons à être dans le non-jugement. Doit-on rappeler que d’après les préceptes palo-alto ne pas communiquer c’est déjà communiquer ? Alors ne pas juger c’est déjà juger non ? Mieux, nous avons à avoir une éthique (mais pas une morale, c’est sale la morale); mais dites-moi, une éthique sans jugement, c’est à dire sans choix je fait comment? Et puis sans morale, qui est l’actualisation dans le réel de la virtualité de l’éthique, à quoi servent les belles phrases de l’éthique. Et tout est à l’avenant. C’est une conquête aussi culturelle. Par exemple Wiener, le père de la cybernétique a inversé la perpective sur l’histoire, les sociétés humaines. Alors que depuis toujours les sociétés humaines recherchent la stabilité pour durer, Wiener en s’appuyant sur la thermo-dynamique (le principe qui veut que tout retourne au chaos sans vie) identifie la stabilité à la mort, et donc seul le mouvement perpétuel (ce dans quoi nous vivons maintenant) peut lutter contre la mort, et donc dans les sociétés humaines tout doit changer tout le temps, exit l’histoire, les ethnies, cultures etc. Pour avoir le mouvement perpétuel et parce que l’homme aurait une « rationalité » limitée (j’aimerai qu’on m’explique comment c’est possible …) d’après Herbert Simon alors il ne faut plus posé de grande idées civilisatrices mais seulement des objectifs à court/moyen termes. Et c’est l’organisation sur le modèle de l’entreprise, qui est la mieux à même d’atteindre des objectifs. La gouvernance et plus le gouvernement, l’organisation et ses objectifs et plus l’institution et ses missions. Quand vous entendez organisation, projet, objectif, compétence, évaluation, gouvernance vous savez que vous êtes en plein dans la doxa de cette nouvelle religion universaliste qui voit les humains et les sociétés comme des systèmes mécaniques/électroniques/informatiques/robotiques/mécatroniques. Il n’y a qu’à voir comment les hôpitaux se dégradent et laissent mourir les gens dans les salles d’attentes; et oui on en est déjà la. Pour H. Simon, la qualité essentielle à « enseigner » aux hommes c’est la docilité. Et c’est bien tout ce qui est mis en place, déjà en primaire où tout tourne autour des compétences, évaluation, projet etc … Le formatage depuis tout petit pour être productif, efficace comme une machine. Et surtout plus d’esprit critique mais de la « résolution de problème », le scientisme du binaire problème-solution. Les instances européennes savent et disent que la mise en place de cette nouvelle société va faire des morts (suicides et autres pétages de plombs) et tout un tas de dispositifs (pas des institutions hein) sont mis en place pour faire passer les dégâts comme étant dus à la « psychologie » des gens et pas à l’organisation du travail. Quand il y a des suicides à FT personne n’est condamné car tout est couvert jusqu’au sommet des organisations de gouvernance EU. Les assassins et leurs commanditaires ne sont pas en prison.
    J’arrête la, même en parler est tellement répugnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *