Accueil » Lettre ouverte à Gérard Collomb sur l’efficacité des forces de police à Paris

Lettre ouverte à Gérard Collomb sur l’efficacité des forces de police à Paris

Cet article a été lu 6968 fois

Le fait mérite d’être signalé, tant il était attendu: la police à Paris commencer à se rendre disponible aux citoyens et intervient à la fois vite et bien pour des incivilités qui restaient impunies sous François Hollande. On approuve largement, et on dit merci Gérard au ministre de l’Intérieur, qui semble remettre l’autre mammouth (la police parisienne) en état de marche.

Monsieur le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb,

À l’heure de la sortie des classes, en plein Paris (dans le 19è arrondissement, il est vrai, quartier des Kouachi auteurs des attentats contre Charlie Hebdo), et devant des écoles maternelles, des racailles s’amusent à faire des rodéos en moto cross dans les rues. Je les filme. L’un d’eux m’assène une gifle dans la nuque au passage, je n’ai pas le temps de le voir venir (il s’agit du conducteur du scooter visible sur le film ci-dessus).

J’appelle la police un peu désabusé. Sous François Hollande, la réaction de la police parisienne était toujours la même: au bout de deux ou trois interlocuteurs, un agent éteint expliquait qu’il ne pouvait rien faire tant qu’on n’avait pas besoin de l’intervention des pompiers et que notre cervelle ne s’écoulait dans le caniveau, sauf à avoir été traité de « sale PD », « sale Juif » ou « sale Arabe », auquel cas la police intervenait avec des hélicoptères s’il le fallait.

Je suis entier, lucide, conscient, je ne saigne pas, et je me dis que votre police, Monsieur le Ministre, va comme si souvent me laisser tomber.

Mais là, miracle! un agent à l’écoute m’annonce qu’il envoie tout de suite des collègues. Je suis sceptique et je m’attends à voir une voiture débarquer trente minutes plus tard avec un policier prêt à m’engueuler de l’avoir dérangé. Le grand classique des années Hollande qui, avec sa copine Anne Hidalgo, ont savamment organisé la précarité des quartiers habités par les sans-dents.

Mais là, nouveau miracle, au bout de dix minutes, je reçois un appel courtois pour m’indiquer qu’un jeune vient d’être interpellé. Un agent respectueux (je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’une caméra cachée) me demande si je peux m’approcher des lieux pour procéder à l’identification du suspect.

Je m’y rends. Et là (je vais finir par croire que la vierge Marie protège la police!), nouveau miracle: un agent me voit approcher et se rend au-devant pour que je ne sois pas reconnu par les impétrants. Là encore, Monsieur le Ministre, cette attention s’appelle une révolution à comparer avec l’époque où un agent m’avait demandé devant l’un de mes agresseurs (en 2013): « Ce jeune homme a eu des propos homophobes. Mais si vous n’êtes pas homosexuel, on le relâche tout de suite parce que les faits ne sont pas qualifiés. Alors, Monsieur, êtes-vous homosexuel? » Cela m’avait fait tout bizarre de devoir dévoiler ma vie privée devant un adolescent tardif qui venait de me menacer au pied de mon immeuble.

Comme je ne suis pas du genre à me dégonfler, je me suis approché des jeunes et j’ai reconnu formellement l’un de ceux que l’on voit sur le film. Je dois ici, Monsieur le ministre, féliciter vos agents pour l’excellence du travail qu’ils ont accomplis au pied d’une barre d’immeubles à loyer modéré où un attroupement menaçant n’a pas tardé à se former. Ils ont gardé leur sang-froid et ont procédé de façon exemplaire à la saisie de la moto et à l’interpellation du suspect.

Tout ceci est une révolution essentielle dans la vie de nos quartiers. Nous pestons souvent contre les impôts que nous payons pour un service public inefficace. Nous sommes d’accord pour payer plus cher lorsque les services publics fonctionnent.

Merci, Monsieur le Ministre, de votre engagement et de votre efficacité auprès des citoyens qui ont été, ces dernières années, trop souvent traités en ennemis par les pouvoirs publics. Merci de votre soutien. Et je tiens à votre disposition l’identité des agents exemplaires qui sont intervenus pour rappeler la loi de la République.

9 commentaires

  1. Jiff dit

    Retournement assez époustouflant s’il en est, reste à voir si l’ajustice suivra ou bien se cantonnera dans son habituelle attitude…

  2. Citoyen dit

    « Le fait mérite d’être signalé … » … Effectivement, c’est nouveau comme situation …

    « …on dit merci Gérard au ministre de l’Intérieur… » … Là, il ne faudrait pas trop pousser, il est fort probable, qu’il n’y soit pour rien le Gérard …
    Par contre, il est plus crédible que certains flics, en ont ras la casquette d’être pris pour des rigolos, et finissent par outrepasser les consignes de ne pas faire de vagues, pour sauver un peu de leur honneur (pour ceux à qui il en reste) …

  3. Citoyen dit

    Et pour ce qui est du rodéo dans Paris, rien de bien étonnant, vu la poubelle qu’est devenue cette ville …
    En effet, après ce qui s’est passé au Bataclan, la mairie tolère que du RAP islamo-racaille de quartiers sous-développés se produise dans cette salle. On atteint là des sommets …
    Ce qui ne manque pas de soulever des interrogations multiples, ici :
    https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/10/medine-et-son-album-jihad-pas-les-bienvenus-au-bataclan-denoncent-le-pen-et-lr_a_23455160/?utm_hp_ref=fr-homepage
    ou là :
    https://www.lci.fr/societe/polemique-autour-de-la-venue-du-rappeur-medine-au-bataclan-2090099.html
    Et là :
    https://francais.rt.com/france/51441-medine-ce-rappeur-qui-crucifie-les-laicards-en-concert-au-bataclan
    Même Corto en a fait un billet :
    http://corto74.blogspot.com/2018/06/je-me-suffis-dallah-crucifions-les.html
    Comment dire ?…. Paris commence à ressembler à Marseille …. c’est dire ….

  4. Robert Marchenoir dit

    Excellent article. Je ne parle pas là de l’amélioration du comportement policier dont il fait état, je parle du choix du sujet. Si un citoyen-journaliste n’avait pas porté ces faits à la connaissance du public, aucun média traditionnel ne l’aurait fait (ou du moins, pas avant six mois ou un an). Or, ce changement de comportement (dû, sans aucun doute, à des instructions venant de haut) a une implication politique véritable.

  5. Pierre dit

    Pardonnez-moi… mais il n’y pas vraiment de quoi se réjouir !

    Nous assistons à une démonstration de ‘l »effet de base ».

    On part de tellement bas, que le moindre micro événement positif prend des proportions démesurées.

    L’adolescent un peu turbulent, grand lecteur de Voltaire et futur docteur en médecine, qui vous si magnifiquement « enrichi »… vous croyez qu’il va arrêter ? Qu’il a changé overnight ? Que ce modeste rappel à l’ordre… aura un quelconque effet ?

    Non. Lui et ses congénères sont toujours là. Et continueront. Et ils se multiplieront.

    Et quid du flic ? Pour un type qui a encore 3 neurones connectés et un reste de common decency… combien d’autres fonctionnaires dégénérés, contaminés, collabos sans même parler des dirigeants ?

    Parions que ce flic récalcitrant (son comportement est fasciste, raciste et bien entendu islamophobe) sera bien vité muté.
    Gérard Collomb veille au grain.

    Bref. Ce que vous décrivez comme une lueur d’espoir me semble au contraire être le fond du trou/

    Les ténèbres infernales.

    Mais le pire c’est que nous nous sommes habitués.

    C’est l’idée même d’un rodéo dans un arrondissement parisien qui devrait nous interpeller. Or, on en vient à accepter, et à simplement espérer qu’un flic leur mette une… contravention.

  6. Grogro dit

    Sérieusement, quelle idée de vivre en terre barbare 1/ à Paris la ville poubelle, ses populations de rats florissantes dans les jolis parcs couverts d’ordures, ses concerts de pots d’échappement, ses parisiens à la mentalité de parisiens 2/ dans le XIXème qui plus est. Venez vivre en province, en terre civilisée, à Rennes, Bordeaux ou Strasbourg par exemple. Vous verrez comme la vie y est douce.

    Signé un ancien banlieusard de naissance, 9-4 rpz.

    • Joffe dit

      Rennes comme toute la bretagne msintenant est peuplée de ‘mineurs etrangers’ et de migrants qui s’ajoutent au folklore local de punks à chiens antifa. La bretagne rattrape son retard vitesse grand V depuis 5 ans. La realité est qu’aucun coin n’est épargné. C’est la nouveauté de ces 20 dernieres années

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *