Accueil » Archives pour Éric Verhaeghe

Auteur : Éric Verhaeghe

Fondateur de Tripalio, auteur.

City: incorrigibles et insatiables banquiers britanniques

L’ironie de l’actualité veut que deux informations en provenance de la City se soient croisées le même jour.

La première information indique que le bonus moyen distribué dans la finance en Grande-Bretagne a augmenté de 5,5% en un an, soit deux fois plus vite que les bonus distribués dans les autres secteurs d’activité.

La seconde information indique que le régulateur britannique, la Financial Conduct Authority (FCA), demande aux banques britanniques de reprendre 2,5 millions de plaintes déposées contre elles pour avoir « survendu » de l’assurance emprunteur à leurs clients. Pour mémoire, l’assurance emprunteur, c’est cette assurance que les banques surfacturent systématiquement et en toute opacité aux clients qui contractent des prêts, spécialement dans l’immobilier. Le scandale conduirait ces banques à reverser aux emprunteurs près de 40 milliards d’euros empochés illégalement.

Rappelons que le même scandale (ou presque) de l’assurance emprunteur a été savamment étouffé en France par le Conseil d’Etat et Bercy. Une association essaie toutefois de le sortir de son sac en plastique.

Rythmes scolaires: Najat Vallaud-Belkacem déçoit déjà

Ceux qui avaient imaginé que la nomination de Najat Vallaud-Belkacem apporterait du sang neuf à l’Education Nationale, notamment sur la question des rythmes scolaires, en seront pour leur grade. La nouvelle ministre ovationnée à l’université d’été de La Rochelle a, sur ce sujet sensible pour les parents d’élèves, déjà complètement fermé les portes qu’on espérait la voir ouvrir. Elle a ainsi annoncé l’intervention des préfets contre les maires récalcitrants.

De façon complaisante, les médias ont évité de mettre en exergue sa réponse hallucinante à la question de Patrick Cohen sur la pénurie d’animateurs pour assumer les missions dévolues par la loi. La ministre a fait mine de découvrir ce sujet, sur le mode du « ne me dites pas qu’avec trois millions de chômeurs, on ne trouve pas d’animateurs dans les écoles ».

Cette méconnaissance du dossier est vraiment sidérante. La presse, y compris de gauche, se fait depuis un an l’écho de ce sujet.

Rappelons que la France forme environ 50.000 animateurs (détenteurs du BAFA), qu’il en existe donc moins de 500.000 disponibles sur le marché du travail (soit 10 ans de disponibilité entre un BAFA passé à 18 ans et le premier emploi), et que les écoles primaires comptent environ 3,5 millions d’élèves à encadrer. Face à cette disproportion, le ministère a assoupli l’an dernier les règles d’encadrement des enfants. Difficile d’imaginer que personne ne l’ait dit à la nouvelle ministre.

La négociation sur les seuils sociaux déjà bouclée

Depuis plusieurs mois, le gouvernement évoque, à l’unisson avec le MEDEF, l’idée d’assouplir les seuils sociaux. Un faux suspens s’est d’ailleurs installé pour savoir si ce thème avait une chance de prospérer. Dans la pratique, il apparaît que l’affaire est déjà bouclée: on sait d’ores et déjà que la CFDT, la CFTC et la CGC signeront en fin d’année en accord en ce sens avec le MEDEF.

Le CGC ne s’en est guère cachée. Dès le mois de juin, elle publiait une newsletter qui posait les bases de la négociation annoncée sur la modernisation du dialogue social:

La CFE-CGC est plutôt favorable à l’expérimentation, encore faut-il bien savoir pourquoi nous la
menons et pour atteindre quel résultat.

La CFTC avait fait mieux. Dès le mois de février, son président s’était prononcé en faveur de cette réflexion.

« Nous sommes prêts à regarder, a assuré mardi le président de la CFTC, Philippe Louis. A condition d’avoir un cap, une stratégie de la part des représentants des entreprises, qui aboutisse effectivement à des créations d’emplois »

S’agissant de la CFDT, le discours est le même. Laurent Berger vient de rencontrer Emmanuel Macron pour lui dire que l’assouplissement des seuils sociaux était à son goût:

« Il n’y a pas de sujet tabou, on va en discuter avec le patronat, c’est un sujet parmi d’autres »

La CFDT a d’ailleurs publié un document sur le « cadrage » de la négociation.

La CGT et FO ne signeront probablement pas, en revanche, cet accord. Thierry Le Paon a en tout cas pris des positions carrées sur le sujet.

L’affaire est donc dans le sac. Selon mes informations, les partenaires sociaux devraient « échanger » un assouplissement de ces seuils « contre » une représentation accrue des salariées dans les PME et les TPE, par exemple par une généralisation du mandatement.

Les chiffres truqués du chômage en Europe

Eurostat a publié les chiffres du chômage en Europe. Officiellement, la zone euro compte 11,5% de chômeurs, et l’Union dans sa totalité « seulement » 10,2%. Cette différence rappelle quand même la mauvaise performance des pays dépendants de l’euro en matière économique et sociale. Toutefois, Eurostat affiche de façon assez surprenante des chiffres en baisse sur un an. La zone euro compterait 725.000 chômeurs de moins qu’il y a un an: cette amélioration concorde peu avec les observations empiriques que nous pouvons faire.

En fait, quand on regarde les chiffres de près, on va quand même de surprise en surprise. Ainsi:

Source: Eurostat
Source: Eurostat

Selon ce tableau, le chômage est resté stable en France à 10,3% de la population active. Il aurait même connu une légère baisse en avril.

Tout cela n’est évidemment pas sérieux. Il serait intéressant qu’Eurostat publie les vrais chiffres du chômage.

Des nouvelles inquiétantes de l’inflation

Eurostat a publié les derniers chiffres de l’inflation en Europe. La situation n’est vraiment pas brillante. Avec une hausse des prix de 0,3% en un an en août, en baisse de 0,1 point par rapport à juillet, les analystes peuvent être inquiets. L’Europe est bel et bien en train de flirter avec la déflation. Les prix dans les services auraient augmenté de 1,2%: il s’agit du seul secteur où la déflation ne frappe pas déjà.

Source: Eurostat
Source: Eurostat

35 heures: Valls a-t-il déjà fermé la porte qu’il avait ouverte au MEDEF ?

Les esprits libéraux qui vivent, depuis 2 ans, un enfer de désolation et de consternation en lisant la prose gouvernementale ont eu un moment de doute ce jeudi matin, en découvrant les propos tenus par Emmanuel Macron, pas encore ministre, il est vrai. Enfin, un décideur tenait des propos adaptés aux besoins du pays et de ses entreprises. L’idée de venir à bout des 35 heures par un système de négociation d’entreprises (ou de branches) constitue en effet l’une des rares mesures favorables à la compétitivité qui ne ruine pas le contribuable et qui évite de noyer les entreprises sous une nouvelle réglementation fleuve mais taillée à la serpe dans des bureaux ministériels ignorants de la réalité concrète. Lire la suite

Montebourg achève la recomposition du débat politique

En décidant de passer à l’offensive, ce week-end, en compagnie d’un improbable compagnon de fortune appelé Benoît Hamon, Montebourg a posé à gauche un acte majeur déjà posé à droite (par le Front National) depuis plusieurs années : la recomposition de son camp autour de l’identité nationale.

Jusqu’ici, la thématique de la France en Europe, notamment face à l’Allemagne, n’avait été posée que par Jean-Luc Mélenchon. Et encore sur un mode profondément marqué par la tradition marxiste : Mélenchon se voyait en prophète d’une grande révolution prolétarienne internationale, où la France comme l’Allemagne n’étaient que des théâtres de circonstance.

(Article paru dans Economie Matin) Lire la suite