Accueil » Archives pour Éric Verhaeghe

Auteur : Éric Verhaeghe

Fondateur de Tripalio, auteur.

Le scandale de l’assurance emprunteur mettra-t-il les banques françaises à genoux?

Article publié sur Atlantico le 26 juillet 2012.

 

Coup de tonnerre dans le paysage bancaire français: lundi 23 juillet, le Conseil d’Etat a donné raison à l’association «UFC Que choisir?» dans son recours contre la réglementation en vigueur dans le domaine de l’assurance emprunteur. Cette décision capitale et assez inattendue permet à tous les emprunteurs de France et de Navarre de réclamer à leurs banques les surfacturations pratiquées par celle-ci avant 2007 dans leur contrat d’assurance-vie contracté à l’occasion d’un emprunt. Une peccadille de 15 milliards d’euros au moins. Lire la suite

Transparence et démocratie en France aujourd’hui

La République, en France, manque cruellement de transparence, et ce défaut entache la qualité de notre vie démocratique.

Pourtant la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen mentionne, dans son article 15, un principe fondateur de la transparence démocratique: « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. » D’une certaine façon, cet article universalise le principe posé par l’article 14: « Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. » Lire la suite

Après la démocratie représentative, la démocratie liquide?

L’article que je soumets aujourd’hui à votre sagacité était inimaginable il y a 10 ans. En tout cas, je n’aurais pas imaginé l’écrire. Le fait que j’ose le signer aujourd’hui est un premier indice de la dégradation globale qui affecte la vie démocratique, en particulier en Europe.

Plusieurs événements durant ces dix dernières années ont probablement accéléré cette dégradation.

La crise financière de 2008 a incontestablement produit des effets à long terme sur l’attachement des citoyens à la démocratie représentative. Lire la suite

La CSG: à l’intérieur du moteur

Il est aujourd’hui à peu près acté que la Contribution Sociale Généralisée, inventée en 1990 par Michel Rocard, fera l’objet d’une substantielle augmentation en 2013. Peut-être pas dès le début de l’année 2013, puisqu’une concertation doit, durant les premiers mois de l’année prochaine, réunir les partenaires sociaux sur ce sujet. En revanche, il est probable que cette augmentation intervienne très rapidement dans le cours de l’année 2013.

Cet impôt, qui devrait rapporter environ 90 milliards d’euros en 2012, est fondé sur une idée simple: un taux bas, mais une assiette large. Autrement dit, tout le monde le paie, même modiquement.

Son utilisation est toutefois assez complexe. Alors il n’était pas inutile de faire le point sur la façon dont la CSG fonctionne exactement. Lire la suite

Les taux négatifs annoncent-ils un tsunami financier?

Article publié dans Economie Matin.

Dans les bizarreries financières que la crise de 2008 ne cesse de susciter, les taux négatifs figurent en bonne place.

Depuis quelques jours en effet, même la France parvient à emprunter à court terme à des taux inférieurs à 0%. Voilà qui laissera rêveur plus d’un accédant à la propriété, dont la charge d’emprunt est si souvent étouffante. Concrètement, les prêteurs acceptent de perdre une partie de leur capital pour acheter de la dette française. Lire la suite

Le Crédit Agricole face à la crise financière: le maillon faible du capitalisme français?

L’implosion financière en cours de l’Espagne (dont nous pouvons imaginer sans peine qu’elle se traduira par un effondrement systémique dans le trimestre à venir) met une nouvelle fois en exergue le rôle et la gestion des banques françaises, dont une multitude de thuriféraires grassement médiatisés nous répètent la main sur le coeur qu’elles sont très bien gérées.

Au premier d’entre elles, les esprits taquins ne manqueront pas de citer le Crédit Agricole, superbe exemple d’économie sociale et solidaire cité par notre ministre de derrière les fagots Benoît Hamon comme l’alternative absolue au méchant capitalisme qui opprime les peuples. L’occasion est sans doute venue de rappeler quelques vérités sur la gestion de cette très belle banque.

Lire la suite

Le 23 juillet, jour de libération fiscale?

Article déjà paru dans Economie Matin.

La nouvelle majorité vient-elle de repousser, avec ses hausses d’impôts, d’une journée la date annuelle de libération fiscale? C’est-à-dire le jour où les Français cessent de payer des impôts, des taxes et des cotisations pour enfin engranger à leur seul profit le fruit de leur travail.

L’affaire n’est pas si simple: tout dépend de l’indicateur que l’on choisit. Lire la suite

Sale temps pour les banquiers français – le Conseil d’Etat et l’assurance emprunteur

Bien sûr, il y a la crise des dettes souveraines qui reprend de plus belle – une crise à ne pas mettre un banquier dehors. Certains se demandent même si cette fois, ce n’est pas le big one qui arrive, celui qui nous mettra tous dedans, le système et tout ce qui va autour, c’est-à-dire les gens.

Et puis, il y a cette décision confondante prise par le Conseil d’Etat hier: la reconnaissance de l’illégalité des pratiques bancaires françaises des années 80 jusqu’en 2007, en matière d’assurance emprunteur. C’est une dossier technique que personne ne maîtrise vraiment, à part quelques spécialistes, mais sa portée est au moins égale à celle d’une bombe atomico-financière. Lire la suite

Masse salariale: l’argent des Français qu’on connaît si mal

Il existe un indicateur économique sur l’état du pays qui est essentiel, et qu’on n’utilise que rarement: la masse salariale. L’INSEE la calcule hors cotisations patronales. Selon sa définition, la masse salariale est le cumul des rémunérations brutes des salariés de l’établissement (hors cotisations patronales). Les rémunérations correspondent aux salaires et primes des salariés au cours de l’année d’exercice.

Cet indicateur est essentiel à l’analyse économique. Pour trois raisons majeures: d’abord parce que la masse salariale permet de suivre la conjoncture des entreprises. Ensuite parce que la masse salariale conditionne les déficits publics: moins de masse salariale entraîne moins de recettes publiques. Enfin parce que la masse salariale a un impact direct sur la consommation, donc un effet de retard sur l’ensemble de l’économie. Lire la suite

Direction générale de la CNP: Romanet en ballottage?

Le Figaro annonçait ce matin un nouveau rebondissement dans la nomination du directeur général de la CNP Assurances. En effet, alors qu’Augustin de Romanet, patron de la Caisse des Dépôts, était donné (en particulier par lui-même) gagnant de la course, le directeur général de la CDC aurait annoncé une réouverture de la procédure de sélection.

Pour mémoire, ce sujet est politiquement sensible pour tout le monde. La CNP, grand partenaire de la Banque Postale, est le premier assureur-vie français. Et grand acheteur de dettes souveraines. Autrement dit, une valeur sûre dont on ne se désintéresse jamais totalement en période de crise. Lire la suite