Accueil » impôts

Étiquette : impôts

L’exonération fiscale, ou le populisme en action

Difficile de ne pas revenir, avec beaucoup d’agacement, sur la communication gouvernementale en matière fiscale. Autour du Conseil des Ministres qui s’est tenu hier, on entend en effet un concert de déclarations officielles hallucinantes sur l’impôt, qui méritent quand même d’être épinglées: le populisme est au pouvoir, et c’est navrant! Au moment où la France a besoin d’une réforme fiscale juste, c’est-à-dire baissant les taux mais élargissant l’assiette, le gouvernement nous propose la démarche inverse: réduisons l’assiette, pour mieux augmenter les taux. Lire la suite

Hausse d’impôts pour 2014: c’est décidé, et ce sera 6 milliards

Pierre Moscovici a annoncé ce week-end des hausses d’impôts pour 2014 à hauteur de 6 milliards €.

Comme je l’avais annoncé dans un billet du début du mois de juin, des augmentations d’impôts sont inévitables pour 2014. En effet, au-delà des discours officiels, la terrible réalité des chiffres sévit: les dépenses de l’Etat sont reparties à la hausse et plus personne ne contrôle la machine publique. On notera au passage que le ministère des Finances n’a pas encore publié la situation mensuelle du budget de l’Etat au 31 mai, chiffre essentiel qui permettra de vérifier l’ampleur de la dégradation.

Déficits: la droite parle de dérapage… par afp

Aux Journées de l’Economie d’Aix, organisées par le Cercle des Economistes, Pierre Moscovici a donc confirmé, après de nombreuses déclarations selon lesquelles les hausses d’impôt étaient derrière nous, que les impôts augmenteraient de 6 milliards € (prévisionnels) en 2014. On dit bien: prévisionnels, puisque la pression fiscale est telle en France que le principe du « trop d’impôt tue l’impôt » s’applique à plein. Autrement dit, les décisions d’augmentation de recettes qui seront votées par les parlementaires pourraient, comme cette année, se traduire par une baisse effective, faute de contribuables pour payer.

Rappelons quand même que, en 2013, ce sont 7 milliards qui devaient être ponctionnés sur les contribuables. L’effort demandé en 2013 sera donc à peu près équivalent. Une grosse couleuvre à nous faire avaler.

Le 23 juillet, jour de libération fiscale?

Article déjà paru dans Economie Matin.

La nouvelle majorité vient-elle de repousser, avec ses hausses d’impôts, d’une journée la date annuelle de libération fiscale? C’est-à-dire le jour où les Français cessent de payer des impôts, des taxes et des cotisations pour enfin engranger à leur seul profit le fruit de leur travail.

L’affaire n’est pas si simple: tout dépend de l’indicateur que l’on choisit. Lire la suite

33 milliards à trouver en 2013

Article paru dans Economie Matin le 17 juillet

Lors de son intervention télévisée, François Hollande l’a annoncé officiellement: il faudra trouver 33 milliards d’euros en 2013. Une paille.

On se souvient peut-être de l’impopularité de Nicolas Sarkozy, qui avait annoncé un plan de 7 milliards d’économies en 2008, étalées sur trois ans. C’était avant la crise financière de septembre 2008. Ensuite, Nicolas Sarkozy avait joué petit bras: des plans à 5 milliards par-ci, à 10 milliards par-là. Des réductions de 10% des dépenses de l’Etat, mais sur trois ans. Lire la suite

Collectif budgétaire 2012: quels nouveaux impôts?

Le gouvernement a déposé son projet de loi de finances rectificative sur le bureau de l’Assemblée Nationale. C’est un moment important, puisqu’il s’agit de donner une première application aux mesures annoncées durant la campagne électorale.

L’exercice n’est pas simple: la France est en panne de croissance, et cette stagnation de l’activité a un impact négatif sur les recettes publiques. Pour 2012, l’objectif initial de croissance était de 0,7%. La prévision est maintenant abaissée à 0,3%. Pour mémoire, un point de PIB équivaut à environ 20 milliards d’euros. La révision de l’objectif de croissance signifie donc que le gouvernement anticipe une augmentation de la valeur ajoutée globale du pays minorée de 8 milliards d’euros.

Dans ce contexte difficile, il est probable, comme l’a soutenu la Cour des Comptes, que le gouvernement précédent ait, délibérément ou non (probablement un mixte des deux), surévalué les recettes de l’Etat d’environ 7 milliards d’euros, ce qui amène le nouveau gouvernement à diminuer d’autant les prévisions de recettes.

Comme l’objectif officiel du gouvernement est de contenir le déficit budgétaire à 4,5% du PIB, il faut donc trouver 7 milliards d’euros pour 2012.

Voici comment se répartissent les nouveaux impôts levés par le gouvernement:

On notera que le gouvernement prélève 3 milliards d’euros sur les ménages, dont près d’1 milliard sur les bénéficiaires des heures supplémentaires et 2,3 milliards par l’impôt sur la fortune. Les entreprises contribuent à hauteur de 3,5 milliards environ.